NOTA.  5                                                                                                                                                  

Rappel sur le système lymphatique.                                                                                                             

Selon Le Dr Bénédicte Bruno, hématopédiatre.

Le système lymphatique est un constituant essentiel du système immunitaire qui inclut le thymus, la moelle osseuse, la rate, les amygdales, l'appendice et les plaques de Peyer dans l'intestin grêle, ainsi qu'un réseau de ganglions lymphatiques reliés par des vaisseaux lymphatiques. Avec son réseau très complexe de vaisseaux, de ganglions et d'organes, le système lymphatique assure une double fonction de défense et d'élimination des déchets du corps humain.

Qu'est-ce que le système lymphatique ?

Le système lymphatique se compose à la fois d'un réseau de vaisseaux lymphatiques - qui naissent dans les différents tissus du corps avec des nœuds lymphatiques appelés ganglions - et d'organes comme la rate, le thymus et les amygdales. 

La lymphe

La lymphe, dont la composition est proche de celle du plasma du sang, contient de nombreux lymphocytes, une famille de globules blancs, produits dans la moelle osseuse, qui sont chargés de défendre l'organisme contre les agressions extérieures à commencer par les virus et les bactéries.

La lymphe à quoi sert-elle ?

La lymphe est un liquide organique dont la composition est très proche de celle du plasma sanguin. Il est transporté par un réseau de vaisseaux appelé le système lymphatique.            

 Les vaisseaux et les ganglions lymphatiques.

Le système lymphatique englobe les vaisseaux lymphatiques, qui parcourent tout le corps humain et dans lesquels la lymphe circule. Ces vaisseaux naissent dans les différents tissus du corps et rejoignent les ganglions lymphatiques, sortes de nœuds disséminés dans le réseau lymphatique qui permettent la circulation et le nettoyage de la lymphe. Ces ganglions sont importants car ils servent de filtres et produisent des anticorps qui sont libérés dans le sang en cas d'infection.

Ganglion lymphatique.   

Les ganglions lymphatiques sont de petits organes arrondis, disséminés partout dans l'organisme sur le trajet de la circulation de la lymphe, un liquide biologique contenant de nombreuses cellules intervenant dans la défense de l'organisme, notamment les leucocytes ou globules blancs. 

Rôle : à quoi sert-il ?

La principale fonction des ganglions lymphatiques est d'assurer le "nettoyage" de la lymphe et de déclencher rapidement des réactions de défense en cas d'arrivée dans l'organisme d'agents extérieurs type virus ou bactéries. Ils jouent donc un rôle clé dans le système immunitaire. 

Localisation.

On retrouve environ 800 ganglions lymphatiques dans tout l'organisme. Ils ne dépassent normalement pas 1 cm de diamètre et sont en relation avec la grande majorité des organes, en profondeur comme en superficie. Les ganglions les plus superficiels sont palpables au niveau du cou, de l'aine, de l'aisselle. Les ganglions en profondeur ne sont accessibles qu'à l'imagerie médicale (radio, scanner, IRM, échographie)", explique le Dr Patrick Aubé.

Ganglion lymphatique gonflé : causes

L'adénopathie cervicale (ganglions au niveau du cou), peut être due à une infection généralement bénigne de la sphère ORL telle que rhume, pharyngite, angine. Mais une maladie infectieuse peut aussi être à l'origine d'un ganglion lymphatique gonflé. Par exemple : mononucléose infectieuse, toxoplasmose, tuberculose, salmonelle, streptocoque ou encore staphylocoque. Les adénopathies peuvent aussi avoir une origine tumorale, auquel cas les ganglions lymphatiques gonflent dans la zone concernée (au niveau de l'aisselle pour un cancer du sein par exemple).

En cas de lymphome, les ganglions du cou, de l'aisselle et de l'aine ne sont pas automatiquement impliqués, c'est plus souvent le cas des ganglions profonds, non perceptibles. L'augmentation de volume des ganglions, on parle alors d'adénopathies, est liée à la libération locale en quantité importante des médiateurs de l'inflammation créée par un conflit entre les soldats de l'organisme polynucléaires, macrophages, lymphocytes et soit des germes, bactéries ou virus, soit des cellules cancéreuses .

Symptômes .

Ne mesurant généralement pas plus d'un centimètre de diamètre, les ganglions sont répartis dans tout l'organisme, dans le cou, sous les aisselles, dans l'aine, etc. Une augmentation de leur volume, que l'on désigne sous le terme d'adénopathie ou d'adénomégalie, est fréquemment retrouvée en cas de maladies infectieuses, mais également en cas de maladies auto-immunes ou métaboliques, voire de cancer. Les ganglions lymphatiques se regroupent parfois dans des zones bien précises du corps sous forme de chaînes ganglionnaires, notamment au niveau du cou. L'inflammation d'un ou de quelques ganglions proches les uns des autres fait suspecter une infection locale, si tous les ganglions sont touchés, une maladie plus générale peut être en cause.

Diagnostic

En présence de ganglions augmentés de volume et douloureux, c'est la palpation des gites ganglionnaires superficiels habituels (cou, aisselle, aine) ou l'imagerie médicale en profondeur qui vont permettre un diagnostic concernant la taille, la forme, la consistance et la mobilité des ganglions", selon le Dr Patrick Aubé.

Quand consulter ?

Étant donné la nature potentiellement préoccupante des adénopathies, il convient de consulter son médecin si l'on remarque une sensibilité particulière spontanée ou à la palpation des sites ganglionnaires superficiels, à savoir : cou, aine, aisselle", selon le Dr Patrick Aubé.

Traitement : comment le soigner ?

La présence de ganglions augmentés de volume dans une zone du corps est la traduction d'un phénomène inflammatoire de type infectieux ou tumoral. C'est seulement en déterminant la cause de l'inflammation que l'on peut traiter et faire disparaître les adénopathies ", selon Dr Patrick Aubé.                   

Anatomie et schéma 

Le réseau lymphatique est présent de la tête jusqu'aux pieds et draine la plupart des organes dont les poumons et l'intestin. C'est une sorte de réseau parallèle au réseau des vaisseaux sanguins " Selon le Dr Bénédicte Bruno hématopédiatre à l'hôpital Jeanne de Flandre à Lille. 

Ils ne communiquent qu'à un seul endroit du corps : au niveau du canal thoracique qui récupère la majorité de la lymphe. Les vaisseaux lymphatiques déversent environ 3 litres de lymphe par jour dans les veines à travers ce dernier. Des ganglions – appelés ganglions lymphatiques – sont situés sur le trajet des vaisseaux lymphatiques et jouent le rôle de sentinelles. On en dénombre près de 800 dans le corps humain principalement au niveau du cou, de l'abdomen, du thorax mais aussi de l'aine et des aisselles. 

Schéma du système lymphatique.

systeme_lymphatique_1.png

Dysfonctionnement du système lymphatique

Il arrive que le système lymphatique fonctionne mal. Le lymphœdème, par exemple, est lié à un ralentissement de la circulation de la lymphe. Il peut survenir à la suite d'une anomalie constitutionnelle (lymphœdème primaire) ou d'un acte chirurgical comme dans le cadre d'un cancer du sein (lymphœdème secondaire). Le lymphœdème touche principalement les bras et les jambes mais peut aussi atteindre d'autres régions du corps comme le cou. Son traitement consiste alors à restaurer la mobilité et à empêcher l'augmentation du gonflement via des techniques de drainage manuel (kinésithérapie), la pose de bandages ou le port de compressions. Le système lymphatique peut également être touché par un cancer : le lymphome. "La découverte d'une adénopathie (ganglion) - une boule dans le cou, à l'aine ou sous le bras - doit amener à consulter son médecin, confie le Dr Bruno. 

En première intention et en absence d'autres symptômes évocateurs comme de la fatigue, des sueurs nocturnes ou une perte de poids, on pourra donner un traitement antibiotique et voir si cela disparaît. Dans le cas contraire, il faudra poursuivre les explorations par une échographie ou une biopsie du ganglion. Si un lymphome est diagnostiqué – le plus fréquent étant le lymphome de Hodgkin – le patient sera pris en charge dans un service d'hématologie. Cette pathologie peut toucher tous les âges, y compris les enfants. Il existe de nombreux sous-types de lymphome - d'apparition rapide en quelques mois ou de développement très lent - chacun ayant un traitement bien spécifique ".

Examens du système lymphatique

Devant la découverte d'un ganglion, il est souvent nécessaire de procéder à une biopsie en complément de l'échographie. Celle-ci se déroule sous anesthésie locale ou générale et permet de prélever un petit morceau de ganglion afin de l'observer au microscope et d'orienter le diagnostic. Dans le cadre d'un cancer du sein, une lymphoscintigraphie peut également être réalisée à la recherche du ganglion sentinelle, avant une chirurgie. Cet examen quasiment indolore – vous pouvez sentir une légère brûlure au moment de l'injection - se déroule en ambulatoire. Le médecin injecte un produit de contraste en différents points du sein autour de la tumeur avant de prendre des images grâce à un appareil appelé gamma caméra.

Merci au Dr Bénédicte Bruno, hématopédiatre à l'hôpital Jeanne de Flandre à Lille.                     

Source « Femmes Santé ».                                                                                                                                            

Fin du Nota.

                                                                                  

Phone
Email
Messenger