Vous trouverez ici des articles pratiques en lien avec la naturopathie et l'hygiénisme et bien plus encore. 

 

 

0
Articles

Les aliments vivants

Claude Lagarde Docteur en pharmacie et biologiste précise :

« (...) Il existe deux types d’états énergétiques dans la plupart des minéraux : l’état de basse et de haute énergie. La consommation de végétaux frais encore vivants permettrait justement d’apporter à l’organisme des oligo-éléments possédant une haute énergie. En effet la lumière permet d’activer ces éléments et donc de leur conférer un état activé.                        

Image
LES ALIMENTS VIVANTS. cliquez ici pour lire l'article

Claude Lagarde Docteur en pharmacie et biologiste précise :

« (...) Il existe deux types d’états énergétiques dans la plupart des minéraux : l’état de basse et de haute énergie. La consommation de végétaux frais encore vivants permettrait justement d’apporter à l’organisme des oligo-éléments possédant une haute énergie. En effet la lumière permet d’activer ces éléments et donc de leur conférer un état activé.                                                                                                                                                

De plus la dynamisation génère des oligo-éléments présentant des électrons en état de haute énergie, ce qui facilité le transfert énergétique initiant la réaction enzymatique. Ainsi, une infusion dynamise sans doute les oligoéléments contenus dans les plantes puisque le choc thermique provoque des modifications électroniques                                                                                                                                            

Pour posséder une activité catalytique maximale, un oligo-élément doit être présent sous forme hautement énergétique ou High Energy. Cet état activé de l’élément minéral caractérise un oligo-élément catalyseur dont les électrons disponible et nécessaire à la réaction enzymatique se situent sur la couche 3d, la plus éloignée de leur noyau. »

Ce scientifique précise encore :

« Divers chercheurs de renom (dont plusieurs prix Nobel) affirment depuis longtemps l’existence d’une information vibratoire prépondérante (eau, soleil, minéraux...) influant la cellule et ses échanges de façon encore mal appréhendée. Il est fondamental pour un scientifique d’accepter l’idée que demeure en 2017..., tout un univers de paradigme dont nous ne connaissons rien et ce malgré de nombreux acquis scientifiques ! »

Notre santé et notre vitalité ne peuvent être assurées que par des aliments dont les molécules n’ont pas été altérées ou le moins possible par des procédés quels qu’ils soient. Plus on dénature un aliment par différents procédés (cuisson par la chaleur ou par d’autres procédés comme les micro-ondes, ajout de molécules de synthèse, raffinage par extraction de certaines parties de l’aliment etc.), plus on altère son intégrité de départ.

Un aliment peut avoir une densité nutritionnelle importante c’est-à-dire être riche en nutriments divers tels que des vitamines, minéraux, oligo-éléments et en parallèle s’il a subi une cuisson à température très élevé pendant un certain temps, peut ne plus être intéressant sur le plan nutritif voir même toxique.

Même si la notion de densité nutritionnelle est importante, on voit bien qu’elle est insuffisante si l’on ne tient pas compte de la notion de qualité des nutriments qui la compose.

La cuisson contribue à « faciliter » les processus de dégradation biochimique et donc de digestion de certains aliments. Pour ceux qui ne souhaitent pas devenir « crudivores », c’est-à-dire ne consommer que des aliments crus à 100 %, leur destin n’est pas forcément de « tomber » inexorablement dans la maladie...! Pour autant la santé authentique et véritable « exige » une consommation notable d’aliments crus et vivants quotidiennement (sauf exception en cas d’inflammation de la muqueuse digestive par exemple).

Il est favorable de consommer quotidiennement un minimum de 60 % d’aliments crus contre 40 % d’aliments cuits. C’est une démarche très favorable pour maintenir un bon niveau de santé. Les fruits et légumes pourront être consommés sous forme entière « à la croque » et sous forme de jus fraîchement extrait.                                                                                                                                                                     

Le fait de consommer des jus de légumes permet plus facilement d’atteindre le taux de 60 % d’aliments crus de manière relativement aisée. En effet il faut une grande quantité de légumes pour réaliser un verre de 20 à 25 cl de jus. Ces jus, même s’ils ne contiennent pas la totalité des nutriments qu’apportent les légumes entiers (certains nutriments vont rester « prisonniers » des fibres), ils en concentrent une quantité relativement importante surtout avec un extracteur à double vis. Il faut à peu près un kilo de carottes pour réaliser un verre de 25 cl de son jus.

Les aliments peuvent être appréhendés en fonction de leur densité nutritionnelle et de leur vitalité. Nous retiendrons ici 4 grandes classes.

- Aliments « hyper vitaux ».

Ce sont ceux qui concentrent une très forte quantité de nutriments dont la biodisponibilité est très aisée tels que : les graines suffisamment germées pour  provoquer la transformation de molécules complexes en molécules simples, les graines germées en  pousses, les jus d’herbe (orge ou blé, par exemple).

- Aliments « vitaux ».

Ce sont principalement les fruits et légumes de saison, de la région, d’origine biologique, n’ayant subi aucune altération quelle qu’elle soit, depuis leur production jusqu’à leur consommation.

- Aliments « sous vitaux ».

Ce sont tous les aliments dont la densité nutritionnelle ou la vitalité ont été altérées à un moment donné, peu importe la raison ou le procédé.

- Aliments « nuisibles ».

Ce sont les aliments « enrichis » d’additifs chimiques de synthèse ou dont le mode de production, de transformation, de cuisson sont nuisibles : production intensive avec produits phytosanitaires de synthèse (pesticides, herbicides, etc.), OGM, aliments incluant des nanoparticules, ionisation des aliments, micro-ondes, cuisson UHT, cuisson excessive, friture, etc.

L’alimentation doit donc être vivante et saine. Pour minimiser l’exposition de l’Homme aux différents produits phytosanitaires, connus pour leur effet fortement délétère pour la santé humaine, il est impératif aujourd’hui, autant que possible, de consommer des aliments d’origine biologique. Cela concerne particulièrement la consommation de fruits et légumes frais. De plus, cette alimentation doit être exempte de tout procédé pouvant nuire à la santé des consommateurs, comme les OGM par exemple.


AVT Eric Darche 6523

Auteur de l'article:  Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34. www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme et alimentation vivante.

Le stress peut-il nous rendre malade?

   le mot est introduit en médecine en 1936 par le Docteur Hans Selye, endocrinologue à l’Institut de Médecine et de Chirurgie Expérimentale (Université de Montréal Canada). Sa définition est attachée à la physiologie et à la psychologie : « Agression de l’organisme par un agent physique, psychique, émotionnel entraînant un déséquilibre qui doit être compensé par un travail d’adaptation ; agent qui agresse ; tension nerveuse, contrainte de l’organisme face à un choc (événement soudain, traumatisme, sensation forte, bruit, surmenage) ; état d’une personne soumise à cette tension »

Image
LE STRESS PEUT-IL NOUS RENDRE MALADE? cliquez ici pour lire l'article

La phase 1 ; est une réaction d’alarme. Face au stress, des hormones (adrénaline et noradrénaline) sont libérées par l’organisme via la glande médullosurrénale. Elles augmentent la fréquence cardiaque, la tension artérielle, le rythme respiratoire et provoquent une vasodilatation des vaisseaux sanguins des muscles. Toutes ces modifications ont pour but de préparer l’organisme « à la fuite ou au combat ». Dans la phase 1 ; « le stress a pour effet d’appeler les cellules immunitaires à leur poste de combat ». Si la situation stressante persiste, l’organisme entre en phase de résistance ou phase 2.

La phase 2 ; un deuxième axe neurohormonal, l’axe corticotrope, est activé pour préparer l’organisme aux dépenses énergétiques que nécessitera la réponse au stress. De nouvelles hormones sont alors sécrétées, les glucocorticoïdes, qui ont notamment pour effet d’augmenter le taux de sucre dans le sang mais aussi d’inhiber certains systèmes inutiles à la réponse au stress, comme le système immunitaire.

La phase 3 ; est celle de l’épuisement, lorsque la situation stressante se prolonge encore.

Les systèmes neurohormonaux hyperstimulés, se dérèglent et l’organisme est submergé d’hormones activatrices qui deviennent néfastes. Le stress devient chronique quand le cortisol reste élevé une fois terminée l’action de l’agent stressant. En quelques semaines apparaissent douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, etc.) troubles du sommeil, de l’appétit et de la digestion, angoisse, nervosité accrue, difficultés à se concentrer

Le stress chronique va monopoliser les réserves en stérol ou corps gras pour la fabrication d’hormones comme le cortisol, la cortisone, la corticostérone, l’aldostérone, au détriment de stéroïdes comme la testostérone. D’où une baisse de la libido mais aussi de l’activité intellectuelle à visée créatrice.

Lorsque l’état de stress devient permanent, des altérations plus graves de la santé peuvent apparaître : atrophie des dendrites des neurones de l’hypophyse. Cela affecte la mémoire verbale et la mémoire en contexte (particulièrement le contexte émotif).

D’autres conséquences peuvent apparaître comme la résistance à l’insuline pouvant évoluer vers un diabète, la dépression, l’hypertension artérielle, les crises cardiaques mortelles chez certaines personnes prédisposées, la perturbation du métabolisme des lipides, l’anorexie, la boulimie, la prise de poids, le vieillissement prématuré, les troubles musculo-squelettiques, la diminution de la résistance aux infections, les maladies auto-immunes etc.

La paroi du tube digestif abrite environ 70 % des cellules immunitaires de l’organisme, ainsi que 100 millions de neurones répartis sur toute sa longueur. Ceci explique entre autres, comment les émotions peuvent altérer les fonctions digestives ainsi que la performance du système immunitaire.

Pour éviter d’entrer dans cette spirale infernale qui détruit peu à peu, mais sûrement la santé, il est conseillé d’éviter les situations trop stressantes et surtout, d’apprendre à les gérer, lorsque l’on ne peut les éviter. Il est favorable aussi d’avoir recours à une alimentation saine et équilibrée, permettant de combler les carences en nutriments mais aussi de stabiliser la glycémie et l’insuline, ce qui est primordial pour une meilleure régulation du stress.

Un apport supplémentaire sous forme de complexe riche en minéraux et vitamines naturelles (B5, B6, C, entre autres), ainsi qu’un apport d’oméga 3 EPA / DHA, pris à une dose adéquate, permettent de contribuer à restaurer l’équilibre de l’organisme, de mieux gérer les états de stress et de protéger les neurones. Éviter d’avoir recours à des stimulants artificiels comme la caféine, le thé, l’alcool ou encore des quantités massives de sucre. Cela ne fait qu’aggraver la situation.

A propos de la phase 3 du stress, qui est celle de l’épuisement, lorsque la situation stressante se prolonge encore, le Naturopathe Robert Masson précise :

Le stress (chronique et intense) aura donc 3 actions destructrices essentielles :

1. Une action immuno-dépressive (infections chroniques ou à répétition)

2. Une action vaso-constrictive se localisant sur des sites variables en fonction de l'hérédité et dee la personnalité biologique : chez l’un par exemple, le spasme se produira au niveau des coronaires créant un angor de stress. Chez l'autre, on observera un spasme au niveau des structures stomacales, ce qui induira l’ulcère, etc.

3. Une action au niveau des peroxydations organiques (destruction des membranes neuronales par les radicaux libres).

Dans tous les cas de stress refoulé générateur de pathologies, nous envisageons  conjointement aux thérapies spécifiques que nous verrons plus loin, les soins de bas suivants :

- Lors d’une agression immédiate, il faut essayer, dans la mesure du possible, de faire un exercice intense (course en forêt, nage, vélo, etc.), afin de provoquer un dispatching de l'influx nerveux sur le plan musculaire réduisant ainsi de 50 à 75% l'impact du stress.

- S’il n'est pas envisageable de faire ce qui vient d’être dit, prendre le plus rapidement possible une douche car la peau fait partie, comme le système nerveux , de l’ectoderme et l’eau ruisselant sur la peau, sur les terminaisons nerveuses de la peau, est une véritable « douche du système nerveux » bloquant ainsi le  processus destructeur du stress.

Comment le stress bloque l'immunité ?

Le stress peut être de différente nature : deuil, rupture, micro-stress répétés de la vie quotidienne, Etc…

- Les membranes neuronales sont détruites par le stress.

- Le stress déséquilibre la flore intestinale.

- Les sécrétions digestives sont perturbées par le stress.

- Le stress freine les éliminations.

Le système immunitaire étant affaibli par le stress, il ne peut plus détruire efficacement les cellules mortes et les micro-organismes pathogènes.  

Prenez soin de vous !


 AVT Eric Darche 6523 

Auteur de l'article: Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34. www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme et alimentation vivante.

La vitamine D !! Quels intérêts?

La vitamine D est bonne pour les os, pour les muscles et pour le coeur. Elle aurait même des propriétés contre le cancer et les maladies cardiovasculaires… La vitamine D est une vitamine indispensable. Pourtant, près de la moitié de la population en manque.

 

Image
LA VITAMINE.D!! QUELS INTERETS? cliquez ici pour lire l'article

Constat : 80% de la population en manque !!! Notamment les habitants du 33ème parallèle de latitude nord (France, Canada, Suisse, presque toute l’Europe).

Conséquences d’un manque, d'une carence:

-faible connexion neuronal

-faiblesse immunitaire

-mauvaise humeur

-rachitisme (défaut de croissance et d’ossification)

-ostéoporose

-faiblesse musculaire

-fatigue

-peau sèche

-crampes

-hypertension

-dépression

-problème de digestion

-problème de sommeil

Fonctionnement de la vitamine D ?

Les UVB du soleil son captés par notre corps et métabolisés grâce au cholestérol, afin de produire de la vitamine D, qui est en premier lieu inactive (cholécalciférol). Elle va devoir passer par le foie (qui stock) et par les reins (qui l’active), en la transformant en hormone stéroïdienne (messager chimique qui navigue dans le sang), distribué par le sang dans les cellules qui doivent la traiter.

Lorsque la vitamine D est active elle va :

-augmenter la réabsorption du calcium au niveau des intestins, et d’autres minéraux essentiels.

-permettre une minéralisation optimale des tissus (os, cartilage, dents, peau)

-permettre une bonne contraction musculaire

-permettre une bonne transmission nerveuse

-permettre une bonne coagulation

-permettre la régulation hormonale (insuline notamment)

-permettre la différenciation et l’activité des cellules du système immunitaire

-impacter l’humeur, en faisant produire de la sérotonine, une neuro-hormone qui agit sur l’humeur, le comportement social, cognitif, mémoire, émotions, anxiété, agressivité…. Grâce au tryptophane qui est la matière première de la sérotonine.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la vitamine D fonctionne en synergie avec d’autres nutriments comme la vit.A, les acides gras essentiels, la vit.K, le magnésium, le fer, le calcium, le zinc, le bore. Toute insuffisance en l’un ou plusieurs de ces nutriments va perturber le fonctionnement de la vit.D.

Facteurs inhibiteurs à la vitamine D ?

Il est intéressant de savoir que l’alimentation ne couvre qu’un sixième des besoins en vitamine D du corps. Environ 124 UI (unités) par jour, selon votre alimentation. Sachant que la référence nutritionnelle pour la population est de 600 UI (unités) pour un adulte par jour.

Le soleil est la meilleure source de vitamine D, capitalisable le plus facilement en été, en s’exposant seulement 20 min aux heures du matin ou du soir (sans filtre solaire, ni derrière une fenêtre, et dans l’idéal avec une bonne surface de peau nu), afin de ne pas subir de désagréments lorsque le soleil est au zénith. Le corps pourra ainsi capitaliser entre 10000 et 25000 UI (unités) de vitamine D, stocké par le foie et redistribué au fur et à mesure des besoins.

La vit.D à des récepteurs au niveau des cellules qui peuvent être bloqués par :

- certaines infections ou toxines et peut-être inhibé par certaines hormones (le cortisol, lié au stress ne laissera plus de récepteurs disponible à la vit.D)

-ou même certaines substances présentes dans l’alimentation (la caféine)

-et aussi certains médicaments (ceux employés contre le cholestérol).

- La crème solaire empêchera également le bon déroulement de cette capitalisation (choisir des moments comme le matin ou le soir pour laisser son corps sans crème).

-L’avancé dans l’âge limite également la bonne capitalisation.

-L’obésité, car la vit.D étant liposoluble, elle se retrouve séquestré par les cellules adipeuses.

-un dysfonctionnement du pancréas peut entraîner un défaut de sécrétion de la bile, émulsifiant essentiel des lipides pour l’absorption des vit.A.D.E.K.

Tous ces facteurs inhibiteurs stopperont ou limiteront la bonne circulation de la vit.D dans l’organisme.

Avant toute complémentation en vitamine D, vérifiez la santé du foie et des reins qui permettent toutes les étapes du processus.

Lors d’une prise de sang le taux de vitamine D circulant ne doit pas être inférieur à 30ng/ml.

L’alimentation jouera un rôle toutefois important en amont, puisque c’est grâce à elle que nous assurerons les bonnes fonctions de l’ensemble de notre corps.

L'alimentation permettra également une bonne préparation au premier soleil de l'été.

Quoi manger ?

-avocat, maquereau, sardine, anchois, bananes, riz complet, œufs, volailles, amandes, noisette, noix de cajou, cacahuète, noix, huile de colza, huile coco, huile d’olive, huile de lin, graine de chia, graine de tournesol, carotte, abricot, mangue, légumes verts foncés, persil, les choux, citrouille, graines de courges, graines germés, le cacao, lait végétal, légumineuses, radis, champignons, fruits de mer, raisin sec, pistache, datte, olive, crevette.

Complémentation possible : attention, les compléments en vitamine D de synthèse peuvent provoquer de fort désagrément au niveau du foie. Il faut comprendre que pour extraire la vitamine D de la laine de mouton (préalablement traitée aux insecticides), il faut avoir recours à des solvants chimiques tels que l'hexane ou l'acétone. Sans parler que la vitamine D extraite en finalité est isolée de ces cofacteurs naturels pour sa bonne action dans l'organisme sur la croissance ou sur l’immunité.

Préférez des vitamines D provenant du règne végétal comme le lichen boréal comme dans la spécialité Ultravegan D3 du laboratoire Holistica par exemple qui est sur support huile d'avocat (et pas huile de tournesol désodorisée ou huile de colza vierge), riche en phytosterols pour renforcer l'action de la vitamine D sur les fonctions immunitaires (synergie ++++) notamment chez les enfants en pleine croissance.

La vitamine D est incroyablement importante pour la bonne tenue de notre système immunitaire ! Mais toujours lire la liste des ingrédients, et ce, pour n’importe quel compléments ! Cette règle est universelle !

Bel été!!!!


julie dorlet

 Auteur de l'article Julie Dorlet

Naturo-sophro-réflexo

Coaching sugar détox (aide à s'affranchir du sucre) https://djudjuvlr.wixsite.com/julie-style-de-vie

Mail: julie.d.naturo@gmail.com

https://www.facebook.com/julie.dorlet/

 

Réussir sa transition alimentaire!

Il est indispensable de cerner correctement les intentions qui vous amènent à remettre en question votre alimentation. Vous aurez besoin non seulement d’une motivation personnelle, moteur essentiel de votre changement, mais également de temps pour vous informer, cultiver votre curiosité, cuisiner ou ajuster votre programme de transition à vos besoins, en fonction de vos propres retours d’expériences.

 

Image
REUSSIR SA TRANSITION ALIMENTAIRE. cliquez ici pour lire l'article

Aujourd’hui il existe dans le grand public un engouement plus marqué qu’autrefois pour des approches alimentaires différentes de l’incontournable et sacro-saint régime omnivore.

Avant tout changement d’un régime alimentaire pour un autre, il est bon de prendre conscience de certains paramètres indispensables à la réussite de cette période qui peut s’avérer « très délicate » pour certains.

Dans les semaines ou les mois qui suivent le moment où l’on a adopté une nouvelle approche alimentaire, il arrive qu’on souffre de troubles de santé divers. La justesse d’un régime alimentaire gagne à être étudiée avant de le pratiquer. Il arrive dans différents cas, que les maux ou troubles de santé que l’on peut ressentir après l’adoption d’un nouveau « régime alimentaire » trouvent leurs explications non pas dans le régime lui-même, mais dans les « erreurs » commises par les personnes qui le pratiquent.

En effet, il s’avère que l’interprétation personnelle de certains régimes, sans tenir compte du terrain de la personne qui adopte cette nouvelle approche alimentaire, peut être à l’origine de déboires, de désillusions et de multiples troubles de santé.

Ne pas tenir compte de son état de santé avec ses dysfonctionnements éventuels, de son  « terrain » humoral et organique, de sa vitalité, de l’état de sa flore intestinale, de sa capacité d’oxydation (ou potentiel oxydant), etc., contribue à expliquer pourquoi certains vivent mal leur transition alimentaire ou n’arrivent tout simplement pas à s’y adapter.

Aujourd’hui on rencontre de plus en plus sur des forums (Internet) de santé ou de nutrition, des personnes qui se disent très satisfaites des régimes végétalien, végan ou crudivore. En parallèle, on lit  quelquefois des témoignages d’individus très déçus de ces approches alimentaires.                                                                                  

Ainsi apparaissent les camps des « pro » et « anti » crudivore, vegan, végétalien, végétarien, etc.

Avant de conclure que tel régime est foncièrement favorable ou délétère pour la santé, il serait sans doute souhaitable d’avoir une approche intègre, objective, nuancée et souple sans idée préconçue ; que cela soit dans le sens du rejet ou de l’adhésion. Cela demande un véritable travail de recherche et d’étude des nombreux principes théoriques, qu’on gagnera à conjuguer avec de multiples expériences variées réalisées par différentes personnes.

Tous les témoignages et retours d’expérience des uns et des autres, en relation avec un régime alimentaire en particulier, gagneraient à être considérés avec objectivité tout en évitant les explications à l’emporte-pièce ou « standardisées » qui certes nous confortent dans nos « aprioris, certitudes et croyances » mais qui peuvent s’avérer très destructrices pour certains.

En effet, encourager une personne à se maintenir dans une approche alimentaire, alors qu’elle souffre de différents symptômes, sous le prétexte qu’elle vit une période vertueuse de désintoxication, peut s’avérer parfois objectivement très délétère à l’état de santé. Cela illustre le manque de maîtrise et de connaissances de différents paramètres personnels liés à l’homéostasie, à la physiologie digestive et au terrain de chaque individu.

Un symptôme de « désintoxication » qui persiste un peu trop dans la durée devrait éveiller immédiatement la vigilance. Il ne s'agit pas d’un processus d’élimination lié aux vertus du nouveau régime alimentaire. Cela concerne une auto-intoxication (par exemple accumulation de déchets acides nés de digestion incorrecte ou encore d’un excès de fruits aqueux par exemple) dont les crises d’élimination permettent à l’organisme de se libérer de ce surcroît de toxiques. À cela s’ajoutent les symptômes liés aux carences éventuelles provoquées par certaines approches alimentaires.

Tout aliment mal ou incomplètement digéré devient toxique pour l’organisme peu importe s’il est introduit dans un régime végétarien, végétalien, végan ou crudivore.

À l’inverse, rejeter sans nuances, et dans son ensemble, telle ou telle pratique alimentaire, résulte souvent de conclusions catégoriques à partir de certaines expériences constatées ou vécues mais limitées.

À y regarder de plus près, on constate souvent que certaines « mauvaises » expériences liées à tel régime alimentaire résultent d’erreurs commises dans l’interprétation personnelle de ces régimes (manger ou boire trop de ceci ou encore pas assez de cela) et dans d’autres cas, par le manque de personnalisation du régime. Par exemple, en raison d’une consommation excessive de fruits aqueux acides, non pas en valeur absolue, mais en rapport avec la capacité individuelle d’un tel ou d’un tel, à oxyder ces molécules.                                                                                                                                                              

En effet pour certains, la limite sera de 3 fruits aqueux par jour tandis que pour d’autres ce sera 1 seul par jour. On pourra même conseiller parfois d’éviter tout fruit acide ou mi-acide à certaines personnes en rapport avec leur terrain très sensible ou à des moments particuliers de leur vie (période de très grand stress par exemple). Une grande vigilance devra être observée à propos des jus d’agrumes car un verre de 15 à 20 cl est égal à plusieurs de ces fruits.

De plus, pour donner des conseils avisés, il faudra tenir compte de la saison et du climat où cette personne réside, et de son contexte de vie pour être encore plus précis. Comme on vient de le voir, si une personne vit une période fortement stressante ou anxiogène, sachant que ces « moments » sollicitent fortement les réserves minérales de l’organisme, diminuer l’apport d’aliments acidifiants ou acides peut s’avérer judicieux.

Erreurs commises parfois par les « adeptes » de différents régimes alimentaires.

- Il est bon de noter que nos habitudes alimentaires contribuent à « spécialiser » notre flore intestinale. Ainsi, celle d’un végétarien ne sera pas identique à celle d’un omnivore. Passer d’un « régime » alimentaire à un autre demande une période plus ou moins longue d’adaptation de cette flore (familles de bactéries et enzymes), sans quoi même la meilleure alimentation ne pourra être digérée et assimilée correctement.

Par exemple, certains vont consommer trop de crudités, donc de fibres alimentaires sans tenir compte de leur pouvoir individuel et réel à les digérer. L’excès de consommation de crudités est une notion très relative et dépend du pouvoir digestif propre à chaque personne. D’autres ne vont pas assez consommer de sources glucidiques, et vont se voir maigrir intensément, etc.

- Une mauvaise digestion pour « x » raisons peut être à l’origine de carences nutritionnelles, même si en amont l’alimentation est saine, équilibrée et adaptée sur le plan qualitatif et quantitatif au besoin réel d’un individu en particulier.

Parfois on observe des symptômes comme la chute de cheveux, des déminéralisations profondes avec leurs cortèges de symptômes, la perte de poids, la diarrhée, la constipation. Tout cela n’est souvent que l’illustration d’erreurs concernant la physiologie digestive. Ces symptômes sont souvent interprétés à tort comme des supposées crises de désintoxication. En réalité, cela illustre bien souvent des troubles de la flore intestinale - dysbiose et état inflammatoire de la muqueuse digestive - avec leurs cortèges de conséquences (maux ou symptômes) sur l’organisme. C’est parfois aussi l’expression d’un déséquilibre du régime alimentaire (manque de ceci ou excès de cela).

Des digestions chroniquement laborieuses (ballonnements, aigreurs, remontées gastriques, gaz...) peuvent être à l’origine d’une intoxication permanente de l’organisme consécutive à d’importantes fermentations et putréfactions intestinales. Des végétariens, végétaliens, crudivores ou végans sont ainsi parfois de véritables « usines à gaz ambulantes ». En effet on peut fabriquer d’importantes quantités d’alcool dans son organisme et être atteint de cirrhose hépatique sans boire pour autant une seule goutte d’alcool au quotidien. D’autre part, les troubles digestifs chroniques sont aussi à l’origine d’une "toxilymphémie" (intoxication du sang et de lymphe) par altération du bol alimentaire et déséquilibre de la flore intestinale. Cette situation pourra être à l’origine de pathologies d’éliminations telles qu’acné, eczéma, etc. L’intoxication de l’organisme peut générer à son tour l’acidification du corps et provoquer toutes sortes de troubles à terme.

NOTA

Les cancers du tube digestif (foie, estomac, pancréas) évoluent plus rapidement que les autres cancers. Cela s’explique entre autres par le fait que ces tumeurs sont constamment « alimentées » en toxiques et toxines diverses, en raison de l’état de délabrement de la flore intestinale qui imprègne en permanence ces tissus et organes. Cela a été observé de très nombreuses fois par différents professionnels de la santé tel que par le célèbre naturopathe Robert Masson.        


AVT Eric Darche 6523 

Auteur de l'article:  Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34. www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme et alimentation vivante.

Quels sont les pièges à éviter lorsqu'on change d'alimentation?

Il est bon de noter que nos habitudes alimentaires contribuent à « spécialiser » notre flore intestinale. Ainsi, celle d’un végétarien ne sera pas identique à celle d’un omnivore.

Une mauvaise digestion pour « x » raisons peut être à l’origine de carences nutritionnelles, même si en amont l’alimentation est saine, équilibrée et adaptée sur le plan qualitatif et quantitatif, au besoin réel d’un individu en particulier.

Image
QUELS SONT LES PIEGES A EVITER LORSQU'ON CHANGE D'ALIMENTATION? cliquez ici pour lire l'article

Il est bon de noter que nos habitudes alimentaires contribuent à « spécialiser » notre flore intestinale. Ainsi, celle d’un végétarien ne sera pas identique à celle d’un omnivore.

Une mauvaise digestion pour « x » raisons peut être à l’origine de carences nutritionnelles, même si en amont l’alimentation est saine, équilibrée et adaptée sur le plan qualitatif et quantitatif, au besoin réel d’un individu en particulier.

Parfois on observe des symptômes comme la chute de cheveux, des déminéralisations profondes avec leurs cortèges de symptômes, la perte de poids, la diarrhée, la constipation.

Tout cela n’est souvent que l’illustration d’erreurs concernant la physiologie digestive.

Ces symptômes sont souvent interprétés à tort comme des supposées crises de désintoxication. En réalité cela illustre bien souvent des troubles de la flore intestinale - dysbiose et état inflammatoire de la muqueuse digestive - avec leurs cortèges de conséquences (maux ou symptômes) sur l’organisme.

C’est parfois aussi l’expression d’un déséquilibre du régime alimentaire (manque de ceci ou excès de cela).

Des digestions chroniquement laborieuses (ballonnements, aigreurs, remontées gastriques, gaz...) peuvent être à l’origine d’une intoxication permanente de l’organisme consécutive à d’importantes fermentations et putréfactions intestinales.

Des végétariens, végétaliens, crudivores ou végans sont ainsi parfois de véritables « usines à gaz ambulantes ». En effet on peut fabriquer d’importantes quantités d’alcool dans son organisme et être atteint de cirrhose hépatique sans boire pour autant une seule goutte d’alcool au quotidien.                                                                                                   

D’autre part les troubles digestifs chroniques sont aussi à l’origine d’une toxilymphémie (intoxication du sang et de lymphe) par altération du bol alimentaire et déséquilibre de la flore intestinale. Cette situation pourra être à l’origine de pathologies d’éliminations telles qu’acné, eczéma, etc.

L’intoxication de l’organisme peut générer à son tour l’acidification du corps et provoquer toutes sortes de troubles à terme. Pour éviter ces différents symptômes liés à une digestion laborieuse, il suffit de respecter la physiologie digestive :

- Les associations alimentaires compatibles et incompatibles en évitant de consommer les fruits aqueux acides comme les agrumes (orange, citron, pamplemousse, mandarine, etc.) mais aussi tous les fruits aqueux mi-acides comme la pomme, la poire, la cerise, l’abricot, etc., à un repas où l’on a consommer des féculents ou céréales, car cela va entraver leur digestion et être à l’origine de gaz et de ballonnements.

- Ne pas boire de grandes quantités d’eau pendant un repas au risque de diluer à l’excès les sucs digestifs et entraver le processus digestif.

- Ne pas boire de jus de fruits, de sirop, de sodas, pendant un repas.

- Laisser passer 4 heures minimum après un repas avant de manger quoi que ce soit, même un bout de chocolat ou un biscuit.

- Laisser passer 2 heures après un repas avant de boire même de l’eau, sauf dans le cas d’une soif urgent et intense. Dans ce cas exceptionnel on boira juste un petit peu d’eau pris gorgée par gorgée.

- Certaines personnes vont avoir tendance à consommer trop de céréales ou de féculents ou d’amidon, ou à grignoter en permanence ces aliments, ce qui peut conduire à l’hémogliase (sang épais) ainsi qu’à l’excédent pondéral ou l’obésité. Cela peut aussi favoriser la production très élevée d’acides gras saturés d’où l’athérosclérose. Ces excès alimentaires peuvent en outre acidifier l’organisme.

Il suffira de modérer et de réduire sa consommation de ces aliments.

On peut préciser ici, qu’il est conseillé d’associer les glucides à des protéines au même repas, bien que certaines personnes affirment que cela est une association alimentaires incompatible.

L’apport de protéines contribuera à favoriser la sensation de satiété.

De plus la présence de sucre contribue à une meilleure assimilation des acides aminés issue des protéines animale, particulièrement.

Différentes personnes vont consommer trop d’oléagineux dans le but d’assurer leur besoin en acides aminés…, ce qui pourra être à l’origine d’un épuisement hépatique (mauvaise haleine, selles décolorées, teint jaune, nausées, perte d’appétit...). 

- La consommation excessive de féculents ou de céréales associées à des légumineuses, favorise les troubles digestifs. Cet excès concerne particulièrement les personnes qui par cette pratique espère assurer un bon apport de tous les acides aminés essentiels.

- Certains adeptes du régime « macrobiote » peuvent altérer leur santé dans certains cas. L’alimentation macrobiotique met essentiellement l’accent sur les céréales complètes, les fruits et les légumes peu transformés. On trouve différentes « déclinaisons » de ce régime.

Ainsi certains « macrobiotes » consomment 70 % de céréales et 30 % de légumes avec un apport important de fritures parfois. Cette pratique est délétère pour le foie.

Il convient de réduire sa consommation de céréales et d’augmenter un peu sa consommation de légumes cuits et crus, tout en freinant sa consommation de fritures.

- On peut rencontrer parfois des gens qui consomment trop de fruits aqueux (nutriments + eau + acides, comme les agrumes mais aussi les pommes, poires, cerises, abricots, etc.). Dans ce cas, on pourra constater une perte de vitalité, de poids, de la sexualité, mais aussi de l’anémie, un assèchement de la peau et son vieillissement prématuré, une déminéralisation profonde de l’organisme, etc.

Ainsi dans certains cas, ce n’est pas le régime végétalien, végan ou crudivore qui est à remettre en question en valeur absolue mais la manière dont il est vécu avec des pratiques peu recommandables. Par exemple, certains consomment d’importantes quantités d’agrumes chaque jour ou boivent un litre ou plus de ces fruits quotidiennement.

Il est pertinent de réduire sa consommation de fruits aqueux acides et mi-acides en l’adaptant à sa capacité personnelle à oxyder ces aliments. Les personnes maigres et sous-vitales (sensible au froid, à la chaleur et à l’effort) auraient intérêt à consommer peu de fruits aqueux acides ou mi-acides.

Parmi les différents régimes évoqués dans cet article, certaines personnes qui les suivent, ne consomment pas assez d’oléagineux ou d’huile végétale. En effet, certains végétaliens ou végans (mais pas tous) considèrent que les fruits à coque (noix, noisette, etc.) ne constituent pas l’alimentation naturelle de l’homme et donc ne les consomment pas ou très peu.

De plus certains d’entre eux ne consomment pas d’huile en bouteille, car ils considèrent que c’est contre nature puisqu’ayant nécessité l’intervention de l’homme pour obtenir le produit transformé.

Un manque d’acide gras important comme les Oméga 3 ou 6, aura de nombreuses conséquences : troubles cognitifs, de l’humeur, de la mémoire, problèmes cardiovasculaires, etc.

En consommant à chaque repas une cuillère à soupe d’huile riche en oméga 3 ou 6 (chanvre, lin...) de première pression à froid et d’origine biologique, entre autres permettront de parer ces manques.

Même si le règne végétal est riche en protéines, différents crudivores, végétaliens, végétariens ou végans peuvent être carencés en acides aminés en raison d’une incapacité digestive à les extraire des végétaux.

Certains crudivores, végétariens, végétaliens ou végans (mais pas tous) affirment qu’ils ont faim en permanence durant la journée, bien qu’ils aient le sentiment de manger une bonne quantité de crudités, mais aussi de glucides sous forme de bananes ou de pommes de terre, par exemple.

Lorsque la satiété n’est pas atteinte de manière régulière, cela correspond à un « manque » au niveau sanguin ou intra-cellulaire.

Ce déficit peut concerner le glucose, les acides aminés ou d’autres molécules dont l’organisme a besoin.

Cette carence peut résulter d’une incapacité pour l’organisme à digérer correctement le bol alimentaire en raison de troubles digestifs ou d’un déséquilibre de la flore intestinale, ou d’une carence en enzymes digestives.

Dans d’autres cas, cela peut être le résultat d’une hypoglycémie réactionnelle, due à une résistance à l’insuline ou à la consommation excessive de sucres à indice glycémique élevé qui provoque une montée soudaine de glucose dans le sang. Cette dernière sera immanquablement suivie d’une hypoglycémie dite « réactionnelle » et de l’envie de manger de nouveau. 

La solution est de réduire sa consommation de végétaux au moins momentanément et de procéder à un « réglage alimentaire individualisé » avec l’aide éventuellement d’un professionnel de la santé, afin de supprimer toutes les causes pouvant favoriser une digestion imparfaite et au contraire augmenter sa capacité digestive.

La carence en vitamine D d’origine animale ou végétale, pour différentes raisons.

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses ou les lipides). Chez l’humain, la vitamine D se forme à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’action des rayonnements UVB du soleil (D-cholécalciférol) et aussi suite à l’absorption d’aliments précurseurs en vitamine D, que le foie et les reins permettent de transformer en vitamine D active (D-ergocalciférol).

Avec l’âge (plus ou moins à partir de 65 ans), la carence nutritionnelle, les divers polluants alimentaires mais aussi atmosphériques, l’utilisation de crème solaire, etc., la synthèse de vitamine D par l’organisme diminue peu à peu.

La vitamine D fait l’objet de recherches scientifiques très importantes.

Au-delà de sa fonction notoire contre la décalcification et le rachitisme on apprend que la vitamine D, lorsqu’elle est présente en quantité suffisante dans le sang, contribue à moins de cancers, d’infarctus, de fractures, de douleurs articulaires, d’infections, de dépressions, voire même de démence, etc. (Voir le livre : Vitamine D, mode d’emploi de Brigitte Houssin aux éditions Thierry Souccar)                                                                                             

Une supplémentation en vitamine D est pertinente pendant les périodes froides d’octobre à mai environ, dans l’hémisphère nord. Choisir de préférence une vitamine D issue du lichen pour son apport en vitamine D3 et non de la suif de mouton souvent chargé en toxiques absorbé par le mouton tels que des produits phytosanitaires.


AVT Eric Darche 6523 

Auteur de l'article:  Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34. www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme et alimentation vivante.

Attention aux faux aliments ou cracking

Le cracking et les AUT (aliments ultra transformés) sont aussi à l’origine d’un appauvrissement de la diversité du microbiote et/ou d’un déséquilibre de ce dernier, appelé dysbiose. Une alimentation pauvre en fibres et riche en AUT affaiblit aussi bien le microbiote que la muqueuse intestinale. Si cette dernière, qui joue le rôle de barrière, est détériorée, cela augmentera fortement les risques d’inflammation et de porosité intestinale.

Image
ATTENTION AUX FAUX ALIMENTS OU CRACKING. cliquez ici pour lire l'article

Attention aux faux aliments ou cracking !!!

Vous consommez certainement des céréales, des yaourts, du pain de mie sans vous douter que ces produits, apparemment  sains, peuvent être mauvais pour la santé. En fait ces aliments ultra transformés sont fabriqués de toute pièce par les géants de l’agroalimentaire.

  • sucre caché
  • Additifs
  • aromes articiels

Ce n’est plus de la cuisine, c’est de la chimie.

Les scientifiques font des liens avec l’explosion mondiale de cas d’obésités et certains cancers.

Qu’est-ce qu’un produit ultra transformé ?

Sans le savoir ou sans s’en rendre compte, il est possible d’en avoir plein les placards.

Exemple : les céréales du petit déjeuner/ soupes de légumes/ produits laitiers….

Des produits que l’on pensait sains et équilibrés, sans jamais avoir regardé ce qu’ils contenaient vraiment.

-protéine de lait

-amidons modifié

-sucre

-gluten

-sirop de glucose fructose

-maltodextrine

-aromes

-carraghénane

Des listes d’ingrédients interminables et parfois vraiment incompréhensibles.

Les produits ultra transformés  sont des produits industriels reconstitués à base de dizaine d’ingrédients, d’additifs, de mauvais sucre….

En plus ils ont perdus en qualité nutritionnelle.

« Donner des céréales le matin, c’est comme donner un bol de confiserie aux enfants » explique Anthony Fardet , chercheur en nutrition à l’lNRA de Clermont Ferrand, auteur du livre « Halte aux aliments ultra-transformés »

Il explique également ce qu’est le cracking et tire la sonnette d’alarme.

Le cracking est une technique industriel qui fractionne et recombine des aliments comme les céréales, les légumes, les fruits en dizaine de poudre (de protéines, d’amidons, de fibres…) et sirops pour re-frabriquer d’autres aliments.

Ils font des viandes qui ressemble à des filets de poulets par exemple, mais qui ne contient absolument pas de viande de poulet.

Bienvenue dans le monde des apprentis sorciers ou la fabrique des faux aliments.

« À force de décomposer les aliments, l’industrie fabrique de petites bombes sanitaire »

L’ultra-transformé, on l’a compris, c’est le craquage. Le craquage casse ce qu’on appelle la “matrice” de l’aliment. Or la matrice, c’est l’essentiel, la matrice de l’aliment, c’est son architecture. Deux aliments de même composition mais avec des matrices différentes n’auront pas le même effet sur l’organisme.

Tout ou presque, peut faire l’objet d’un cracking, comme le lait, duquel sera extrait la caséine, le lactérosum ou encore l’hydrolysat.

Pareil pour la pomme de terre, qui donnera : du sirop de glucose, du maltodextrine, de l’amidon transformé.

Ou encore, le riz, le maïs…..

De plus le cracking fait perdre en goût, les industriels doivent alors rajouter des arômes, des additifs, pour les rendre hyper palatable.

L’explosion des maladies chroniques est associée ou corrélée à cette consommation d’aliments fractionnées recombinés.

Comment lire les étiquettes ?

L’ordre des ingrédients sur les étiquettes est décroissant en termes de quantité.

L’ingrédient contenu en plus grande quantité est positionné en premier sur la liste et ainsi de suite.

Si le premier ingrédient de la liste est le sucre, dites-vous bien que c’est l’ingrédient majeur du produit.

Ensuite, fuir tous les produits mentionnant des additifs (E 400, 600…) bien entendu. Se munir de l’ouvrage de Corinne Gouget.

Et enfin, débusquer les ingrédients issus du cracking : gluten, sirop de glucose fructose, dextrose, amidon, caséine, maltodextrine, lysozyne, lécithine, ovalbumine, hydrolysat, lactérosum, polyol….. Liste non exhaustive.

Le cracking est une logique commerciale de rentabilité (ce sont des calories pas chère) et non une alimentation et une technologie au service de l’humain et de l’alimentation.

Attention à l’application Yuka et au nutriscore qui sont ultra réductionniste, car ils ne prennent pas en compte la teneur en vitamine, minéraux, oméga 3, ni la qualité bio, ni la présence d’additifs, ni le degré de transformation.

De plus l’application Yuka aveugle le consommateur qui ne remet pas en doute sa pertinence, et apprend à acheter sans aucun discernement propre, sans prendre de recul.

Exemple d’un produit noté B par le nutriscore :

Un sandwich Sodebo dans lequel il n’y a que 10% de thon et 7% d’œuf, sans aucune information sur la provenance des œufs. Il y a également du sucre dans le sandwich !

Mais aussi des additifs, des émulsifiants, du lactose, des colorants… Le Nutriscore ne tient pas compte de la composition du produit et ne se concentre que sur la partie nutriments. Or la partie composition en général (matières premières) est plus importante sur la santé que la teneur en protéines, en sucres, en sel et en graisses saturées.

Préférez l’application SIGA https://siga.care/ pour vos courses.

De manière général il est évidemment mieux de choisir des aliments bruts, vivants et bonne facture.  Cf à l’article d’Eric Darche (les aliments vivants).


 JULIE DORLET

Auteur de l'article Julie Dorlet

Naturo-sophro-réflexo

Coaching sugar détox (aide à s'affranchir du sucre) https://djudjuvlr.wixsite.com/julie-style-de-vie

Mail: julie.d.naturo@gmail.com

https://www.facebook.com/julie.dorlet/

Préparez vos jus d'herbe d'orge!

Avant de pouvoir réaliser le jus d’herbe d’orge, voici la méthode pour faire germer différentes graines.
Ensuite pour faire des jus, il faudra produire les pousses, puis vous pourrez en extraire le jus.
Toutes ces étapes sont décrites ci-après.

Image
PREPAREZ VOS JUS D'HERBE D'ORGE. cliquez ici pour lire l'article

Avant de pouvoir réaliser le jus d’herbe d’orge, voici la méthode pour faire germer différentes graines.
Ensuite pour faire des jus, il faudra produire les pousses, puis vous pourrez en extraire le jus.
Toutes ces étapes sont décrites ci-après.

1°) Mode d'emploi des graines germées en général.
Germination des graines en général y compris les graines d'orge.                    

On utilise :

• soit des germoirs prêts à l’emploi vendus dans le commerce (à 2 niveaux et plus) ;

• soit un bocal de verre blanc (pot de récupération de conserve ou de confiture, par exemple). Il faudra en plus :

• du tissu de moustiquaire et un élastique par flacon, qui serviront de couvercle à travers lequel l’air pourra pénétrer ;

• des graines d’origine biologique récentes et en bon état ;

• de l’eau potable filtrée de préférence ou d’eau de source en bouteille en verre.

Le froid ralentissant la germination, il faut choisir en hiver une pièce suffisamment chaude (comme la cuisine).

On peut trouver dans le commerce des germoirs électriques très performant, pour conserver une température constante idéale.

Conseils.

Pour les débutants, il est conseillé de commencer par de toutes petites quantités : 1 à 2 cuillères à soupe, par exemple.

Les différentes étapes de la germination à respecter.

• Versez dans le bocal la quantité de graines nécessaire et faites tremper dans l’eau pendant environ 12 heures (utilisez de préférence une eau filtrée ou de source).

Les graines doivent être largement immergées dans un bon volume d’eau. Si elles ne sont pas très propres, on peut les laver à grande eau avant de les tremper. Pour les petites graines (comme la luzerne, le sésame, le tournesol décortiqué), la durée de trempage peut être ramenée entre 1 à 5 heures.

• Pendant la première phase de trempage, le bocal sera debout.

• Après cette période de trempage, rincez abondamment les graines, 1 à 2 fois par jour, avec de l’eau filtrée froide en été et de l’eau tiède en hiver.

• Pour la deuxième phase, le bocal sera placé horizontalement ou légèrement penché en oblique à environ à 30° pour que les graines puissent « respirer » et ne pas être entassées les unes sur les autres.

• Ne mettez pas une trop grande quantité de graines, afin de favoriser une bonne oxygénation.

• L’endroit choisi pour réaliser vos cultures doit être aéré, mais sans exposition trop forte à la lumière solaire.

• Après quelques jours de germination, les graines seront prêtes à la consommation.

• Pour le blé et les céréales, le germe peut avoir entre 1 à 3 mm de longueur.

• Les petites graines (radis, choux, etc.) peuvent être consommées jusqu’à ce que le germe ait 2 ou 3 cm.

• Pour le tournesol, la luzerne et le soja, les germes peuvent avoir de 6 à 7 cm. Ne consommez jamais la graine de soja elle-même, seulement la pousse.

• Ne faites pas germer les graines de solanées (comme la pomme de terre, l’aubergine, la tomate, le poivron).

2°) Consommation des graines germées

Les graines germées se consomment :

• soit seules (de 1 à 3 cuillerées à soupe le matin ou le midi de préférence) ;

• soit en association avec des crudités ;

• soit en association avec des fruits oléagineux (mais pas avec des fruits aqueux) ;

• soit en les incorporant à un potage ;

• soit en association avec des céréales (légumineuses germées et pâtes ou riz, par exemple) ;

• soit avec des galettes de céréales ;

• soit sous forme de graines germées pulvérisées et incorporées à des biscuits ; etc. Les graines germées en pousses Alors que la graine germée se consomme en germes d’environ 0,5 cm pour les céréales, elle se mange en pousses de 1 à 5 cm pour les légumineuses et les légumes.

3°) Mode d’emploi pour réaliser des jeunes pousses.

• Trempez pendant environ 12 heures les graines dans un bocal d’eau.

• Procurez-vous une caisse ou un plateau en plastique (avec un fond étanche si vous êtes est en appartement) et déposez-y environ 1 à 2 cm de terre non traitée issue d’une campagne ou de votre jardin.

• Humidifiez la terre avec une eau de bonne qualité, puis déposez les graines sans les entasser.

• Recouvrez la caisse d’un autre plateau ou d’un plastique sombre afin de préserver les graines de la lumière et de l’humidité.

• Assurez-vous, surtout en été, de la constance du degré d’humidité, en ayant recours si nécessaire à un pulvérisateur d’eau que vous utiliserez matin et soir.

• Dès que la racine apparaît au bout de quelques jours, enlevez le couvercle.

• Laissez pénétrer la lumière, mais n’exposez pas les jeunes pousses au soleil vif.

• La température idéale se situe entre 20 à 25° C.

• La consommation des pousses peut se faire après une période de 7 à 14 jours, selon l’espèce de la graine et les conditions de température ambiante.

• Les jeunes pousses peuvent se consommer associées avec des crudités, des graines germées ou des salades, etc.

Les jus d’herbe de blé ou d’orge.

Les jus d’herbes de blé ou d’orge, c’est un extraordinaire moyen de se revitaliser. Sportive de haut niveau, Karine Herry, qui est aussi médecin, a été 5 fois championne de France des 100 km et accumule les victoires sur la distance des 50 km. Autant dire que, pour réaliser de telles performances, il lui faut, outre une condition physique exceptionnelle, des apports alimentaires particulièrement étudiés.

« Mes 8 années de pratique de course pour arriver au niveau international ont provoqué un cortège de manifestations classiques liées à ma pratique régulière d’entraînements et aux compétitions de longue distance : infections ORL, herpès labial épisodique, troubles légers du sommeil et de la mémoire … La prise régulière de jus d’herbe d’orge, intégrée dans mon alimentation, a fait non seulement disparaître l’ensemble de ces troubles mais s’est avérée être un complément indispensable à la santé et même un atout de performance : en 10 jours seulement, effet net sur la qualité du sommeil, moins d’asthénie physique et intellectuelle au bout d’un mois. »                                                                 

Ce témoignage est extrait de la revue Belle-Santé.

Malgré la grande richesse en nutriment du blé et les très bons résultats obtenus par Ann Wigmore dans son institut de santé Hippocrate avec le jus d’herbe de blé, quelques précisions sont néanmoins nécessaires.

Le jus d’herbe de blé produit une boisson à la saveur très sucrée qui ne convient pas à tout le monde, tant sur le plan gustatif que sur le plan biochimique. En cas de candidose, la mycose est nourrie par des aliments doux et sucrés, ce qui inclut l’herbe de blé douceâtre.

Le goût un peu amer de l’orge, surtout mélangé à un jus de carotte par exemple, convient mieux à de nombreuses personnes. Le docteur Yoshihide Hagiwara, chercheur japonais, après de longs travaux en laboratoire, a découvert que, parmi 200 plantes différentes ayant analysées, le jus de jeunes herbes d’orge qui fournissait les plus grandes quantités d’ingrédients actifs : vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes et de puissants antioxydants. À l’état de pousse, l’orge ne contient plus de gluten. Le blé et le maïs sont les deux céréales qui ont été le plus modifiées par l’homme au cours des 2 derniers siècles et, en cette qualité, elles ne conviennent pas à tout le monde.

30018 tout savoir sur le jus dherbe la boisson naturelle aux nombreux bienfaits

Mode d’emploi pour réaliser des jus d’herbes.

• Procurez-vous des bocaux ou germoirs et commencez par la germination des graines.

• Trempez les graines environ 12 heures, puis rincez. Ensuite, faites-les germer dans des bocaux

• Procurez-vous de la terre non traitée. Prélevez-la de préférence en un lieu boisé, dans les quelque 30 à 50 centimètres de terre sombre situés juste sous l’herbe ou sous les feuilles.

• Procurez-vous des plateaux d’environ 60 à 80 cm de long sur 15 à 20 cm de large, que l’on trouve dans une jardinerie. Ils servent en principe à récupérer l’eau des bacs destinés aux plantes. Une douzaine de plateaux seront nécessaires : 6 comme bacs et 6 comme couvercles.

• Il est conseillé de se procurer une étagère qui permettra de ranger les plateaux de manière méthodique. L’ensemble (plateaux et étagère) peut être placé dans la cuisine.

• Récupérez vos graines préalablement germées au bout de 2 à 3 jours, en fonction de la température, et dès que les racines deviennent visibles.

• Recouvrez l’un des plateaux d’une couche de 2 à 4 centimètres de bonne terre.

• Répandez-y les graines germées et répartissez-les sans les serrer les unes contre les autres, ni les empiler.

• Pulvérisez un peu d’eau sur les graines et la terre, modérément pour éviter les moisissures.

• Recouvrez-le tout d’un autre plateau et placez l’ensemble à un endroit où la température ambiante est de 20 à 25° C.

• Vérifiez chaque jour le degré d’humidité de la terre. N’arrosez que si nécessaire, en utilisant un pulvérisateur.

• En été, au bout de 2 à 3 jours, si la température est plus fraîche, ôtez le couvercle et exposer le plateau à la lumière, mais jamais directement au soleil vif. C’est l’équilibre entre lumière et ombre qui va produire une herbe de blé ou d’orge bien verte et bien fraîche.

• Il est important d’arroser ou d’humidifier la terre et les graines 1 à 2 fois par jour grâce à un petit pulvérisateur d’eau, vendu au rayon jardinerie des magasins de bricolage (utiliser de préférence de l’eau filtrée).

• Au bout de 7 à 8 jours, quand les pousses ou l’herbe auront atteint une taille de 8 à 15 centimètres au maximum, on pourra procéder à la récolte. La coupe doit se faire au ras de la base, car la plupart des nutriments s’y trouvent concentrés. Il est conseillé de rincer l’herbe avec une eau de bonne qualité, afin d’éliminer certains micro-organismes pouvant être à l’origine de diarrhées ou de « désordres » intestinaux.

On peut utiliser une essoreuse à salade pour évacuer toute l’eau. Si on ne peut faire autrement, il est possible de conserver au frigo l’herbe coupée dans des boîtes de plastique, pendant un maximum de 7 jours. Le jus devra être bu de préférence dès son extraction ou dans au maximum la 1/2 heure qui suit. 1 kg d’herbe de blé ou d’orge permet d’obtenir 300 grammes de jus ; un bouquet d’herbe de blé d’une épaisseur d’environ 1,5 centimètres de diamètre environ 3 centilitres de jus. Il est recommandé d’en consommer quotidiennement de 6 à 12 centilitres.

• Commencez tout d’abord par de petites quantités de 3 à 6 centilitres de jus pur ou mélangé avec d’autres jus de légumes, par exemple de carotte, pour atteindre par la suite la dose de 3 à 6 centilitres jusqu’à 3 à 4 fois par jour, afin de se régénérer ou en cas de problème de santé important.

• L’extraction se fait avec un broyeur spécial très fin, à main ou électrique, vendu dans les magasins de diététique ou par correspondance. Certaines firmes proposent tous ces matériels en vente par correspondance.

• On peut aussi tout simplement mâcher l’herbe de blé ou d’orge, mais on obtiendra ainsi que peu de jus. N’avalez pas les fibres, recrachez-les !

• Au centre Hippocrate en Floride, le jus d’herbe de blé est aussi utilisé comme implant rectal ou comme lavement. Les lavements destinés à nettoyer le côlon, suivis d’un implant d’herbe de blé, ont des effets très bénéfiques sur la santé. Sous la forme d’implant, purificateur du côlon, on insère du jus frais d’herbe de blé dans le rectum où il faut le garder une vingtaine de minutes avant de l’expulser.

• Mettez, dans une poire à lavements stérile, 3 à 6 centilitres de jus d’herbe de blé frais que vous insérerez dans le rectum. Puis, après les avoir évacués, quelques minutes plus tard, refaites un implant de 3 à 6 centilitres de jus que vous laisserez s’éliminer naturellement dès que le besoin s’en fait sentir, le plus souvent après une vingtaine de minutes. Dans bien des cas, l’organisme aura absorbé tout le jus.

• Au centre Hippocrate, le jus d’herbe de blé est aussi utilisé en applications locales sur la peau pour la régénérer ou en cas de démangeaisons, de brûlures, d’égratignures, d’irritations, de piqûres, etc.

NOTA.                                                                                                                                     

Pour ceux qui sont intéressés par les jus d’herbe mais ne peuvent pas le réaliser eux-même, on peut trouver dans le commerce de la poudre de jus d’herbe d’orge ou de blé ou de la poudre de jus d’herbe d’orge ou de blé ; très intéressant sur le plan nutritionnel.

Différence entre la poudre d’herbe d’orge et la poudre de jus d’herbe d’orge.

La poudre de jus d’herbe d’orge est un peu plus chère que la poudre d’herbe d’orge, mais cela s’explique par le fait que la poudre de jus d’herbe d’orge est débarrassée de la cellulose, ce qui permet de la concentrer en divers nutriments tels que des vitamines, minéraux, oligo-éléments, etc.  


 AVT Eric Darche 6523

Auteur de l'article:  Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34. www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme et alimentation vivante.

Comment améliorer son alimentation pour favoriser un bon équilibre nerveux

Une expérience a été menée aux Etats-Unis au Lycée Appleton, ou sont accueillis des élèves ayant des problèmes comportementaux plus ou moins graves. L’objectif était de ne pas instaurer une discipline spéciale, mais de réguler leur comportement par une alimentation bien étudiée, sans colorants ni conservateurs ni ajouts chimiques, composée principalement de céréales complètes, de fruits et légumes frais, sans friture.

Image
COMMENT AMELIORER SON ALIMENTATION POUR FAVORISER UN BON EQUILIBRE NERVEUX. cliquez ici pour lire l'article

Une expérience a été menée aux Etats-Unis au Lycée Appleton, ou sont accueillis des élèves ayant des problèmes comportementaux plus ou moins graves. L’objectif était de ne pas instaurer une discipline spéciale, mais de réguler leur comportement par une alimentation bien étudiée, sans colorants ni conservateurs ni ajouts chimiques, composée principalement de céréales complètes, de fruits et légumes frais, sans friture.

Les plats étaient réalisés sur place, sans conserves. Il n’y avait pas de distributeurs de sodas ; l’eau était servie à volonté. Le directeur de l’établissement a remarqué d’importants changements dans le comportement des élèves, qui s’est très largement amélioré.

Il a notamment observé une baisse de l’agitation et une amélioration de la concentration en classe ; les élèves obtenaient  de bien meilleurs résultats pour un budget similaire à celui des autres écoles !

D’autres expériences analogues ont été réalisées en Suède et au Danemark avec des résultats identiques et ce, dans différents collèges. D’après les responsables de ces établissements, les formes d’agressivité entre les jeunes ont considérablement baissé et les résultats scolaires se sont, dans l’ensemble, nettement améliorés. Ceci uniquement grâce au recours à des produits alimentaires de qualités, à dominante bio-végétarienne, non raffinés et crus.

On se plaint de plus en plus du comportement des jeunes, de l’hyperactivité de certains d’entre eux, de leur manque de concentration en classe, de leur démotivation, de leur agressivité. 

Comment expliquer que les jeunes des générations précédentes, sans être pour autant des anges, semblent moins concernés par ces comportements dits asociaux ?

La nouvelle génération a-t-elle décidé, du jour au lendemain, d’adopter ces comportements excessifs, pour le seul plaisir d’être diffèrent, de provoquer, ou cela s'explique par d’autres causes ?

Et dans ce cas, quels sont les éléments qui permettent d’expliquer ces attitudes agressives ?

On peut penser, bien sûr et à juste titre, à l'éducation permissive de certains parents, à la violence si souvent exprimée dans les médias (télévision, films, journaux, jeux-vidéos, etc.), au stress croissant auquel nous sommes tous plus ou moins confrontés, etc.

Mais il ne faudrait surtout pas sous-estimer un autre facteur souvent ignoré, qui contribue pour une large part à la genèse des difficultés relationnelles que bien des jeunes rencontrent aujourd’hui, et qui peut se résumer d’un mot : l’alimentation.

Chacun sait que l’alcool, même consommé par une personne équilibrée mentalement et physiquement, peut, en un laps de temps très court, affecter son comportement psychique et être à l'origine d’actes délictuels et de violence.

Mais, lorsqu’il s’agit d’alimentation, l’idée semble beaucoup plus difficile à accepter. Pourtant, les conséquences peuvent bel et bien s’avérer tout aussi redoutables.

Une alimentation dénaturée, riche en produits raffinés et en produits de synthèse divers et variés, par exemple, les préparations de type fast-food , si appréciées des jeunes, ne peut que contribuer au déséquilibre biochimique du cerveau et faciliter les excès de violence.

Ne pas oublier que les troubles de santé et particulièrement les troubles de santé mentale sont en relation avec :

-          des carences micro-nutritionnelles(on pensera bien sûr aux carences générées par l’alimentation mais elles peuvent aussi concerner tous les autres facteurs de santé.)

-          des toxique alimentaires, auxquels il faut ajouter tous les toxiques quelque soit le domaine (émotionnel, excès de stress en tous genre, mais aussi les toxique de l’air, de l’eau, de la terre, etc.)

-          Les excès alimentaires mais concerne aussi tous les domaines déjà énumérés ci-dessus.

 

Comment améliorer son alimentation pour favoriser un équilibre nerveux et psychique ?

Il sera nécessaire de supprimer les sources d’aliments raffinés ; aliments composés de sucre raffiné ou à indice glycémique élevé qui provoquent une forte concentration de sucre dans le sang en très peu de temps :

Sucre blanc incorpore ou rajoute aux aliments, maltose, glucose, fructose raffiné, confiseries, barres chocolatées, biscuits et pâtisseries en général (sauf s’ils sont issus de farines complètes ou semi complètes), sodas, cola, hamburgers (composes de pain mou raffine), frites dont l’indice glycémique est très élevé (correspond a une concentration en sucre, même s’il s’agit de sucre complexe), pain blanc, riz blanc, pâtes, blanches, céréales du petit déjeuner de type cornflakes, fécules de pomme de terre, amidon de maïs, malto-dextrine, chips, pop-corn, gâteaux de riz, riz soufflé, semoule raffinée, viennoiseries du commerce traditionnel.

Attention aux sodas, jus de fruits industriels, biscuits ou autres préparations riches en sucre ajouté comme le fructose raffiné et le sirop de glucose-fructose ou dextrose. Ces sucres contournent les mécanismes de régulation de l’appétit (peu de sécrétion d’insuline

et de leptine) et favorisent la surconsommation de calories et, dans certains cas, la prise de poids.

Les animaux, auxquels on donne un régime riche en fructose raffiné, se mettent à manger davantage et leur poids, ainsi que leurs graisses corporelles, augmentent.

Le fructose, raffiné en grande quantité, induit des problèmes hépatiques semblables à ceux des alcooliques, chez les animaux qui en consomment beaucoup.

Parallèlement à la consommation d’aliments raffinés, une autre erreur majeure, en diététique, consiste à grignoter entre les repas. Certains enfants et adolescents arrivent ainsi a manger entre 15 et 20 fois par jour. Il sera nécessaire de supprimer les grignotages incessants entre les repas. Comme l’a souvent fait remarquer le naturopathe Robert Masson, le grignotage incessant constitue une  méga-nuisance  alimentaire.

LES GLUTAMATES

Son apport régulier et important, via l’alimentation,  peut entraîner de nombreux problèmes neurologiques (incluant des lésions cérébrales).

Dans un numéro de la revue française Panorama Médical, on pouvait lire :

 Les doses de glutamate ingérées par les enfants sont parfois si élevées qu'administrer à dose identique oralement à un jeune animal, elles entraîneraient la destruction pure et simple

du système nerveux central. Un enfant de 10 ans ingère, dans un sachet de soupe instantanée,

entre 1000 et 1300 mg de glutamate, soit une quantité bien supérieure à celle qui tue les noyaux cérébraux des cobayes. 

 

Le glutamate peut provoquer, dans certains cas, la dégénérescence du système nerveux, des troubles neuropsychiatriques, des maux de tête, etc.

LES PHOSPHATES

 

Les phosphates sont des substances chimiques ayant tendance à conserver la couleur et à retarder la détérioration des aliments. Ils peuvent également rendre les produits alimentaires plus doux en augmentant la quantité d’eau qu’ils contiennent. Étant donné que l’addition d’eau aux aliments ne leur coûte pratiquement rien, les industriels sont tentés d’utiliser à cette fin des polyphosphates pour augmenter leur volume et leur poids.

Les symptômes engendrés par les phosphates peuvent être : l’hyperactivité, le déficit de l’attention, une agitation anormale, une faible capacité de concentration, une mauvaise gestion du sommeil, des difficultés de parole (dyslexie), des difficultés psychomotrices, de l’agressivité, une situation d’échec matériel et social malgré un QI souvent supérieur à la moyenne.

Les TOC (troubles obsessionnels compulsifs), les tics, la dyskinésie relèvent également de ce

syndrome. Dans certains cas, on peut faire disparaître la dyslexie par un régime sans phosphates.

Les phosphates alimentaires sont présents dans certaines boissons au thé, certains sodas à l'orange ou au citron (acide citrique plus sucré), les colas (dont l’acide phosphorique est récemment passé de 0,55 à 0,70 g/l, soit une augmentation de 27 % imaginée par

les manufacturiers uniquement dans le but d’entretenir la soif), les barres chocolatés, le chewing-gum, le riz incollable (enrobage phosphate), la levure chimique pour gâteaux (pyrophosphates : 40 g/kg de phosphates), certaines pâtes à la noisette et au chocolat,

les poudres chocolatées et autres chocolats industriels, le vin blanc d’Alsace (qui contient du phosphate).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Après avoir supprimé toutes les causes des troubles du système nerveux, suivre le plan alimentaire conseillé.

1) - Le repas du matin ou petit-déjeuner

 

Plusieurs variantes sont possibles.

La boisson peut être consommée soit juste avant le lever, soit au lever (30 minutes avant le petit-déjeuner). La digestion de ce dernier en sera plus aisée : cela évitera les lourdeurs digestives.

La boisson peut aussi être prise pendant le petit-déjeuner lui-même. Il faudra boire une quantité modérée de liquide pour ne pas trop ralentir la digestion. On pourra choisir une infusion, du malt, une chicorée, un thé, un lait d’amande, de noisettes ou de châtaignes, ou encore un jus de légumes non lacto-fermenté. L’idéal serait de le réaliser soi-même à partir de produits d’origine biologique grâce à un extracteur de jus.

Aliments à inclure dans le petit-déjeuner (si l’on est intolérant à certains aliments proposés ici, bien évidemment il ne faudra pas en tenir compte et donc le consommer) :

  • soit du pain semi-complet ou complet d’origine biologique et des oléagineux variés où prédominent les noix (recommandé pour les enfants et adolescents) ;
  • soit du pain beurré en quantité modérée et de temps en temps et seulement d’origine biologique ;
  • soit une variété de fruits secs (dattes, figues ou bananes séchées);
  • soit une variété de fruits amylacés (châtaignes ou bananes);
  • soit du pain et 1 ou 2 œufs à la coque (déjeuner particulièrement nourrissant et équilibré);
  • soit une variété de graines germées (par exemple, 2 à 3 cuillères à soupe de tournesol germé, de blé germé, de sésame germé, de luzerne germée, etc.).

 

Prendre soin de bien mâcher tous les aliments.

N’hésitez pas à changer régulièrement de petit-déjeuner pour éviter la monotonie et favoriser l’équilibre alimentaire.

Important.

Pour ne pas souffrir de troubles digestifs (comme des ballonnements, des gaz, des brûlures, des diarrhées), il est recommandé de ne pas associer le pain, les pommes de terre ou les céréales aux aliments acides ou trop concentrés en sucre de digestion rapide, qui bloquent les processus de digestion, tels que :

  • Fruits frais ou secs et jus de fruits : orange, citron, pamplemousse, pomme, raisin, fraise, poire, cerise, pêche, ananas, banane, figue, datte, abricot, raisin, pruneau, etc. Seuls les fruits oléagineux (amande, noix, noisette)sont compatibles avec les féculents ou les céréales.
  • Jus lacto-fermentés, mueslis et crème Budwig, yaourts de lait de vache ou de soja, et tout liquide à base de soja cru.

2) - Le goûter vers 16 h ou 17 h (facultatif)

 

Collation légère, consommée 2 heures minimum avant le repas du soir et seulement si l’on a vraiment faim. Prendre :

  • soit un fruit aqueux (consommé seul et non associé avec d’autres aliments): orange, citron, pamplemousse, etc. en fonction du terrain organique
  • soit un fruit amylacé : châtaignes, banane, marrons, etc., selon l’intensité de l’activité physique
  • soit quelques fruits secs : dattes, figues, pruneaux, bananes séchées, etc., selon l’intensité de l’activité physique ;
  • soit une compote de pommes froide ou chaude ;
  • soit une tisane non sucrée ou de l’eau de source si l’on a soif.

Étant des glucides complexes concentrés et de digestion longue, les féculents (tels que le pain, les gâteaux, les pâtisseries) devront être évités avant le repas du soir au goûter.                                                                                              

Ceci étant dit, il faut considérer la capacité digestive individuelle et l’intensité de l’activité physique qui, dans certains cas, permettent et nécessitent la consommation de quantité modérée de féculents.                   

3) - Les repas de midi et du soir

  • Crudités à l’entrée : carottes, betteraves, céleris, navets, salades, etc., d’origine biologique de préférence. À bien mâcher.

On peut y ajouter des graines germées de céréales, de légumineuses ou de papilionacées : kamut, blé, seigle, lentille, petits pois, azuki, luzerne, fenugrec, etc.

On peut aussi complémenter avec de jeunes pousses de céréales, de légumineuses ou de papilionacées et un peu d’algue d’origine biologique : Dulse, Nori, ou Wakamé, etc. (Attention au mercure et arsenic etc., contenu dans certaines algues et surtout la chlorella, demander des analyses.)

L’usage des aromates est conseillé : oignons, ail, olives noires, etc. Il est recommandé aux personnes quelque peu sensibles sur le plan digestif de consommer à midi des crudités riches en fibres - comme la carotte, la betterave, le céleri et le navet - et le soir, par contre, des crudités plus tendres - comme la courgette, le concombre, la laitue, l’endive, etc.-

  • Féculents et céréales: pommes de terre, pâtes, riz, millet, sarrasin, quinoa, seigle, orge, maïs, avec ou sans légumes cuits. Ces derniers ne sont pas indispensables s’il y a des crudités, mais on peut tout à fait consommer un plat d’aubergines à la provençale par exemple. Si l’on n’est pas allergique aux produits laitiers, on peut rajouter de temps en temps un peu de fromage râpé de bonne qualité d’origine biologique de préférence, sur les pâtes.
  • Protéines :viande, poisson, œufs (à la coque de préférence),fruits de mer, légumineuses trempées la veille dans de l’eau ou germées pour en faciliter la digestion. Les aliments marins, poissons et fruits de mer seront de préférence d’origine sauvage, et la viande biologique.
  • Lipides : 1 cuillère à soupe d’huile de noix ou de colza (de temps en temps rajouter, de l’huile d’olive et de l’huile de tournesol),mais impérativement vierge de première pression à froid et d’origine biologique. Cette huile servira pour l’assaisonnement des crudités, en y ajoutant, par exemple, un peu de sel marin complet bio ou de la fleur de sel bio.

4) - Dessert 

Éventuellement une tarte aux pommes ou une compote de pommes, ainsi que toutes les tartes aux fruits cuits (sauf celles où les fruits restent acides malgré la cuisson, comme les abricots ou les groseilles).

Un peu de chocolat cru de bonne qualité est une autre possibilité.

Il faut surtout éviter de prendre au dessert des aliments susceptibles de troubler la digestion (comme l’a d’ailleurs si bien démontré le naturopathe Robert Masson), tels que :

  • les fruits frais, les fruits secs, les jus de fruits et les aliments contenant du jus de fruits (comme certains desserts ou compotes) ;
  • les sirops ;
  • les sodas, les colas ;
  • le miel ou les aliments en contenant (pain d’épices) ;
  • l’hydromel (boisson à base de miel);
  • les jus lacto-fermentés ;
  • les müeslis et les crèmes Budwig ;
  • les yaourts ;
  • le fromage blanc ;
  • les yaourts au soja ;
  • tout liquide ou aliment à base de soja cru ;
  • les glaces et les sorbets, à cause du froid qui peut freiner la digestion et la compromettre.

AVT Eric Darche 6523

Renseignement à propos de l’auteur.

Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste
Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : ENHED


Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34.
www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez le retrouver : Naturopathie, hygiénisme  et alimentation vivante.

Comment rééquilibrer le terrain?

S‘il y a une notion de priorité qu’il faut connaître et respecter dans la santé holistique et en naturopathie, c’est bien les connaissances sur le terrain. Elles sont directement liées au développement de la maladie.

LES ALIMENTS ALCALINISANTS

Après oxydations, ils donnent un résidu alcalin, c’est-à-dire, qu’ils comportent une grande proportion d’éléments alcalinisants (sodium, calcium, magnésium, potassium).

Image
COMMENT REEQUILIBRER LE TERRAIN? cliquez ici pour lire l'article

LES ALIMENTS ALCALINISANTS

Après oxydations, ils donnent un résidu alcalin, c’est-à-dire, qu’ils comportent une grande proportion d’éléments alcalinisants (sodium, calcium, magnésium, potassium).

Il s’agit des légumes en général et de certains fruits :

— Tous les légumes verts (sauf l’oseille, la rhubarbe et la bette).

— Tous les légumes colorés (carotte, betterave, etc.) sauf la tomate.

— L’amande, le sésame, la noix du Brésil, la châtaigne.

— Les fruits secs (datte, raisin sec, figue sèche), sauf l’abricot.

— Le melon, la pastèque, la banane.

— La pomme de terre.

LES ALIMENTS ACIDIFIANTS

Après oxydation, ils donnent un résidu acide comprenant une grande proportion d’éléments acidifiants (soufre, phosphore et chlore, iode).

Sont concernés :

— La viande, la volaille, la charcuterie, le poisson, les extraits de viande, les œufs, le fromage (les fromages forts sont plus acides que les doux), les produits laitiers riches en petit-lait (yaourt, lait caillé, fromage blanc, kéfir).

— Les corps gras animaux, les huiles durcies ou raffinées, les céréales complètes ou non (blé, avoine, seigle, etc.), le pain, les pâtes, les flocons et aliments à base de céréales, les légumineuses (arachides, soja, haricots blancs, fèves).

—  Les sucres raffinés et blancs, les sucreries, les sirops, les boissons industrielles, les limonades et boissons à base de cola, les sodas, les pâtisseries, les limonades et boissons à base cola, les sodas, les bonbons, les confitures, les fruits confits, les fruits oléagineux tels que la noix, la noisette sauf l’amande et la noix du brésil, le thé, le café, le cacao, le vin, le vinaigre et la moutarde.

LES ALIMENTS ACIDES OU SEMI-ACIDES

Ils se reconnaissent aisément à la saveur. Il s’agit des citrons, des pamplemousses, des oranges, des pommes, des cerises, des prunes, des abricots, des groseilles, du cassis, des framboises, des jus de fruits, du jus de citron dans la sauce à salade, des légumes acides (tels que la tomate, la rhubarbe, l’oseille, le cresson, le pourpier, l’aubergine), du miel.

Ces derniers ont une action acidifiante ou alcalinisante variable suivant la personne qui les consomme.

En effet, dans le cas des aliments naturellement acides qui n’ont pas fait l’objet de transformation industrielle, l’organisme, après avoir oxydé les acides citriques, maliques, tartriques, ascorbiques, lactiques, quiniques, sous forme d’oxydes de carbone et d’eau, va pouvoir récupérer les minéraux alcalins de ces aliments (calcium, potassium, sodium, etc.), et donc se minéraliser grâce à ces produits.

Mais dans le cas des personnes souffrant d’une faiblesse métabolique et enzymatique, d’où découlera une faible capacité de combus­tion et d’oxydation des acides, ces derniers seront stockés et contribueront à l’acidification de l’or­ga­nisme. Dans d’autres cas les acides seront neutralisés ou « tamponnés » au détriment de la densité osseuse c’est-à-dire que l’organisme va ponctionner une partie des minéraux « basiques » des os pour rééquilibre le pH sanguin. Ce mécanisme peut être à l'origine, entre autres, de certaines ostéoporoses.

Cette difficulté de l’organisme à neutraliser les acides pourra s’exprimer par une frilosité, une nervosité excessive, l’hyperémotivité, une tendance dépressive, la fatigue associée à un manque d’énergie chronique, la faiblesse du système immunitaire, une physionomie longiligne et en général, une grande pâleur due à la contraction des capillaires, (le taux d’hémoglobine étant normal), des maux de tête, des yeux larmoyants et sensibles, une sensibilité au froid, à la chaleur ou à l’effort etc.

Les laitages présentés officiellement comme une bonne source de calcium (mais pas très assimilable) et constituent des aliments acidifiants et ayant un indice insulinique élevé.

Comme le précisent les études de l’École de Harvard, dont parle le journaliste Thierry Souccar ; paradoxalement c’est dans les pays où l’on consomme le plus de laitages que l’on constate les plus forts taux de fractures, comme la Suède par exemple.

L’os a besoin de calcium et de vitamine D, mais aussi et surtout d’un équilibre acido-basique apporté par l’alimentation. Il ne s’agit pas ici d’exclure radicalement les produits laitiers mais d’encourager leur consommation modérée.

La majorité des aliments qui constituent les sandwiches des fast-foods, mise à part la feuille de salade, sont des aliments acidifiants qui ne respectent pas la notion d’équilibre acide-base si importante pour l’organisme. En effet pour favoriser l’équilibre minéral de l’organisme et l’ossification du jeune enfant, il ne suffit pas de favoriser seulement la consommation d’aliments pourvoyeurs de calcium.

 Ceci étant dit, le schéma alimentaire des fast-foods peut être largement reproduit en dehors de ces restaurants. Que cela soit à domicile, entre amis ou n’importe où.

Certaines études montrent une multiplication par trois à cinq des fractures chez les adolescents qui consomment régulièrement des boissons acides (les softs drinks ; cf article de la revue Nutranews).

À propos des boissons à base de colas que l’on peut trouver dans les menus fast-foods, et selon une étude américaine relayée par la revue « Que choisir santé », il a été établi que les femmes consommant plus d’une canette de cola par jour présentent une moindre solidité des os. L’auteur Katherine L. Tucker, chercheuse à l’Université Tufts de Boston, explique que le rôle néfaste des colas sur les os avait déjà été suspecté auparavant.

En effet, on avait constaté que les adolescents qui buvaient beaucoup de colas présentaient un risque accru de fracture. Mais cette fragilité était expliquée par le fait que la consommation de ces sodas avait lieu au détriment d’autres boissons riches en calcium et favorisant la solidité des os. Cette interprétation ne vaut plus ici : même à apports en calcium égaux, une consommation élevée de colas a bien été associée à une moindre solidité des os. Les chercheurs soupçonnent ici, l’acide phosphorique, présent dans les colas, de favoriser la fragilité des os. Des études sont en cours pour étayer ce phénomène.

Des expériences in vitro indiquent que l’acidose métabolique provoque une libération de calcium par les os qui, à l’origine est simplement due à une dissolution physico-chimique du minéral. Sur une base plus chronique, l’acidose métabolique altère le fonctionnement des cellules osseuses : elle provoque une augmentation de la résorption osseuse ostéoclastique (décroissance de la densité osseuse) et une diminution de la formation osseuse ostéoblastique. (Idem : décroissance de la densité osseuse)

Les boissons industrielles acides, contribuent dans bien des cas à la déminéralisation de l’organisme. Chez les enfants cela favorise une fragilisation des os. Et à long terme, cela participera au processus menant vers l’ostéoporose.

Le stress en excès, quelqu’un soit l’origine (visuel, sonore, affectif, relationnel, etc.) contribue à l’acidification de l’organisme. Par contre, la respiration ample et au grand air, contribue à favoriser l’alcalinisation de notre organisme ainsi que les massages, la relaxation, l’écoute de musique harmonieuse, etc.

Pour contribuer à la restauration de l’équilibre acido-basique, l’on peut avoir recours entre autres, aux jus de légumes que l’on réalise soi-même à partir de produits bio. On peut aussi avoir recours à des compléments alimentaires comme la poudre de jus d’herbe d’orge qui est très alcaline, mais aussi l’eau de mer mais de bonne qualité garantie, les graines germées que l’on réalise soi-même de préférence à l’aide d’un germoir, etc.

Conseils pour optimiser votre achat d’eau de mer et de poudre de jus d’herbe d’orge.

A propos de l’eau de mer ou plasma marin très riche en minéraux et oligo-éléments,  il est important de préciser que l’on doit tenir compte de la notion de qualité avant d’opter pour tel ou tel produit. En effet cette eau doit avoir été prélevée non pas près des côtes mais au large et en respectant une certaine profondeur d’extraction entre autres. Autrement on peut se retrouver avec une eau de mer ne remplissant pas les conditions de qualité et d’hygiène nécessaire et indispensable pour assurer une excellente qualité au consommateur.

Puis en ce qui concerne la poudre d’herbe d’orge, il est souhaitable de connaître quelques notions ou paramètres  afin d’optimiser le choix de ce produit.

Tout d’abord il vaut mieux opter pour une poudre de jus d’herbe d’orge et non pour une poudre d’herbe d’orge. La différence entre les deux est que la poudre de jus d’herbe d’orge a été « débarrassée » des fibres. Dire cela ne veut pas dire que les fibres n’ont pas d’intérêt mais dans le cas d’espèce, leur retrait permet une plus grande concentration et assimilation des nutriments apporté par la poudre de jus d’herbe d’orge. Les fibres quant à eux, seront apportées en parallèle par la consommation de fruits et légumes entier et consommer « à la croque », indispensable dans une alimentation saine et équilibrée. D’autre part, cette poudre de jus d’herbe d’orge devra être garantie d’origine biologique.


AVT Eric Darche 6523

Renseignement à propos de l’auteur.

Eric Darche / Naturopathe-hygiéniste.

Créateur d’une nouvelle une école de naturopathie et d’hygiénisme sur internet à 100 % en E-learning : 

Auteur, conférencier. Consulte à distance par tél ou par skype.

Tel : 09 50 24 05 34.

www.ericdarche.com

Groupe Facebook ouvert à tous où vous pouvez me retrouver : Naturopathie, hygiénisme  et alimentation vivante.

Phone
Email
Messenger