1) Consommez-vous de la viande et de la charcuterie (y compris jambon) plus de 5 fois par semaine ?

A propos du sujet des acides gras saturés contenus dans ces aliments, reportez- vous, au cours sur la nutrition

NOTA.

Rappel succinct sur les acides gras saturés

Les acides gras saturés sont apportés essentiellement par les produits d’origine animale, tels que la viande, le lait, les œufs, le fromage, la charcuterie et le beurre. Ils ne possèdent pas de liaison intermoléculaire et ne peuvent donc pas participer aux échanges métaboliques dans l’organisme. Les acides gras saturés résistent mieux à l’oxydation et supportent des températures plus élevées que les autres corps gras.

Les conséquences d’un excès d’acides gras saturés sont :

  • l’hypertension artérielle
  • l’augmentation de l’agrégation plaquettaire avec risque de thrombose, d’infarctus, de maladies cardio-vasculaires, d’embolie (oblitération d’un vaisseau par un corps étranger : caillots, graisses, cellules malignes, bulles de gaz)
  • l’augmentation des processus inflammatoires (eczéma, psoriasis, certains types de rhumatismes, allergies, problèmes respiratoires, asthme)
  • les déséquilibres hormonaux
  • les menstruations pénibles et douloureuses

Voici malgré tout "un bémol" à ne pas oublier concernant la consommation d'acide gras saturés.

Selon divers travaux scientifiques récents, les acides gras saturés à très longues chaines tels que (C20 :0 arachidique, C22 :0 béhénique et C24 :0 lignocérique) que l’on trouve dans les oléagineux (graisse végétales, noix, cacahuètes, etc.), qui peuvent être synthétisés par l’organisme, sont associés à un risque plus faible de maladie coronarienne.

Les acides gras à très longues chaines (20 atomes de carbone ou plus) semblent avoir un effet positif sur différents troubles de santé comme le diabète et la sensibilité à l’insuline.

L’avis de « lanutrition.fr » : « - La Meilleure Façon de Manger -, le guide alimentaire de lanutrition.fr, conseille depuis l’origine de ne pas éliminer les graisses saturées de son alimentation, en particulier les trois acides gras saturés à longues chaînes et nombre pair d’atomes de carbone, qui sont précisément ceux analysés par les chercheurs dans cette étude. Depuis l’origine, nous considérons, contrairement à de nombreux organismes officiels, que les acides gras saturés, pris dans leur ensemble, devraient représenter 10 à 12% des calories totales ».

Une certaine quantité d’acides gras saturés est nécessaire à notre bon fonctionnement, malgré une digestibilité diminuée par rapport à d’autres corps gras. Ils représentent 15 à 25 % « de la ration lipidique ».

Les acides gras saturés ont souvent mauvaise presse auprès du grand public, mais comme on vient de le voir, de plus en plus d’informations scientifiques donnent un éclairage nouveau sur l’intérêt qu’ils représentent pour l’organisme à certains égards.

A propos de la charcuterie et particulièrement en ce qui concerne la consommation de jambon rose, il est bon de savoir que ce dernier est toxique pour l'organisme. Il peut être souhaitable d’apprendre que si l’industrie agro-alimentaire supprimait l’ajout de nitrites dans la viande et la charcuterie, - contrairement à ce qu’elle fait aujourd’hui dans le but de la rendre artificiellement rose (comme dans le jambon) et d’en « fixer » la couleur, afin de séduire les consommateurs -, cela permettrait potentiellement d’éviter chaque année des milliers de cancers colorectaux en Europe, selon certains scientifiques.

(France 2 Télévision - Cash investigation - Industrie agro-alimentaire : business contre santé. Pourquoi le jambon est-il rose ?)       

 Lien vidéo :   https://www.youtube.com/watch?v=7RXHDEi79EI 

Cette question : "Consommez-vous de la viande et de la charcuterie (y compris jambon) plus de 5 fois par semaine ?", souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras polyinsaturé »)                                                                                 

 Fin du Nota.

2)  Consommez-vous plus de 2 fois par semaine des plats industriels : congelés, conserves ou plats préparés ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé")                                                                                                   

Cette question devrait aussi attirer l'attention du Naturopathe-hygiéniste sur la possibilité d'une intoxication possible de son "patient-consultant" en relation avec certains de ces symptômes, en raison de nombreux additifs et molécules toxiques, apportés par l'alimentation industrielle d'origine non biologique.   Fin du Nota.                                                                                                                  

3) Consommez-vous chaque jour au minimum 2 produits au lait de vache et ses dérivés (yaourt, béchamel, gruyère, glace, crème dessert...) ?

NOTA.

Cette question proposée par le docteur Lagarde, contrairement à sa formulation que nous ne partageons pas..., devrait attirer l'attention du naturopathe hygiéniste, sur l'idée que les produits laitiers ne sont pas des produits indispensables malgré le discours officiel.

Il est donc souhaitable de ne pas dépasser au maximum 2 produits laitiers par jour, sachant qu'avec une alimentation saine et équilibrée on peut s'en passer complétement.

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé)" et sur l'excès "d'acide gras saturés et trans"                                  

Selon l'étude TRASFACT et les travaux de l'université d'Uppsala en Suède, les acides gras "trans" d'origine laitière, contribuent à la dégradation de la sensibilité à l'insuline, en particulier chez les diabétiques. Ainsi le glucose est moins bien capté et moins bien métabolisé. Le sucre sanguin a alors tendance à rester élevé au niveau sanguin. Le pancréas s'épuise à sécréter de plus en plus d'insuline pour essayer de corriger cette situation.                                                                                               

Selon différentes études scientifiques relaté par Thierry Souccar, (journaliste, éditeur, biochimiste de formation et auteur de l’ouvrage - Lait, Mensonges et Propagande -) ; manger plus de deux laitages par jour peut se révéler néfaste pour la santé. Thierry Souccar accuse les responsables des autorités sanitaires de servir la soupe à l'industrie laitière et de faire de la désinformation.

 Le lait, un élément indispensable ? Pas si sûr.

« De nombreux peuples dans le monde se passent très bien du lait animal. Les habitants de l'île d’Okinawa, au Japon, n'en consomment pas. Or, ils sont connus pour comptabiliser le plus grand nombre de centenaires », avance Thierry Souccar.

De fait, durant des millions d'années, nos ancêtres n'ont pas bu de lait de vache. Les laitages ont fait leur apparition il y a 6 000 ans, au néolithique, avec l'élevage, et uniquement dans certaines régions du globe. « C'est une introduction très tardive. Originellement et génétiquement, l'être humain n'est pas constitué pour consommer des produits laitiers.

Certains d'entre nous se sont adaptés. Des études montrent cependant que 75 % des humains n'ont pas de lactase, cette enzyme nécessaire pour digérer le lactose du lait », poursuit Thierry Souccar.

Les intolérants au lait seraient plus nombreux dans le Sud, où l'on n'élève pas de vaches. « Cela ne se traduit pas, par des désagréments très graves a priori.
Mais des chercheurs de l'université de Cardiff (pays de Galles) ont montré en 2005 que les troubles digestifs - douleurs abdominales, constipation, migraines... - sont réels », souligne-t-il.

On peut trouver du calcium ailleurs.

Toutefois, le lait ne nous est-il pas indispensable pour trouver le calcium dont nous avons besoin chaque jour pour survivre ?

« L'idée n'est pas de se passer des laitages, mais d'en consommer moins, souligne Thierry Souccar.

Ce que l'industrie laitière ne dit pas, c'est qu'on trouve aussi du calcium dans les sardines fraîches, les amandes, le persil, l'eau ou encore les crevettes, etc.                         

Si l'on consomme quatre laitages par jour et qu'on additionne le calcium contenu dans tous les autres produits qui en contiennent, nos besoins journaliers sont rapidement dépassés. Ce qui n'est pas bon du tout pour la santé. » Selon le professeur Mark Hegsted, nutritionniste à l'École de santé publique de Harvard (États-Unis), un excès de calcium perturbe sa fixation dans l'organisme et pourrait favoriser l'ostéoporose.

Les bienfaits sur l'ostéoporose remis en cause.

« Il n'existe aucune preuve scientifique pour affirmer cette assertion. En revanche, de nombreuses études montrent que les femmes qui souffrent le plus d'ostéoporose sont les Suédoises.

Ce sont aussi celles qui consomment davantage de laitages. On est donc en droit de s'interroger », avance Thierry Souccar.                                                                       

Obésité et cancer.                                                                                                                                              

Le lait de femme contient sept facteurs de croissance, qui favorisent le développement du cerveau de l'enfant. Le lait de vache, lui, ne contient que trois facteurs de croissance qui doivent aider le veau à développer, non pas son cerveau, mais sa musculature. « Il est aisé de deviner que le lait de vache consommé en excès est source d'obésité », affirme Thierry Souccar.

Mais certains chercheurs soupçonnent aussi cet aliment de favoriser le cancer. Consommé avec excès, il ferait chuter le taux de vitamine D, la vitamine anticancer. « C'est ce que démontre une étude française récente : Su.Vi.Max.                   

Il y a plus de cas de cancers de la prostate chez les hommes qui mangent beaucoup de produits laitiers », explique Thierry Souccar. A Harvard, des chercheurs étudient actuellement le lien entre le lait et le cancer des ovaires.
A consommer avec modération.

Malgré tout, les laitages présentent d'autres atouts que leur teneur en calcium. Leurs protéines sont de bonne qualité (sauf une allergique) et la flore microbienne présente dans les fromages traditionnels fermentés et les yaourts renforcent les défenses immunitaires et régule la flore intestinale.                                 "Ils doivent avoir leur place dans une alimentation équilibrée, conclut Thierry Souccar. Toutefois, il ne faut pas leur attribuer plus d'intérêt nutritionnel qu'ils n'en ont. »                        

Fin du Nota.

4) Consommez-vous du poisson gras (saumon sauvage, thon, maquereau, sardine, anchois…) frais ou en conserve au moins 2 fois par semaine ?

NOTA.                                                                                                                                         

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé")                                                                                                                                                                                          

Cette question met l'accent sur la nécessité de trouver régulièrement les fameux acide gras, "EPA DHA" si importants pour l'organisme, que l'on a de plus en plus de mal à synthétiser à partir des huiles végétales avec l'avancée en âge... ! Cependant, attention à la consommation de gros poissons comme le thon et le saumon riche en PCB et en mercure, car ayant mangé de nombreux petits poissons. Préférer la sardine ou le rouget par exemple.                                                      

Fin du Nota.

5) Utilisez-vous quotidiennement de l'huile de Noix (de préférence) ou de Colza (bien équilibré en Oméga 3, 6 et 9) ou de colza, « vierge et de première pression à froid et bio » ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé")    

Il est important de consommer régulièrement au moins deux cuillères à soupe de ce genre d'huile végétale (Oméga 3, 6, et 9) d'origine biologique et de première pression à froid.

L’huile de noix, la plus complète

Avec un bon rapport oméga-3 / oméga-6, l’huile de noix est certainement l’huile végétale la plus complète. Elle permettrait de faire baisser le taux de cholestérol dans le sang. Autre atout pour notre santé : sa teneur en magnésium, fer, vitamines E et B6. Autant de qualités qui en font l’alliée de la santé cardiovasculaire, du bon fonctionnement du cerveau, de la prévention de certaines démences (notamment Alzheimer).

Riche en goût, elle est parfaite pour rehausser la saveur des aliments et se marie très bien avec les salades amères (endives), les betteraves, champignons, carottes, haricots ou encore les poissons grillés. Assez instable, elle se conserve au réfrigérateur.

Colza

Elle contient tous les acides gras dans des proportions quasi idéales, avec un excellent équilibre oméga-3 / oméga-6. C’est aussi la plus pauvre en acides gras saturés. Enfin, elle est bien pourvue en vitamine E antioxydante, qui protège nos cellules du vieillissement. Sa stabilité à la chaleur permet de l’utiliser pour la cuisson, contrairement à ce que l’on a longtemps voulu nous faire croire. La réglementation française a évolué et l’huile de colza peut désormais afficher pour assaisonnement et cuisson (pas de friture), comme c’est le cas dans toute l’Europe.

A noter : l’huile de colza bio, non raffinée, est plus fragile. On la réserve à l’assaisonnement, notamment pour les pommes de terre, betteraves, choux, la mâche… Associée à l’huile d’olive, l’huile de colza constitue un mélange très intéressant pour la santé.

Olive

La composition de l’huile d’olive en fait un produit exceptionnel. Elle contient peu d’acides gras saturés (12 à 18%), elle est très riche en acide oléique (70 à 80%), un acide gras de la famille des oméga-9.                      Les oméga-9 jouent un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires en favorisant la production de bon cholestérol.

C’est la seule huile de fruits à apporter de la vitamine E. Elle stimule le transit et aide à lutter contre l’hypertension.

L’huile d’olive s’utilise pour les assaisonnements comme pour les cuissons. Il faut cependant éviter de la soumettre à des températures élevées. Son point de fumée, c’est-à-dire la température critique à partir de laquelle elle se dégrade, est inférieur à celui d’autres huiles de cuisson. À tout juste 166 °C, le point de fumée de l’huile d’olive extra-vierge est plus bas que celui de l’huile d’olive raffinée. C’est pourquoi on réservera l’huile d’olive extra-vierge à l’assaisonnement.

Les termes « vierge » et « extra vierge » signifient que l’huile a été extraite des olives par des procédés mécaniques uniquement. « Pressée à froid », elle conserve plus d’antioxydants (polyphénols, caroténoïdes, vitamine E, etc.), de pigments et d’acides gras libres qui lui confèrent arôme, couleur et goût

L’huile de tournesol

Obtenue à partir de graines de tournesol broyées, l’huile de tournesol est fine et légère. De saveur douce, elle est riche en acides gras essentiels. C’est celle qui contient le plus de vitamine E ; mais trop pauvre en oméga-3, l’huile de tournesol n’est pas des mieux adaptée à nos besoins quotidiens.

Elle est idéale avec des crudités et pour faire revenir légumes, viandes et poissons à la poêle. Malgré sa composition déséquilibrée, sa consommation représente pourtant plus de 50 % des huiles de table « grand public ». En intégrant son emploi dans des huiles de mélange, la consommation d’huile de tournesol atteint même les 60 %.

L'huile d'arachide, stabilité à la chaleur, donc intéressante pour les cuissons.

Extraite à partir d’arachides (cacahuètes), cette huile offre une apparence très limpide et un goût peu prononcé. L’huile d’arachide contient des oméga-6 et a donc une action positive sur le "mauvais cholestérol" ; propos à relativiser. Sa forte proportion en oméga-9 prévient les maladies cardiovasculaires. Mais c’est aussi la plus riche en acides gras saturés (près de 20 %) et elle est pauvre en oméga-3.

L’huile d’arachide est très appréciée dans la cuisine asiatique, notamment pour la cuisson au wok, du fait de sa grande stabilité à la chaleur. Soyez cependant attentif à l’allergie aux arachides, deuxième allergie alimentaire dans le monde. Si vous y êtes sensible, demandez l’avis de votre médecin avant d’en consommer.

Huile de palme : à éviter

L’huile de palme est extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile. C’est l’huile végétale la plus consommée au monde ; elle constitue un des liants appréciés des industriels qui l’utilisent notamment dans les produits transformés. L’huile de palme (dont la culture est accusée d’être responsable de déforestation en Asie…) est riche en acides gras saturés, des acides gras que l’on consomme déjà en trop grandes quantités. On peut s’accorder très occasionnellement une friture avec l’huile de palme, à condition de manger équilibré par ailleurs.

L’huile de pépins de raisin, la plus onéreuse

C’est une huile végétale obtenue à partir d’un procédé d’extraction en deux étapes ; il faut près de 100 kg de pépins de raisin pour fabriquer 1 litre d’huile ! Riche en vitamine E, l’huile de pépins de raisin est antioxydante et prévient le vieillissement cellulaire. Cependant elle n’est pas idéalement adaptée à nos besoins nutritionnels car trop riche en oméga-6. Elle ne doit donc pas être consommée de manière exclusive, ni régulière.

D’un goût subtil, l’huile de pépins de raisin peut être utilisée pour l’assaisonnement d’une salade, associée à de l’huile de lin afin d’équilibrer les apports nutritionnels, à la poêle, en cocotte ou au four pour braiser, étuver, faire sauter ou rôtir légumes, viandes, volailles et poissons.

L’huile de sésame

Largement employée dans la cuisine asiatique, l’huile de sésame est très équilibrée : elle contient des oméga-6 et des oméga-9 à parts égales. L’huile de sésame non grillé est claire, son goût reste léger. Du fait de sa saveur plus prononcée, l’huile de sésame grillé (les graines sont d’abord rôties avant d’être pressées mécaniquement) s’emploie avec parcimonie.

Le point de fumée de l’huile de sésame est plutôt élevé (210°) mais elle dégage une odeur désagréable si elle est trop chauffée. On la préfère donc à froid pour les salades et crudités, ou ajoutée en fin de cuisson à vos légumes sautés à l’orientale ou braisés. Quelques gouttes d’huile de sésame parfument agréablement un riz thaï.

L’huile de noisette : la plus riche en acides gras monoinsaturés, favorisant le bon cholestérol.


L’huile de germe de blé : la plus riche en vitamine E, elle est très fragile ; à conserver au frais et au sec.


L’huile de maïs : proche de l’huile de tournesol.


L’huile de soja : riche en oméga-3, mais moins intéressante du point de vue nutritionnel que celle de colza. De plus, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Plos one en 2015, un régime alimentaire riche en huile de soja favoriserait même les risques d’obésité (conclusions observées sur des souris).


L’huile d’argan : au délicieux goût fumé.

L’huile de lin : très riche en acides gras oméga-3, bénéfique pour le cœur et le système circulatoire. L’huile de lin est particulièrement sensible et s’oxyde rapidement. Achetez-la de préférence en petite quantité et stockez-la dans un endroit frais et sec.

L’huile de coco : en plus d’apporter une touche exotique à vos plats, l’huile de coco extra vierge supporte bien les hautes températures. Extraite de la pulpe séchée de la noix de coco, elle est composée à près de 90% d’acides gras saturés. Il convient donc de ne pas la consommer en excès.

Si les huiles végétales sont de très bonnes sources de lipides, toutes ne présentent donc pas le même intérêt nutritionnel. On l’aura compris, le mieux est encore d’alterner (ou d’associer) différentes huiles pour profiter de tous leurs apports nutritionnels.

Alors mariez-les, uniquement pour le meilleur, en veillant notamment à privilégier celles riches en oméga-3 (colza, lin, noix), en oméga-6 (colza, tournesol) et en vitamine E (olive).

Précautions - rappel.

Une huile peut être hydrogénée ou partiellement hydrogénée afin de pouvoir supporter des températures de cuisson élevées. Une telle huile peut être utilisée dans des margarines, pour la friture ou dans différentes préparations alimentaires. Il est important de déceler la présence d’huiles hydrogénées ou partiellement hydrogénées. Ceci afin de limiter la consommation d’acides gras trans (appellation scientifique qui qualifie la forme des molécules), connus pour leur effet néfaste sur la santé.

Enfin, pour chaque huile, il existe une température critique (ou point de fumée) au-delà de laquelle ses composants se dégradent. Ce point de fumée varie de 107° (colza vierge) à 240° (huile de palme).                  (Source site : nature et partage)

Fin du Nota.

6) Utilisez-vous quotidiennement d’autres huiles « vierges 1re pression à froid et bio » (colza, noix, tournesol, lin…) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé") Voir commentaire ci-dessus en question 5.        

Fin du Nota.

7)  Mangez-vous plus de 3 fois par semaine des aliments de type pâtisseries, viennoiseries, quiches, tartes, ou produits à base de pâte feuilletée ?

NOTA.                                                                                                                                            

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé")                                                                                                                   

A propos des aliments types : viennoiseries, quiches, tartes ou produits à base de pâtes feuilletées industrielles ; voici une information concernant les acides gras trans qu'ils contiennent.

À l’état naturel, les acides gras sont de forme « cis » et sont bénéfiques pour la santé. À l’état chauffé ou raffiné, ils sont de forme « trans » et se révèlent dangereux pour la santé.

Bien qu’ils soient identiques sur le plan géométrique (isomères), ils deviennent très différents sur le plan des propriétés biochimiques.

Les acides gras ainsi transformés ne pourront plus assurer l’étanchéité des membranes cellulaires. Ils favoriseront donc une déshydratation cellulaire et un ralentissement probable de son fonctionnement, ce qui se traduit par une sorte « d’apathie cellulaire ».

Ce manque d’étanchéité facilitera l’entrée d’agresseurs microbiens ou chimiques à l’intérieur de la cellule.

La carence en vitamine F (ou acide gras polyinsaturé) se manifeste, entre autres, par des infections banales récidivantes ou chroniques été comme hiver, telles que des rhumes interminables ou des sinusites chroniques.

Cette porosité cellulaire excessive peut favoriser les allergies et les problèmes de peau. Il arrive qu’une sécheresse anormale gagne tout le corps, en commençant par les pieds et les jambes.

On peut aussi constater l’apparition d’eczéma, d’urticaire, de problèmes ORL (rhume des foins, asthme bronchique, etc.).

Dans la littérature relative aux corps gras, on rencontre de temps à autre, le terme « acide linoléique conjugué » (CLA) qui désigne un ensemble d’acides gras « trans » obtenus par biohydrogénation de l’acide linoléique.

Malgré les vertus que certains lui accordent, son procédé de fabrication devrait inciter à la prudence, au niveau de sa consommation.

Les sources d’acides gras « trans » non favorables à la santé, à consommer avec modération, sont principalement :

  • les produits industriels contenant des huiles ou des corps gras hydrogénés ou raffinés ;
  • les produits laitiers UHT ou pasteurisés ;
  • les viennoiseries, les croissants, les pains au chocolat, etc. ;
  • les pâtisseries, les gâteaux, les biscuits ;
  • les barres chocolatées ;
  • les pizzas et les plats préparés en général ;
  • toutes les huiles du commerce lorsqu’il n’est pas précisé sur la bouteille :

« Huile vierge de première pression à froid » (qui sont à choisir de préférence d’origine biologique) ;

  • les margarines en général.

La forme « trans » est rarement présente dans la nature. Les acides gras « trans » sont soit d’origine biologique, soit d’origine industrielle.

Dans le premier cas, ils sont obtenus par biohydrogénation partielle de l’acide linoléique et linolénique sous l’effet des enzymes des bactéries présentes dans le rumen (premier estomac des ruminants aussi appelé « panse ».

Dans le second cas, ils sont obtenus par hydrogénation catalytique au cours du raffinage des graisses. Ces acides gras se trouvent donc dans les produits laitiers, la graisse et la viande de bœuf et de mouton.

Au niveau des membranes, ils jouent le rôle des acides gras saturés. Ils ne peuvent être désaturés par les enzymes delta désaturases.

Rappel / Information déjà donnée plus haut, mais qui a du sens ici aussi.

Selon l'étude TRASFACT et les travaux de l'université d'Uppsala en Suède, les acides gras "trans" d'origine laitière, contribuent à la dégradation de la sensibilité à l'insuline, en particulier chez les diabétiques. Ainsi le glucose est moins bien capté et moins bien métabolisé. Le sucre sanguin a alors tendance à rester élevé au niveau sanguin. Le pancréas s'épuise à sécréter de plus en plus d'insuline pour essayer de corriger cette situation.

Selon le scientifique et journaliste Thierry Souccar, les acides gras trans favorisent le risque cardiovasculaire qui monte en flèche, un développement de l'obésité abdominale et même une augmentation de la résistance à l'insuline et une augmentation du risque de cancer.                                                                                              

Fin du Nota.

8)  Mangez-vous en moyenne plus de 3 fois par semaine dans les fast-foods, cantines ou restaurants ?

NOTA. 

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le fait que "manger mal" peut favoriser l'émergence de nombreux dysfonctionnements et donc différents terrains "déséquilibrés ou pathologiques" comme ceux présentés dans ce cours...!                                                                                           

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le risque pour le "patient-client" qui mange régulièrement dans ces restaurants ou cantines, d'avoir dans bien des cas, une alimentation raffinée (dénaturée), et dont la densité nutritionnelle est faible. De plus, cette alimentation étant souvent non d'origine biologique, elle apporte des pesticides, insecticides, et de nombreux additifs alimentaires plus ou moins toxiques.

En ce qui concerne les fast-foods, il est conseillé d’adopter un langage clair et objectif ; il s'agit d'une alimentation hautement toxique et très dénutrie dont il est fortement conseillé de ne jamais se nourrir, même quelquefois.

Cette affirmation pourrait donner l'impression d'être radical et excessif, mais même consommer que de temps en temps ce genre d'alimentation, c'est s'intoxiquer immédiatement de manière certaine et importante.

A ce propos il est fortement recommandé d'avoir vu au moins une fois dans sa vie le film "super size me" sortit sur les écrans en 2004, puis prendre le temps de réfléchir sur l’impact potentiel d’une telle nourriture sur la santé.                                                                                        

On peut voir dans ce film, le réalisateur acteur faire le pari fou de manger matin, midi et soir dans un restaurant « fast-food » McDonald’s pendant un mois, afin de déterminer si cette nourriture est vraiment néfaste pour la santé.


N’oublions pas qu’il s’agit dans cette expérience d’un restaurant, même si c’est un "fast-food" destiné au grand public avec toutes les autorisations nécessaires, et qu’à ce titre, n’importe qui devrait pouvoir en principe fréquenter régulièrement ce genre d’établissement sans mettre en danger sa santé.

L’expérience relatée dans le film « Super size me ».

Cette expérience a été réalisée avec la participation de trois médecins (un cardiologue, un gastro-entérologue et un généraliste) assistés d’une diététicienne et d’un professeur de gymnastique.

Avant l’expérience, Morgan Spurlock avait effectué des analyses médicales et consulté les trois médecins. D’après eux, l’état général du patient était excellent, comme l’indiquent les bons chiffres reproduits ci-dessous.

De plus, selon les analyses, le taux de fer, le taux de globules blancs et la glycémie s’inscrivaient dans les normes, comme le taux de sodium. Les activités rénale et hépatique étaient excellentes.

  • Tension sanguine : 12,8
  • Cholestérol : 1,68 g par litre
  • Triglycérides : 0,43 g par litre

Ni les parents ni les ascendants ne présentaient de problème de santé.

La taille du patient est de 1,88 m et son poids était de 84 kg.

Le rapport entre taille et poids était correct.

Toutes les semaines, des analyses sanguines très complètes ont été effectuées.

Ces dernières révélèrent, dès la première analyse et jusqu’à la fin de l’expérience, une dégradation généralisée de l’état de santé de Morgan Spurlock. Son médecin généraliste et les deux autres spécialistes lui conseillèrent à plusieurs reprises d’arrêter l’expérience, tant la situation prenait un tour inquiétant. D’après eux, les résultats issus des analyses sanguines étaient devenus tout à fait préoccupants en très peu de temps.

Au cours de l’expérience, quelques jours seulement après le début de l’expérience, Morgan Spurlock remarqua à plusieurs reprises :

  • qu’il était souvent déprimé sans raison ni motifs apparents ;
  • qu’il ne se sentait de nouveau « bien » qu’après avoir mangé, mais que la faim revenait très rapidement, qu’il ne semblait jamais rassasié ;
  • qu’il était fréquemment victime de maux d’estomac, de ballonnements, de maux de tête, d’oppressions thoraciques, de difficultés respiratoires, de bouffées de chaleur et de palpitations cardiaques ;
  • qu’il éprouvait une difficulté de plus en plus grande à monter les escaliers ;

À la fin de l’expérience, soit un mois après le début du régime, les médecins constatèrent :

- une prise de poids de 11 kg

- une inflammation et un grossissement du foie

- une augmentation considérable du cholestérol : plus de 0,65 grammes par litre de sang

- une augmentation du taux de graisse corporelle de 11 à 18 %

- un doublement du risque de maladie coronarienne, ainsi que de la menace de crise cardiaque en relation avec divers symptômes inquiétants

- un épuisement du patient et une dégradation de sa vie sexuelle qui était devenue inexistante

- une grande dépendance envers ce nouveau régime alimentaire.

Selon l’un de ses médecins, s’il avait continué l’expérience au-delà d’un mois, il aurait développé une maladie coronarienne et une sclérose du foie. À l’issue de l’expérience, son gastro-entérologue a déclaré : « Les menus fast-food, ce n'est pas cher et ça rassasie l’estomac. On en a pour son argent, mais malheureusement on s’abîme le cœur, le foie et le sang. Je n’aurais jamais imaginé une telle expérience, mais au vu des résultats, je comprends mieux ! »                                                                                                                          

Fin du Nota.

9)  Consommez-vous plus de 2 sucreries par jour : biscuits, gâteaux, barres de céréales, confiseries, chocolat, sodas, jus de fruits, sirop, miel (plus de 2 cuillères à soupe) ou sucre (plus de 10 g = 2 morceaux ou dosettes) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Hypoglycémie" 

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le danger de créer par ce genre d'alimentation de l'hypoglycémie réactionnelle avec son cortège de troubles de santé à distance, plus ou moins grave. Voir le cours sur la nutrition.                                                  

Fin du Nota.

10) Consommez-vous chaque jour plusieurs fruits et légumes crus de saison ?

NOTA.

Les fruits et légumes étant riches en antioxydants, cette question souhaite attirer l'attention, sur la genèse du terrain "Oxydé-dénaturé"

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur la nécessité impérieuse de consommer régulièrement des légumes et des fruits d'origine biologique, riches en micronutriments.           

Attention cependant à la consommation excessive de fruits acides aqueux, surtout pour les terrains "acides déminéralisés" ou dont l'énergie vitale est moyenne ou faible. Voir cette partie dans le cours sur la nutrition.                                                                                                                              

Fin du Nota.

11)  Consommez-vous chaque jour au moins une portion de légumes de saison cuits à la vapeur (ni autocuiseur, cocotte et micro-ondes) ?

NOTA.

Les légumes étant riches en antioxydants, cette question souhaite attirer l'attention, sur la genèse du terrain "Oxydé-dénaturé"         

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur la nécessité de consommer tous les jours des légumes de saison frais et crus afin d'apporter une grande richesse en micro-nutriments "vivants".                                                                                                      

On peut consommer les légumes à la "croque", soit râpés finement, soit encore une partie sous forme de jus. Penser à bien prendre le soin de bien mâcher les crudités, légumes ou fruits. Si vous souhaitez cuire les légumes, pratiquer un mode de cuisson qui préserve les nutriments comme la cuisson vapeur.

Ce nota souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur la nocivité de certains modes de cuisson qui altèrent la composition des aliments.

En effet, soit c'est la chaleur excessive qui est nuisible dans tel ou tel mode de cuisson. Soit encore c'est le processus de cuisson qui est nuisible non pas en raison du degré de chaleur qu'il dégage mais en raison de son procédé qui modifie sur un plan moléculaire les aliments qui seront par la suite délétères pour la santé des consommateurs.

Ce Nota sur les micro-ondes est particulièrement long, afin de contribuer à ce que le naturopathe-hygiéniste conscientise bien tous les effets délétères de ce mode de cuisson, qui est devenu très banal tout en étant très toxique.

La production artificielle de micro-ondes se fonde sur le principe de l’alternance du courant. On sait que tout courant électrique crée un champ électromagnétique qui a un sens ou une direction.

De la limaille de fer répandue dans ce champ s’oriente dans un même sens. Il en va ainsi des atomes de toute matière, minérale ou organique.

Dans le courant alternatif (notre courant domestique), ce changement de sens se produit 50 fois par seconde.

Par contre dans les fours à micro-ondes, ce changement de polarité est de l’ordre de 1 à 100 milliards par seconde. Les molécules d’eau contenues dans les aliments placés dans les fours à micro-ondes changent de polarité ou de sens 2,45 milliards de fois par seconde, ce qui entraîne des frottements intenses qui sont à l’origine de leur échauffement.

Sous l’influence des micro-ondes, tout ce qui contient de l’eau – notamment les aliments - s’échauffe. Par contre, les matières comme le verre, la vitrocéramique, le plastique, qui ne contiennent pas d’eau, ne chauffent pas. C’est ce qui explique que des nourrissons aient pu être brûlés par des biberons ainsi réchauffés. Car même si le récipient était frais, le lait pouvait atteindre des températures entre 75 et 80° C.

D’après de nombreuses études scientifiques, les aliments passés aux micro-ondes subissent des modifications biochimiques subtiles mais importantes, pouvant par la suite compromettre la santé de ceux qui les consomment.

Des chercheurs autrichiens du Département de Pédiatrie de l’Université de Vienne (Autriche) ont réalisé une étude publiée par le très sérieux journal médical The Lancet.

Cette équipe de chercheurs a analysé des échantillons de lait chauffés aux micro-ondes. Il est apparu que certaines protéines avaient subi une modification inhabituelle.                                                                                                                            

Les acides aminés de forme L. (Lévogyres) s’étaient transformés en une forme inassimilable, neurotoxique et donc dangereuse pour l’organisme, la forme D. (Dextrogyre), qui est celle de la proline et de l’hydroxyproline.

Les enzymes de l’organisme ne reconnaissant pas cette nouvelle forme d’acides aminés, ne peuvent les métaboliser, ce qui les rend toxiques.

D’autres chercheurs autrichiens (Lubec, Wolf et Bartosch) ont pu observer une nocivité de ces acides aminés ainsi transformés au niveau des reins et du foie. De plus, les aliments passés aux micro-ondes sont appauvris en vitamines hydrosolubles du groupe B et C, entre autres.

Le principe de précaution devrait donc s’appliquer ici, surtout lorsqu’il s’agit de biberons destinés à de très jeunes enfants. De nombreuses études démontrent qu’une carence en acides gras oméga 3, et plus particulièrement en acide docosahexaénoïque ou DHA (désagrégé par les micro-ondes), freine le développement des capacités intellectuelles et de l’acuité visuelle de l’enfant.

Une expérience a été conduite par le professeur de cancérologie, Henri Joyeux, sur les aliments chauffés aux micro-ondes. Trois lots de souris ont été nourris avec les mêmes aliments préparés de façons différentes :

  • pour le premier lot, chauffage au four à micro-ondes ;
  • pour le second lot, cuisson à la cocotte-minute ;
  • pour le troisième lot, état cru ou cuisson à la vapeur douce.

Les souris du premier lot ont refusé la nourriture pendant plusieurs jours, puis poussées par la faim, ont fini par manger. Des cellules cancérigènes ont alors été inoculées à tous les rongeurs. Le pourcentage d’animaux développant le cancer a été de 100 % pour le premier lot, 50 % pour le second lot et 0 % pour le troisième lot.

Une autre recherche conduite par Hans U. Hertel (recherche et conseil en biologie environnementale, Wattenwil) a consisté à soumettre pendant deux mois une série de volontaires à un régime strict, fait d’aliments préparés de manière traditionnelle pour une part, et cuits sous micro-ondes pour l’autre part. Il s’agissait de lait et de légumes (carottes et fenouil).

Une seule des huit variantes alimentaires était administrée par jour.

Les variantes consistaient en :

1. du lait cru provenant d’un agrobiologiste ;

2. le même lait cuit de manière traditionnelle ;

3. du lait pasteurisé provenant de la société Intermilch de Berne ;

4. du lait agrobiologique cuit au micro-ondes ;

5. un légume cru de culture biologique ;

6. le même légume, cuit de manière traditionnelle ;

7. le même légume, congelé puis décongelé au micro-ondes ;

8. le même légume, cuit au micro-ondes.

Les volontaires étaient soumis à des prises de sang quotidiennes qui intervenaient, la première à jeun, tôt le matin, la deuxième quinze minutes après la première nourriture et la troisième deux heures plus tard. L’analyse portait sur dix facteurs de la formule sanguine, considérés comme déterminants dans l’appréciation de l’état de santé.

Les aliments traités au micro-ondes ont provoqué dans le sang des volontaires des modifications significatives telles que la diminution des valeurs hémoglobiniques, et l’augmentation de l’hématocrite, des leucocytes et des valeurs du cholestérol, en particulier de ses formes HDL et LDL. En ce qui concerne les lymphocytes, leur diminution était plus rapide et plus marquée chaque fois que l’aliment absorbé était un légume préparé au micro-ondes.

Selon les auteurs de cette expérience, de telles modifications de la formule sanguine semblent indiquer le stade initial d’un processus pathologique tel qu’il se présente dans une phase cancéreuse. L’expérience n’ayant porté que sur deux mois, on peut légitimement s’interroger sur les effets à plus long terme.

De plus, les aliments sortis du four à micro-ondes rayonnent encore pendant environ dix à quinze minutes. Pour le vérifier, les chercheurs ont appliqué une méthode connue de bioluminescence des bactéries qui permet de mesurer le degré de stimulation ou d’inhibition des bactéries dans le sang. Les résultats montrent à l’évidence que les aliments irradiés, irradient à leur tour et que cette influence prolongée sur le sang doit être prise au sérieux,

car il s’agit d’une irradiation directe dont on ne connaît que trop les conséquences.

La littérature scientifique sur les atteintes aux organismes vivants par le rayonnement direct des micro-ondes est d’ailleurs particulièrement abondante.

Les effets pervers des micro-ondes vont de la destruction de la membrane cellulaire à l’hémolyse (destruction des globules rouges), à la leucémie et au blocage des cycles naturels.

Une étude faite outre-Manche démontre que les bactéries comme la listéria ou la salmonelle ne sont pas détruites après chauffage aux micro-ondes. Lorsqu’un aliment est soumis aux micro-ondes, il gonfle, mais moins sous l’influence de l’oxydation que de la friction, et moins en raison de l’eau que des énormes quantités d’énergie du rayonnement que les cellules doivent soudain absorber et qui les contraignent à se diviser, ou plutôt à éclater.

Un œuf, de poule, par exemple, est une sorte de « supercellule ». Lorsqu’il est exposé au rayonnement d’un four à micro-ondes, il éclate, c’est-à-dire qu’il se désintègre en explosant sous l’effet de l’absorption soudaine d’énergie !

Et c’est exactement ce qui se produit au fond avec n’importe quelle autre cellule, qu’elle soit de viande ou de légume. L’absorption d’énergie est trop rapide, trop importante et de surcroît destructrice. Par exemple, les molécules de protéines se brisent, prennent des formes et des structures contre nature et se transforment en particules qui n’ont, tout au moins sur le plan qualitatif, plus rien à voir avec la molécule de départ, et qui laissent apparaître des substances toxiques.

En plus de l’effet thermique des micro-ondes, il existe aussi un effet athermique.

Selon René d’Ombresson, sous l’influence de ces facteurs, les molécules sont éclatées, leurs structures déformées (isomérisation) et leurs fonctions naturelles détournées. Ces effets sont connus puisqu’ils sont utilisés en technique génétique pour accéder aux gènes, les cellules étant mises à nu et la tension énergétique (osmotique) entre l’intérieur et l’extérieur étant levée.

Une cellule ainsi fragilisée, devient rapidement la proie facile des virus et des mycètes. Si la contrainte se poursuit sous l’influence des micro-ondes, le mécanisme réparateur se démobilise et la cellule, en péril énergétique, passe en respiration anaérobie (sans présence d’oxygène). Apparaissent alors différents poisons cellulaires analogues à ceux observés dans les cellules cancéreuses.

En effet, contrairement à une cellule normale qui vit par oxydation, la cellule cancéreuse vit par fermentation anaérobie. Alors que la cellule saine transforme le glucose en gaz carbonique et en eau, la cellule cancéreuse le transforme en acide lactique.

Lorsqu’un aliment a été chauffé aux micro-ondes et qu’on l’analyse ensuite par les méthodes de la chimie traditionnelle, on constatera la présence de protéines, de graisses, d’hydrates de carbone, de vitamines, etc. comme dans n’importe quel autre aliment. On pourra en conclure que cette méthode de cuisson a respecté l’intégrité des produits alimentaires.

Ce jugement est peut-être exact sur le plan quantitatif, mais il souffre du manque d’observation sur le plan qualitatif. En effet, bien que présents, ces nutriments ont subi des transformations profondes et ils ne pourront plus prétendre réellement assurer le fonctionnement normal de l’organisme.

C’est un peu comme si, voulant apprécier votre patrimoine, vous comptiez le nombre de voitures que vous possédez, sans faire la différence entre les voitures en bon état prêtes à rouler et les épaves bonnes pour la casse.

À propos de l’eau contenue dans les aliments chauffés aux micro-ondes,

Jean-Pierre Garel, Directeur scientifique du CIRDAV, et Directeur honoraire de recherche au CNRS déclare :

« Il nous faut évoquer une nouvelle dimension de l’eau, l’existence d’un réseau à mailles serrées capable d’entrer en résonance avec un signal extérieur énergétique et mesurable.

Pour un biophysicien, l’eau est un oscillateur, sensible notamment aux fréquences supérieures au gigahertz (GHz), correspondant à peu près à la bande des micro-ondes… Cet état dynamique est plus ou moins ordonné, plus ou moins structuré, construit ou défait.

L’eau chauffée aux micro-ondes à 2450 MHz est déstructurée. Refroidie, elle inhibe la germination de plantules et devient toxique pour la survie des organismes aquatiques. Elle est abiotique, non compatible avec la vie. » Les fuites des fours à micro-ondes sont-elles possibles ?

Le professeur Herbert Koning de l’Université de Munich, qui a testé des fours neufs, juste sortis de l’usine, déclare que 15 % d’entre eux présentent des fuites supérieures aux normes tolérables. Il est donc recommandé d’être vigilant avec les enfants qui collent leur visage à la porte des micro-ondes pour regarder tourner les plats.

Le professeur Jean-Paul Pellissier, de l’Université Claude Bernard à Lyon, qui travaille sur la surveillance des fuites occasionnées par les fours dans un laboratoire d’étude des micro-ondes, déclare : « Ces fuites sont particulièrement dangereuses quand elles se produisent sur des appareils industriels, beaucoup plus puissants que ceux utilisés dans les cuisines et devant lesquels des ouvriers se tiennent huit heures par jour. Il existe par exemple des engins, quarante fois plus puissants que le vôtre, qui servent à coller le bois, et leur entrée reste en permanence ouverte puisqu’un ouvrier y pousse sans cesse des planches. »

Roger Santini, chercheur au Laboratoire de Physiologie pharmacodynamique de l’INRA (Institut National de Sciences Appliquées) déclare : « Avec le temps, les joints se dégradent, les pièges à ondes se bouchent et les usagers trinquent à bien des niveaux. »

Il existe dans le commerce des détecteurs de fuites des micro-ondes. En cas de fuite ou d’exposition aux micro-ondes, il y a danger pour :

  • les yeux, en raison du risque de cataracte que peut provoquer l’échauffement des liquides intraoculaires
  • les testicules où l’échauffement peut provoquer un ralentissement et une modification de la spermatogénèse voire des lésions athermiques, microscopiques et insensibles ;
  • la vésicule biliaire et les voies urinaires, organes mal vascularisés, qui évacuent difficilement la chaleur captée ;
  • l’ensemble de l’organisme, par suite de l’apparition d’hypothermie
  • le cerveau dans lequel la réflexion du rayonnement venant de l’intérieur contre la boîte crânienne, peut interférer avec le rayonnement venant de l’extérieur et, en se répercutant, provoquer un accroissement de la densité de puissance ;
  • le cortex, selon des chercheurs russes, d’où une modification des réflexes conditionnés, de l’apathie, des insomnies, une diminution de la libido, etc.

Murray K.B. et Coll (N engl. J. Med. 1984) rapportent le cas d’un homme de 51 ans traité par patchs de trinitrine pour un angor, et qui présentait une brûlure au second degré après être resté assis auprès d’un four à micro-ondes en marche. On lui recommanda de faire vérifier le four et lors de la consultation suivante, il confirma qu’il présentait une fuite de micro-ondes.

Il est probable que la partie métallique du patch (ruban adhésif) avait été chauffée par les radiations en provenance du four.                                                                                                            

Fin du Nota.

12) Consommez-vous régulièrement des produits biologiques ou de votre jardin (non traités) ?

NOTA.

Les fruits et légumes étant riches en antioxydants, cette question souhaite attirer l'attention, sur la genèse du terrain "Oxydé-dénaturé"                                                                                                                                        Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur la nécessité impérieuse de consommer chaque jour des légumes (voir des fruits aqueux dans certaines conditions) mais d'origine biologique afin d'éviter d'ingurgiter des produits phytosanitaires toxiques et dangereux... !"  

 Fin du Nota.

13) Avez-vous l’habitude de faire un repas plus copieux (plus calorique) le soir que le midi ?

NOTA

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le fait que "manger trop" peut favoriser l'émergence de nombreux dysfonctionnements et donc différents terrains "déséquilibrés ou pathologiques" comme ceux présentés dans ce cours... ! L'excès alimentaire peut favoriser les troubles digestifs, la prise de poids, les carences par manque d'assimilation due à des troubles digestifs. L'excès alimentaire peut favoriser de nombreuses pathologies et le terrain acide déminéralisé entre autres.             

 Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur l'erreur qui consiste à manger beaucoup le soir, car cela favorise la prise de poids, mais aussi l'intoxication de l'organisme par manque d'élimination nocturne en raison de digestion longue et laborieuse dans différents cas.

Pendant la nuit, un peu comme une marée avec son effet pendulaire d’alternance, les tissus vont tendre à « l’alcalose » et le sang vers « l’acidose ». Lors de cette période, le mésenchyme va se débarrasser des toxiques acides grâce à un processus de nettoyage : l’hydrolyse inflammatoire.

C’est l’adénohypophyse qui a pour rôle d’induire cette inflammation qui sera ensuite régulée par les glandes surrénales. Les acides accumulés dans les tissus mésenchymateux pendant la journée vont être libérés et se retrouver la nuit dans la circulation sanguine grâce à une enzyme : l’hyaluronidase. Le foie va participer à cette phase d’élimination. Les déchets acides vont être tamponnés et neutralisés par la réserve alcaline, puis éliminés par les reins via les urines.

Il est important de prendre ses repas tôt le soir (repas léger) pour que le processus digestif soit terminé le plus tôt possible et qu’ensuite l’hydrolyse inflammatoire puisse s’amorcer normalement et correctement.

Dans le cas de repas tardif et lourd, cette phase de désintoxication cellulaire sera incomplète ou insuffisante. Si cela se produit régulièrement on pourra assister à un vieillissement prématuré de l’organisme ainsi que différents troubles de santé.

La structure colloïdale du tissu mésenchymateux va avoir tendance à acquérir des caractéristiques physico-chimiques semblables à un gel pendant la journée par l’accumulation de déchets. Puis pendant la nuit grâce à la libération de ces toxiques acides, le tissu mésenchymateux va de nouveau acquérir son état normal : sol (soluble).

Si un excès d’acides non oxydés s’accumule dans le mésenchyme au fil du temps, on assistera à des troubles de son fonctionnement ainsi que des parenchymes (ou tissus nobles des organes.)                                                                                                                                                                              

Fin du Nota.

14) Mangez-vous à heures régulières, dans le calme, assis(e) et sans télévision ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que manger dans l'énervement et les tensions mentales peuvent favoriser des déséquilibres divers et variés, et donc contribuer à la genèse du terrain acide déminéralisé ou encore du terrain baso-colitique par les troubles de la digestion que le stress peut favoriser.

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du Naturopathe Hygiéniste sur l'intérêt de manger autant que cela est possible à des heures régulières avec un certain intervalle pour favoriser une bonne constante et régulation de la glycémie entre autres. Les notions de calme et de paix sont très importantes au moment des repas afin d'optimiser les processus de la digestion et donc par la suite de l'assimilation du bol alimentaire.                                                                                                                 

Fin du Nota.

15) Sautez-vous l’un des 3 principaux repas plus d’une fois par semaine (petit-déjeuner, déjeuner, dîner) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que les carences nutritionnelles peuvent être à l'origine de différents déséquilibres et terrains "pathologiques" comme ceux présentés dans ce cours. Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste, sur la nécessité d'apporter régulièrement une certaine quantité de protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux, oligoéléments, etc. Cela dit, observer de temps à autre une période de jeûne total à l'eau sur quelques jours ou de jeûne intermittent peut être tout à fait favorable et intéressant, pour favoriser une bonne santé à tout point de vue.                      

Fin du Nota.

16) Faites-vous un régime hypocalorique avec restriction alimentaire ?

NOTA. 

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que les carences nutritionnelles peuvent être à l'origine de différents déséquilibres et terrains "pathologiques" comme ceux présentés dans ce cours.                       

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur les risques encourus à vouloir perdre du poids au détriment de l'équilibre alimentaire et donc de l'équilibre nutritionnel (en macro et micronutriments). L'idéal est de favoriser un poids idéal et constant simplement par une alimentation saine, équilibrée, adaptée et d'origine biologique.                                   

Fin du Nota.

17) Buvez-vous plus d’½ litre d’eau par jour en dehors des repas ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que le manque d'eau dans l'organisme peut favoriser de nombreux déséquilibres et donc différents terrains pathologiques comme ceux proposés dans ce cours.                                                        

Cette question souhaite aussi attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur la nécessité de boire régulièrement une certaine quantité d'eau (de bonne qualité ; éviter l'eau du robinet. Préférer l'eau filtrée avec un appareil performant) entre les repas soit 2 heures après un repas et peu pendant les repas pour éviter de trop diluer les sucs digestifs et donc de compromettre la digestion.                            

Fin du Nota.

18) Votre peau est-elle sèche (y compris eczéma, engelures, crevasses...), rugueuse ou à tendance acnéique ?

NOTA.                                                                                                                                             

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "acide-déminéralisé" et si ce dernier est avéré, il faudra proposer des corrections spécifiques au "client-patient".      

Fin du Nota.

19 Souffrez-vous régulièrement de troubles ORL (rhumes, sinusites, otites) ou d’allergies diverses (respiratoires ou alimentaires) ?

NOTA.                                                                                                                                             

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Carencé en AGPI (acide gras polyinsaturé) ». Si ce terrain est avéré, il faudra proposer des corrections spécifiques au "client-patient".  Les symptômes cités dans la question n° 19, peut concerner aussi le terrain baso-colitique en raison d'un déséquilibre de la flore intestinale ou dysbiose En effet un tel terrain peut avoir  comme origine des troubles de la digestion d'où l'augmentation des processus de fermentation et de putréfaction générant une intoxication de l'organisme et des crises d'élimination (rhumes, sinusites, otites, etc.)                     

FIN DU NOTA.

20) Perdez-vous vos cheveux de façon importante ou sont-ils dévitalisés ?

NOTA.                                                                                                                                           

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "acide-déminéralisé" et si ce dernier est avéré, il faudra proposer des corrections spécifiques au "client-patient". La perte de cheveux peut aussi avoir comme origine le terrain baso-colitique car le déséquilibre de la flore intestinale peut générer des carences nutritionnelles en raison d'une mauvaise digestion et assimilation des aliments. 

Fin du Nota.                                                                                                           

21)  Fumez-vous plus de 5 cigarettes par jour ou buvez-vous plus d’un verre d’alcool fort ou plus de 2 verres de vin chaque jour ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que de tels comportements peuvent favoriser de nombreux terrains déséquilibrés comme le terrain acide déminéralisé, le terrain neurodystonique, le terrain Oxydé-dénaturé, et le terrain intoxiqué.                                                                                           

A propos du tabac voici quelques informations intéressantes.                                                

Ce Nota est particulière long en raison de la nécessité de faire certaines précisions à ce sujet.

Effets du tabac sur l’organisme

Fumer stimule, chez les habitués, le système nerveux orthosympathique qui accélère le rythme cardiaque et provoque la vasoconstriction des vaisseaux périphériques et donc un refroidissement de la température de la peau.  Les « petits » fumeurs sont à la merci du moindre déséquilibre nerveux, qui fera augmenter leur consommation sans qu’ils s’en rendent compte.

Fumer provoque une décharge d’adrénaline, hormone hyperglycémiante dans le sang. Un peu comme le ferait un sucre rapide à index glycémique élevé. Si le fumeur est hypoglycémique, il se sent tout de suite mieux et ses idées s’éclaircissent. Selon les personnes, cet effet dure jusqu’à deux heures, puis on retombe dans l’hypoglycémie et il faut à nouveau prendre une cigarette ou un café, pour se sentir mieux.

Le tabac provoque la stimulation des surrénales, qu’il contribue à épuiser, et sous l’action de l’adrénaline, le foie libère ses réserves de sucre (glycogène hépatique).

L’usage répété du tabac va contribuer à déstabiliser la régulation du sucre sanguin et favoriser l’hypoglycémie. C’est pour cette raison que, très souvent, les fumeurs de cigarettes boivent du café dont les effets sont similaires et s’additionnent.

Fumer avant l’âge de 15-16 ans alors que la maturité du cerveau n’est pas encore complètement terminée, s’avérera une difficulté supplémentaire, lorsque la personne souhaitera s’arrêter de fumer. Dans ce cas, on peut observer une augmentation importante des récepteurs nicotiniques, à l’origine d’un centre spécifique de la nicotine, comme il existe, dans le cerveau, des zones ou des centres de la soif, de la faim etc.

Fumer avance de 2 ans la ménopause et diminue la fertilité de 50 %. Une femme qui fume, risque un cancer du col de l’utérus, 3 ou 4 fois plus que « le non-fumeur ». Le tabac, en association avec la pilule contraceptive multiplie de 5 à 10 fois les risques cardio-vasculaires.

De nombreuses études démontrent que le tabac contribue à la longue à intoxiquer l’organisme et à épaissir le sang. En outre, il favorise la sclérose des vaisseaux et par voie de conséquence contribue :

  • à l’affaiblissement de la mémoire ;
  • à l’affaiblissement de la capacité de concentration et des fonctions cognitives ;
  • à l’affaiblissement des capacités respiratoires ;
  • au délabrement du tissu artériel et à la genèse des maladies cardiovasculaires ;
  • à l’augmentation du stress oxydatif cellulaire (Il favorise le vieillissement prématuré de l’organisme et particulièrement de la peau, avec apparition de ridules et de rides) ;
  • aux maladies dégénératives comme le cancer, l’artérite (suivie dans certains cas de gangrène, ce qui peut nécessiter l’amputation d’un pied ou d’une jambe) ;
  • à la diminution des capacités sexuelles ;
  • aux carences en nutriments de l’organisme : baisse de la concentration en vitamines B1, B2, B6, C, PP.

Tabac et grossesse

En cas d’association tabac / grossesse, la nicotine et l’oxyde de carbone n’étant pas filtrés par le placenta, le fœtus est donc victime des molécules toxiques.

On compte 28 / 1000 bébés mort-nés quand la mère à continuer à fumer pendant la grossesse contre 8/1000 si elle s’est arrêtée. Fumer augmente le risque de grossesse extra-utérine. Une maman fumeuse accouche plus souvent d’un prématuré et risque plus de complications, d’hémorragies, etc.

Le rythme cardiaque du fœtus s’accélère de dix à vingt battements par minute en même temps que celui de sa maman lorsqu’elle fume, ce qui peut être préjudiciable pour le cœur en train de se former.

Le bébé d’une mère qui fume pèse en moyenne deux cents grammes de moins que la moyenne ; l’enfant risque donc d’être exposé à des troubles nerveux et respiratoires plus fréquents lors de sa croissance. Des études ont démontré que le tabagisme ou la consommation d’alcool pendant la grossesse favorisent la baisse du quotient intellectuel chez l’enfant. L’idéal est de s’arrêter de fumer avant la conception.

La campagne européenne de lutte contre le tabagisme « HELP » dénonce la vente de tabac à rouler, ce qui est tout à fait logique. En effet, deux tiers des étudiants fumeurs consomment du tabac à rouler, régulièrement ou occasionnellement.

Or, la nocivité de ce tabac dépasse celle des cigarettes ordinaires. La valeur limite des 10 mg de goudrons libérés par les cigarettes classiques se consumant de manière normale et standard (ISO 3308), est largement dépassée s’il s’agit de tabac à rouler.

L’institut National de Consommation a déjà démontré que, lorsqu’on fume du tabac à rouler, la quantité absorbée de nicotine, goudrons et monoxyde de carbone est de 3 fois à 6 fois supérieure à celle provenant de cigarettes manufacturées.

Si ce même tabac à rouler était pré-roulé et vendu sous forme de cigarettes, il serait interdit dans tous les pays européens, du fait de sa grande toxicité.

Actuellement le tabac à rouler coûte malheureusement bien moins cher au gramme que le tabac des cigarettes, ce qui favorise sa vente chez les jeunes aux revenus restreints.

Il est admis depuis longtemps que malgré les apparences, les cigarettes « light » ne sont pas moins nocives que les cigarettes normales. Les études montrent en effet que ceux qui en fument aspirent plus profondément la fumée ou en consomment plus pour obtenir leur dose de nicotine. En plus les « light » contiennent autant de produits chimiques toxiques que les cigarettes normales.

Le docteur Hilary A. Tindle a voulu vérifier si, comme on aurait pu le supposer, il était plus facile d’arrêter de fumer lorsqu’on est adepte des « light ».

Elle a donc étudié une enquête menée sur la santé de 32 000 citoyens états-uniens. Les résultats montrent que 12 285 personnes de ce groupe de volontaires sont des fumeurs. Parmi eux, 37% déclarent fumer des « light » pour diminuer les risques sur leur santé.

Or, les résultats démontrent que ces derniers sont deux fois moins nombreux que les fumeurs de cigarettes « normales » à réussir de s’arrêter de fumer ! « Il faut que les gens sachent qu’il ne faut pas se fier aux apparences et que les cigarettes “light” sont vraiment dangereuses » explique le docteur, Hilary A. Tindle.  

Effet de l'alcool sur l'organisme.    

Une étude médicale française publiée par la revue Neuropsychopharmacologya a démontré par l’imagerie les méfaits de l’alcool sur le cerveau. Chez les personnes dépendantes, la matière grise est touchée dans plusieurs régions cérébrales, occasionnant une perte allant jusqu’à 20% dans les zones frontales. Et plus l’alcool est consommé à un âge précoce, moins la matière grise est présente dans certaines régions cérébrales connues pour ne finir leur maturation qu’en fin d’adolescence.

À part l’eau et le vin, toute autre boisson doit être exclue pour les adolescents, à l’exception d’un peu de tisane ou de thé éventuellement, en fin de repas.                                                          

Fin du Nota.

22) Possédez-vous plus de 3 amalgames (plombages dentaires autres que résine) ou couronnes métalliques en bouche ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que porter de nombreux amalgames dentaires, peut favoriser le terrain intoxiqué entre autres.                                                                                        

A propos des plombages et amalgames dentaires, voir la partie de ce cours consacrée au terrain " intoxiqué" puis dans la partie intitulé " Les dents ".                                                        

Fin du Nota.

23 Vivez-vous dans un environnement urbain pollué ou êtes-vous en contact quotidiennement avec des produits chimiques (ex : peintre, coiffeur, blanchisseur...) ?

NOTA.                                                                                                                                              

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe hygiéniste sur la toxicité des teintures, permanentes, et autres soins des cheveux, ainsi que certaines peintures et autres produits pouvant générer une pollution et une intoxication de notre organisme, au sein de notre milieu de travail ou encore dans notre propre maison.

Un tel environnement peut favoriser le terrain "intoxiqué" entre autres.                          

Fin du Nota.

24 )Avez-vous un excès de cholestérol, de triglycérides, d’acide urique ou des calculs ?

NOTA.                                                                                                                                                         

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Oxydé-dénaturé" où une attention particulière sera apportée si nécessaire à la réduction des facteurs à l'origine d'une surproduction de radicaux libres ainsi que la restauration des carences en nutriments antioxydants par une alimentation vivante riche en végétaux frais et éventuellement grâce à des compléments alimentaires comme le green-magma, l'eau de mer en hypertonique, le Pianto doré gastronomique, Ergybiol, etc.  (Voir chapitre-terrain "O" oxydé-dénaturé)                                                                                 

Fin du Nota.

25) Êtes-vous facilement essoufflé(e) en montant les escaliers ou êtes-vous traité(e) pour l’hypertension ou pour des troubles cardiovasculaires ?

NOTA.                                                                                                                                                        

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Oxydé-dénaturé" où une attention particulière sera apportée si nécessaire à la réduction des facteurs à l'origine d'une surproduction de radicaux libres ainsi que la restauration des carences en nutriments antioxydants par une alimentation vivante riche en végétaux frais et éventuellement grâce à des compléments alimentaires comme le green-magma, l'eau de mer en hypertonique, le Pianto doré gastronomique, Ergybiol, etc.  (Voir chapitre-terrain "O" oxydé-dénaturé). Comme le précise le docteur Claude Lagarde, le rôle des Radicaux Libres dans l'oxydation du cholestérol LDL est aujourd'hui clairement établi. Il s'agit d'une étape importante de l'asthérogénèse à l'origine de l'infarctus du myocarde ou de maladies artérielles.     

Fin du Nota.

26) Avez-vous des problèmes de transit intestinal (diarrhées, constipation) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Baso-colitique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour corriger les causes des troubles digestifs éventuels ainsi que le déséquilibre éventuel de la flore intestinale (dysbiose).                

Fin du Nota.

27) Après un gros repas, souffrez-vous de maux de tête ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Baso-colitique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour corriger les causes des troubles digestifs éventuels ainsi que le déséquilibre éventuel de la flore intestinale (dysbiose).                                     

Fin du Nota.

28) Avez-vous régulièrement la langue blanche, pâteuse ou l’haleine chargée ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain " Intoxiqué ". Un réglage alimentaire devra être effectué pour corriger les causes des troubles digestifs éventuels ainsi que le déséquilibre éventuel de la flore intestinale (dysbiose).                              

Fin du Nota.

29) Avez-vous une digestion lente, difficile ou des ballonnements ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Baso-colitique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour corriger les causes des troubles digestifs éventuels ainsi que le déséquilibre éventuel de la flore intestinale (dysbiose).                                            

Fin du Nota.

30) Vous plaignez-vous de douleurs musculaires chroniques ou souffrez-vous de décalcification (ostéoporose) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Acide Déminéralisé". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre acido-basique.         

Fin du Nota.

31) Vos gencives sont-elles sensibles, enflammées ou sujettes aux saignements ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Acide Déminéralisé". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre acido-basique.         

Fin du Nota.

32) Êtes-vous frileux(se) ou de plus en plus frileux(se) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Acide Déminéralisé". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre acido-basique.         

Fin du Nota.

33) Ressentez-vous un désir fréquent de consommer des produits sucrés (plusieurs fois par jour) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Hypoglycémique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre de la glycémie.             

Fin du Nota.

34) Si vous sautez un repas ou s’il est retardé, vous sentez-vous irritable ou fatigué(e) ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Hypoglycémique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre de la glycémie.              

Fin du Nota.

35) Avant les repas, ressentez-vous une baisse de l’attention, de la concentration ou une hypernervosité ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Hypoglycémique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre de la glycémie.             

Fin du Nota.

36) Souffrez-vous régulièrement de vertiges, nausées ou maux de tête ? 

NOTA. Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Hypoglycémique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre de la glycémie.     

Fin du Nota.

37) Vous sentez-vous stressé(e) par votre vie quotidienne ou surmené(e) par des soucis personnels ou professionnels ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain " Neurodystonique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre du système nerveux. Comme le précise le docteur Lagarde, de nombreux micronutriments jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement cérébral, la plupart des composants du tissu cérébral étant d'origine alimentaire.

En parallèle il sera judicieux de vérifier que tous les autres facteurs de santé soient respectés (sommeil, loisir, détente, gestion du stress, mais aussi attention à l'usage non approprié du téléphone portable, de la télévision, de l'ordinateur, ou encore de l'excès de bruits (voiture, musique, etc.)          

Fin du Nota.

38) Êtes-vous actuellement particulièrement nerveux(se), anxieux(se) ou fatigué(e) d’un point de vue psychologique ?

NOTA. Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain " Neurodystonique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre du système nerveux. Comme le précise le docteur Lagarde, de nombreux micronutriments jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement cérébral, la plupart des composants du tissu cérébral étant d'origine alimentaire. En parallèle il sera judicieux de vérifier que tous les autres facteurs de santé soient respectés (sommeil, loisir, détente, gestion du stress, mais aussi attention à l'usage non approprié du téléphone portable, de la télévision, de l'ordinateur, ou encore de l'excès de bruits (voiture, musique, etc.)             

Fin du Nota.

39) Avez-vous une humeur dépressive, éprouvez-vous une perte d’intérêt ou de plaisir pour ce que vous aimiez faire auparavant ?

NOTA. Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain " Neurodystonique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre du système nerveux. Comme le précise le docteur Lagarde, de nombreux micronutriments jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement cérébral, la plupart des composants du tissu cérébral étant d'origine alimentaire.

En parallèle il sera judicieux de vérifier que tous les autres facteurs de santé soient respectés (sommeil, loisir, détente, gestion du stress, mais aussi attention à l'usage non approprié du téléphone portable, de la télévision, de l'ordinateur, ou encore de l'excès de bruits (voiture, musique, etc.)                      

Fin du Nota.

40) Ressentez-vous un manque de sommeil réparateur (difficultés d’endormissement, sommeil agité, réveils nocturnes) ?

NOTA. Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain " Neurodystonique". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre du système nerveux. Comme le précise le docteur Lagarde, de nombreux micronutriments jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement cérébral, la plupart des composants du tissu cérébral étant d'origine alimentaire. En parallèle il sera judicieux de vérifier que tous les autres facteurs de santé soient respectés (sommeil, loisir, détente, gestion du stress, mais aussi attention à l'usage non approprié du téléphone portable, de la télévision, de l'ordinateur, ou encore de l'excès de bruits (voiture, musique, etc.)             

Fin du Nota.

41) Souffrez-vous régulièrement de mal au dos ?

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Acide Déminéralisé". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre acido-basique.       

Fin du Nota.

42) Avez-vous des tâches cutanées, des rides marquées et / ou une diminution de l’élasticité cutanée que vous estimez prématurée pour votre âge ?

NOTA.                                                                                                                                    

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Oxydé-dénaturé" où une attention particulière sera apportée si nécessaire à la réduction des facteurs à l'origine d'une surproduction de radicaux libres ainsi que la restauration des carences en nutriments antioxydants par une alimentation vivante riche en végétaux frais et éventuellement grâce à des compléments alimentaires comme le green-magma, l'eau de mer en hypertonique, le Pianto doré gastronomique, Ergybiol, etc. (voir chapitre-terrain "O" oxydé-dénaturé) .                                                              

Fin du Nota.

43) Depuis un an votre vue a-t-elle changé ou souffrez-vous de fatigue ou pathologie oculaire (cataracte, DMLA) ?

NOTA.                                                                                                                                                                        Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Oxydé-dénaturé" où une attention particulière sera apportée si nécessaire à la réduction des facteurs à l'origine d'une surproduction de radicaux libres ainsi que la restauration des carences en nutriments antioxydants par une alimentation vivante riche en végétaux frais et éventuellement grâce à des compléments alimentaires comme le green-magma, l'eau de mer en hypertonique, le Pianto doré gastronomique, Ergybiol, etc. (voir chapitre-terrain "O" oxydé-dénaturé) .                                                                              

Fin du Nota.

44)  Souffrez-vous d’une diminution de la mobilité articulaire ou de douleurs mécaniques liées à l’arthrose ?

NOTA. Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Acide Déminéralisé". Un réglage alimentaire devra être effectué pour favoriser l'équilibre acido-basique.                                                                                                                          

Fin du Nota.

45) Vous sentez-vous vieillir prématurément ?

NOTA.                                                                                                                                                               

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Oxydé-dénaturé" où une attention particulière sera apportée si nécessaire à la réduction des facteurs à l'origine d'une surproduction de radicaux libres ainsi que la restauration des carences en nutriments antioxydants par une alimentation vivante riche en végétaux frais et éventuellement grâce à des compléments alimentaires comme le green-magma, l'eau de mer en hypertonique, le Pianto doré gastronomique, Ergybiol, etc. (voir chapitre-terrain "O" oxydé-dénaturé) .                                                                               

Fin du Nota.

POUR LES FEMMES

46) Êtes-vous sujette à des troubles prémenstruels (rétention d’eau, prise de poids, maux de tête, douleurs mammaires, irritabilité…) ?

NOTA.                                                                                                                                                            

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Carencé en AGPI (Acide Gras Polyinsaturé" où une attention particulière sera apportée sur l'apport quotidien d'acide gras essentiel polyinsaturé Oméga 3 et Oméga 6 (huile de noix, de colza mais aussi par la consommation de petits poissons gras comme la sardine ou le rouget par exemple. En effet les acides gras ou les graisses sont les précurseurs des hormones sexuelles).                                                                                 

Fin du Nota.

47) Utilisez-vous un contraceptif hormonal (pilule, dispositif intra-utérin, implant sous-cutané) ?                                                                      

NOTA.

Cette question souhaite attirer l'attention sur le fait que les contraceptifs oraux peuvent favoriser dans certains cas des troubles hormonaux. N'oublions pas que les troubles hormonaux peuvent trouver aussi leur origine dans une carence en acide gras poly-insaturé et donc concerner ce terrain particulièrement. Ceci dit, différents autres terrains peuvent aussi être concernés par l'utilisation régulière de contraceptifs hormonaux.

Les dispositifs intra-utérins et les implants sous-cutané pouvant favoriser des processus inflammatoires, il peut être favorable de se remémorer les indications suivantes déjà proposées plus haut dans ce cours.                                                                                                                                     

A propos des acides gras, on peut en profiter ici pour faire une précision à propos des Oméga 6 (dont l'huile de tournesol) très souvent décriée soi-disant parce qu'elle serait pro inflammatoire, car elle contient de l'acide arachidonique.

Tout d'abord n'oublions pas qu'il y a bien d'autres sources d'acides gras arachidoniques telles que la viande rouge, le beurre, le fromage, mais aussi les pâtisseries, les produits industriels, les viennoiseries, etc.            Comme le précise le docteur Claude Lagarde, une alimentation où l'on mangerait abondamment de ces produits, favoriserait un terrain pro-inflammatoire, vasoconstricteur et pro-allergisant.

D'autre part l'acide Oméga 6 linoléique est à l'origine de différents acides gras et donc de différentes prostaglandines, dont certaines sont anti-inflammatoires et d'autres pro-inflammatoires à raison de :

- 80 % de PGE1 anti-inflammatoire (à partir de l'acide gamma-linolénique, lui-même un dérivé de l'acide linoléique.)

Et

- 20 % de PGE2 inflammatoire (à partir de l'acide arachidonique (AA), lui-même un dérivé de l'acide gamma-linoléique (GLA) sous l'action de l'enzyme delta 5 désaturase.)  Les PGE2 pro-inflammatoires sont particulièrement utiles à nos défenses en cas d'agression cellulaire ou d'infection.

On constate ici que le pourcentage des prostaglandines pro-inflammatoires PGE2 synthétisés par l'organisme à partir des Oméga 6, est bien plus faible que le taux des prostaglandines anti-inflammatoires PGE1 (modulateur de l'inflammation), synthétisés par le corps à partir des Oméga 6.

D'autre part même s’ il y avait un excès d'acide gras arachidonique dans l'organisme, pour autant il n’y aurait pas de conséquence négative sur la santé, tant qu'il n'existe pas d'initiation d'agression par des radicaux libres ou stress oxydatif.

Comme le précise le docteur Lagarde, une personne fortement consommatrice de sources d'acide gras arachidonique comme la viande et le beurre mais qui bénéficie d'un apport régulier et important d'antioxydants grâce à la consommation de fruits et légumes, ne présentera pas à priori, de risque majoré de déclarer des processus inflammatoires excessifs et incontrôlés.                             

Fin du Nota.

48) Avez-vous des règles irrégulières ou avez-vous des difficultés à avoir un enfant ?                                                                                                                NOTA.                                                                                                                                                     

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Carencé en AGPI (Acide Gras Polyinsaturé" où une attention particulière sera apportée sur l'apport quotidien d'acide gras essentiel polyinsaturé Oméga 3 et Oméga 6 (huile de noix, de colza mais aussi par la consommation de petits poissons gras comme la sardine ou le rouget par exemple. En effet les acides gras ou les graisses sont les précurseurs des hormones sexuelles)                 

La difficulté à avoir un enfant peut aussi être due à d'autres causes telles que le fait d’avoir un gène ( MTHFR ) qui a muté à cause de l’administration trop importante d’acide folique de synthèse , qui , mal reconnu par les cellules , entraine une réaction immunitaire ( auto immune ) qui casse le gène chargé d’assimiler cette vitamine B9 . Si on réadministre de vrais folates (vitamine B9) naturels on peut contourner la défaillance de ce gène et rétablir la fertilité)                                             

Fin du Nota.

49) Ressentez-vous des troubles liés à la préménopause ou à la ménopause (bouffées de chaleur, prise de poids…) ?

NOTA.                                                                                                                                                       

Cette question souhaite attirer l'attention du naturopathe-hygiéniste sur le terrain "Carencé en AGPI (Acide Gras Polyinsaturé" où une attention particulière sera apportée sur l'apport quotidien d'acide gras essentiel polyinsaturé Oméga 3 et Oméga 6 (huile de noix, de colza mais aussi par la consommation de petits poissons gras comme la sardine ou le rouget par exemple. En effet, les acides gras ou les graisses sont les précurseurs des hormones sexuelles).                                                          

Fin du Nota.

50)  Êtes-vous sujette aux pertes blanches, brûlures, démangeaisons vaginales ou infections génitales ?

NOTA 

Les leucorrhées ou pertes blanches, sont des pertes non sanglantes venant des voies génitales de la femme. Elles peuvent être physiologiques ou d'origine infectieuse. Des pertes malodorantes sont généralement le signe d'une pathologie associée.

Le diagnostic par un médecin, se fait par prélèvement des pertes. Le traitement dépendra de la cause.                                                                                                                                                 

Le pH de la flore vaginale se modifie.  Problème : cela favorise la prolifération de certaines levures (champignons microscopiques), naturellement présentes dans la flore vaginale. Certaines femmes peuvent ainsi développer une véritable mycose vaginale peu de temps avant leurs règles : la levure responsable est le plus souvent du type "Candida albicans".

 Les symptômes ?

Des démangeaisons génitales bien sûr mais aussi une irritation vulvaire, des douleurs durant les rapports sexuels et de petites pertes vaginales, blanches, épaisses et inodores. Ces symptômes peuvent s'apaiser un peu avec l'arrivée des règles, mais ils ne disparaissent pas totalement…Mieux vaut consulter un médecin : il suffit habituellement d'un simple traitement local (exemple : crème antifongique) pour que tout rentre rapidement dans l’ordre. (Source Medisite)

Ceci-dit tous ces symptômes doivent attirer l'attention du naturopathe -hygiéniste à propos du terrain Acide déminéralisé et ainsi apporter les corrections nécessaires tant sur un plan alimentaire que sur les autres facteurs de santé.                                                                                                                      

Fin du Nota.

POUR LES HOMMES

51) Avez-vous observé depuis quelques temps un besoin d’uriner plus fréquent ?

 NOTA.                                                                                                                                

Uriner souvent : les raisons les plus fréquentes

  • Avec l’âge, la vessie ne retient plus l’urine aussi longtemps qu’avant. Le cerveau reçoit alors plus souvent le message de vider la vessie.
  • Lors d’une grossesse également, la place dont dispose la vessie diminue fortement avec l’appui du bébé, ce qui provoque des envies d’uriner plus fréquentes.
  • Si vous buvez plus de cinq tasses par jour de café ou de thé, l’effet diurétique vous obligera à aller aux toilettes souvent. De même, si vous buvez de l’eau avec des compléments diurétiques à base d’herbes pour nettoyer les toxines.
  • L’envie fréquente d’uriner peut-être le signe d’un diabète puisque le taux élevé de sucre dans le sang donne soif et l’envie de boire plus que la normale.
  • Une infection urinaire ou certaines maladies sexuellement transmissibles (MST) provoquent l’inflammation de la vessie et donnent l’envie d’uriner, la miction peut alors s’accompagner de douleur et brûlure.
  • La cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse, dans ce cas la douleur est soulagée lors des mictions plus fréquentes que la normale.
  • Chez les hommes, l’hypertrophie bénigne de la prostate peut être à l’origine d’envies fréquentes d’uriner.
  • Enfin, même après des examens médicaux, le médecin peut ne pas trouver l’origine de cette fréquente envie d’uriner. Elle est alors physiologique.

Modifier son hygiène de vie

Dans les cas les plus fréquents, une modification de votre hygiène de vie peut suffire à diminuer vos envies intempestives d’uriner. Réduire votre consommation de café, thé, bière ou toutes autres boissons diurétiques ou excitantes tels que les colas va vous permettre de diminuer vos mictions. Il est important de ne pas réduire votre consommation d’eau pour autant, sauf si elle est en excès (plus de six à huit verres). En effet, sauf en cas de forte chaleur, il n’est pas recommandé de boire plus de deux litres d’eau par jour sous peine de distendre la vessie et d’engendrer par la suite des problèmes de mictions.

Source : https://www.techniciendesante.fr

Selon le docteur Claude Lagarde, les mictions ou le besoin d'uriner fréquemment peut s'expliquer par le terrain "intoxiqué". Mais on pourrait aussi incriminer le terrain "acide déminéralisé" qui favorise les inflammations diverses et variées. Comme on l'a déjà vu, une infection urinaire ou certaines maladies sexuellement transmissibles (MST) provoquent l’inflammation de la vessie et donnent l’envie d’uriner.                                                                                       

 Fin du Nota.

  • POUR LES ENFANTS

52) Est-il agité, à tendance hyperactive ou stressé ?

NOTA.                                                                                                                                                        

Ces symptômes peuvent concerner le terrain Acide-déminéralisé, le terrain, neurodystonique mais aussi le terrain baso-colitique de manière indirecte. En effet, lorsque la flore intestinale est déséquilibrée pour X raison (dysbiose) cela entraîne une difficulté à digérer certains aliments comme le gluten avec formation importante de MIT (métabolites intermédiaires toxique) la gliadinomorphine, à l'origine d'une hyperactivité.)       

Fin du Nota.

53) Est-il en période de croissance intense ?

NOTA.                                                                                                                                       

En période de croissance intense, attention à apporter une attention particulière à toutes sortes de minéraux, vitamines, enzymes, etc., pour éviter d'entrer dans le terrain acide-déminéralisé ainsi que le terrain neurodystonique.                                                                        

Fin du Nota.

54) Souffrez-vous fréquemment d’asthme ou de troubles cutanés tels qu’eczéma, psoriasis, dermatite atopique ?

NOTA.                                                                                                                                            

Ce terrain concerne le terrain carencé de AGPI (Acide gras polyinsaturé) mais aussi le terrain baso-colitique dans la mesure où les troubles de la flore intestinale peuvent être à l'origine d'une augmentation des bactéries pathogènes, de toxiques et toxines qui pourront être éliminés par des "pathologies d'éliminations", d'où les psoriasis, les eczémas, etc.                     

Fin du Nota.

55) Avez-vous des taches blanches sur les ongles ou sont-ils striés, cassants, mous ?

 NOTA.                                                                                                                                       

Ces symptômes peuvent concerner le terrain acide déminéralisé ainsi que le terrain baso- colitique, car les déséquilibres de la flore intestinale peuvent être à l'origine de troubles d'assimilation du bol alimentaire. Chaque fois que le terrain baso-colitique est concerné, il est nécessaire de faire une anamnèse   très détaillée sur les habitudes alimentaires de la personne concernée, pour essayer de repérer les erreurs éventuelles d'associations alimentaires ou encore les erreurs étant à l'origine de troubles de la digestion qui sont potentiellement nombreuses et variées.                                                                     

Fin du Nota.

56) Ressentez-vous un inconfort cutané : picotements, tiraillements, démangeaisons, vergetures ?

NOTA.                                                                                                                                          

A propos des vergetures

Les vergetures sont des zones de peau au niveau desquelles le derme profond, situé entre l’épiderme et l’hypoderme, s’est déchiré spontanément. A leur apparition, elles ont la forme de stries ressemblant à des cicatrices en longueur, de couleur rouge violacé, et sont inflammatoires. Elles s’éclaircissent avec le temps pour devenir blanches et nacrées, presque de la même couleur que la peau. Les vergetures se situent principalement sur le ventre, les seins, les bras, les fesses et les cuisses. Très fréquentes, elles peuvent apparaître en cours de grossesse, lors d'une prise ou une perte importante et brutale de poids ainsi que durant l’adolescence.   

Il existe deux sortes de vergetures :

- Les vergetures révélant un problème de santé.

Le syndrome de Cushing, dû à un excès de corticoïdes dans l’organisme, est à l’origine d’importantes vergetures. Elles sont typiquement larges, rouges, verticales et se situent sur l’abdomen, sur la racine des cuisses et des bras, et sur les seins.

D’autres signes peuvent être associés comme une peau très fine, très fragile et sujette aux bleus, ainsi qu’une fonte et une faiblesse musculaire ou une prise de poids au niveau du ventre et du visage…

Ces signes doivent alerter et entraîner une consultation rapide. Le syndrome de Cushing est dû à un excès d’hormones de type cortisol, l’hormone du stress normalement produite en quantité adaptée par les glandes surrénales. Ce syndrome de Cushing est le plus souvent lié à un usage abusif des médicaments de type corticoïdes. Il peut également apparaître en cas de fonctionnement anormal des glandes surrénales qui fabriquent trop de cortisol.

- Les vergetures classiques.

Ces vergetures sont plus fines et plus discrètes et ne s’accompagnent d’aucun problème de santé particulier. Bien qu’elles n’aient aucun impact sur la santé, elles sont souvent jugées inesthétiques et provoquent une gêne importante. Aucun traitement ne pourra les faire disparaître totalement.

Les vergetures banales ont elles aussi, du moins en partie, une origine hormonale, Elles peuvent ainsi apparaître au moment de la puberté ou de la grossesse, moments d’intenses changements hormonaux.


Pendant la grossesse, dès le deuxième trimestre, La quantité de cortisol, une hormone produite par les glandes surrénales, augmente et fait varier la souplesse et l'élasticité de la peau. Plus le taux de cortisol est élevé, moins la production de collagène est importante. Le collagène étant responsable, avec les fibres élastiques, de la souplesse de la peau, cette dernière devient moins élastique. Par conséquent si la peau est étirée (prise de poids, grossesse, puberté), des vergetures peuvent se former.

La prise ou la perte brutale et importante de poids peut également être responsable de l’apparition de vergetures. Une prise de poids peut avoir détendu la peau tandis qu’un amaigrissement peut l’avoir étirée.

Les sportifs de haut niveau sont assez souvent sujets aux vergetures, car leur taux de cortisol est élevé.

Prévalence

Les vergetures sont très fréquentes : près de 80 % des femmes ont ce type de petites cicatrices sur certaines zones de leur corps.
Au cours de la première grossesse, 50 à 70 % des femmes constatent l’apparition de vergetures, souvent en fin de grossesse.
Au moment de la puberté, 25 % de filles contre seulement 10 % de garçons observent la formation de vergetures.

Diagnostic

Le diagnostic passe simplement par l'observation de la peau. Quand les vergetures sont importantes et associées à d’autres symptômes, le médecin fera un bilan pour détecter un syndrome de Cushing.

Causes

- L'apparition de vergetures serait d’origine hormonale. Plus précisément, elle serait liée à une production trop importante de cortisol.

- Un étirement de la peau associé à une production plus importante de cortisol. Une prise de poids rapide, la puberté où la morphologie du corps change rapidement ou encore la grossesse, peuvent ainsi associer facteurs hormonaux et étirement de la peau.

- L'application de crèmes contenant des corticoïdes ou une utilisation prolongée de corticoïdes oraux.

- La prise de stéroïdes anabolisants chez les sportifs dans le but de faire augmenter la masse musculaire, en particulier les culturistes.

- Une peau très fine.  (Source Passeport santé.)

Commentaire d'Eric Darche.                                                                                                                               L'hypersécrétion de cortisol (due au stress intense physique ou mentale) favorise une émotivité exagérée et une hyperexcitabilité cérébrale.

Plus l'organisme fabrique du cortisol et plus les phénomènes de néoglucogenèse peuvent avoir lieu au détriment des protéines de l'organisme. C'est-à-dire que le corps peut fabriquer du glucose nécessaire au stress (réponse à l'excès de froid, de stress émotionnel, de peur, etc.) en transformant ou en dégradant les protéines du corps en sucre. (Phénomène de néoglucogenèse). Cette conversion de protéines en glucose peut se faire au détriment des muscles, de la peau, etc.)

L'excès de cortisol peut avoir aussi comme origine des médicaments de la famille des corticoïdes dont le but recherché par le médecin peut être anti-inflammatoire ou antalgique.

Comme le précise le Docteur Hubert Sacksick, l'excès de cortisol chez les "hypersurrénaliens" a très souvent les trames protéiques "bouffées" par ses glucocorticoïdes et notamment, de façon le plus souvent irréversible au niveau des fibres élastiques protéiques de la peau (vergetures).

Plus que quiconque, l'hypersurrénalien, parce qu'il consomme beaucoup de calories, devra veiller à apporter un apport régulier de protéines comme le poisson, la viande ou les œufs pour éviter la propre dégradation des tissus de l'organisme. Dans le cas contraire on pourra assister à de l'ostéoporose en raison de la destruction de l'osséine

Définition : l'osséine est une variété de protéines, entrant dans la composition de la matrice de l'os de l'adulte. Comme les minéraux des os se déposent sur cette trame de protéines (osséine), en cas de manque d'osséine - dû à un manque de protéines en relation avec des mécanismes de néoglucogenèse (expliquée ci-dessus) - on va assister à une porosité des os par destruction des trames protéiques précoces et surtout aux vergetures.

Bien que différents terrains puissent favoriser les vergetures, le terrain neurodystonique par la sécrétion importante de cortisol qui le caractérise et par les phénomènes de néoglucogenèses qu'il provoque par réaction, peut être concerné par ce symptôme.

Les symptômes de picotements, tiraillements, démangeaisons, peuvent concerner le terrain hypoglycémique ou pathologies métaboliques : diabète

Ces symptômes peuvent concerner aussi le terrain baso-colitique qui en générant des toxiques provoque à distance des "stimulations" de terminaisons nerveuses dues à de petites inflammations par exemple.        

Fin du commentaire d'Eric Darche.                                                                         

Fin du Nota.

57) Êtes-vous quotidiennement exposé(e) aux pollutions électromagnétiques (écrans, wifi, téléphone portable, ligne haute tension, four micro-ondes…) ?

 NOTA.                                                                                                                                     

Cette question soulève le problème des pollutions diverses et variées. Pour cela il faudra consulter le chapitre concerné par terrain Intoxiqué et particulièrement les conséquences de la pollution électromagnétique.               

Fin du Nota.

58) Pratiquez-vous peu ou pas du tout d’activité physique ou marche rapide (moins d’1h30 par semaine) ?

NOTA.                                                                                                                                        

Comme le précise la Doctoresse Kousmine, la marche à pied au grand air ou en forêt, contribue à favoriser l'équilibre acido-basique de l'organisme grâce à une bonne oxygénation.                     

Fin du Nota.

59) Constatez-vous une localisation de masse grasse importante au niveau abdominal ?

NOTA.                                                                                                                                                        

La petite poche de graisse au-dessous du nombril et l'abdomen hypertrophié, comme dans le syndrome métabolique, signent un excès de cortisol, l'hormone du stress. Un taux élevé de cette hormone dans le sang, diminue fortement les hormones lipolytiques (qui détruisent la graisse) comme l'hormone de croissance et la testostérone. Et pour couronner le tout, elle augmente de façon considérable l'insulinorésistance. La clef est de réduire l'excès de cortisol en limitant la consommation de caféine et de sucre entre autres. Choisir des sucres à indice glycémique peu élevé.

Le cortisol élevé concerne le terrain neurodystonique mais aussi le terrain hypoglycémique.

Fin du Nota.

60) Souffrez-vous de sueurs nocturnes ou transpirez-vous de façon importante pendant la journée ?

NOTA.

Les sueurs nocturnes chez la femme peuvent avoir comme origine une carence en œstrogène.

Information préalable.

Un stérol est un lipide.

Un stéroïde est une hormone fabriquée à partir de stérols.

Le cholestérol est une graisse qui provient pour une part de notre corps (principalement du foie : 70 %) et pour une autre part des aliments que nous consommons (sucre et graisse).

Le cholestérol est la matière première ou la base de la prégnénolone qui elle-même, est le précurseur des stéroïdes. (Testostérone, progestérone, œstrogène, DHEA, etc.)

Les acide gras Oméga 3, 6, 9, contribuent à la synthèse du cholestérol pro HDL et donc de la synthèse de la prégnénolone elle-même, comme on l'a vu plus haut, précurseurs des stéroïdes tels que la progestérone et les œstrogènes.

C'est ainsi que l'on peut dire que les acides gras Oméga 6, Oméga 3 et Oméga 9 contribuent entre autres à la synthèse des hormones sexuelles (œstrogène, progestérone, testostérone).

Une carence en acide gras (Oméga 3,6,9) peut favoriser une carence en œstrogène. La carence en cette hormone peut favoriser des sueurs nocturnes.

Autre explication d'une sueur excessive pendant la journée.

Le thermostat du corps

Transpirer est un phénomène physiologique normal. La transpiration permet de rafraîchir le corps lorsque la température corporelle augmente, durant une activité physique ou par temps chaud, par exemple.

Normalement, c’est l’hypothalamus, une glande située dans le cerveau, qui agit comme centre de contrôle. L’hypothalamus maintient la température du corps autour de 37 °C.

Lorsque la température interne s’élève, il réagit pour faire dilater les artères et augmenter la production de sueur. Au moment où la sueur s’évapore, elle refroidit le corps.

De 2 à 5 millions de glandes sudoripares sont réparties à la surface de la peau. Elles produisent 1 litre de sueur par jour, en moyenne. En cas d’hyperhidrose, la production peut être de trois à quatre fois plus importante. Source "passeport santé".

On peut se demander pourquoi chez certaines personnes la température s'élève au point que le corps ait besoin d'intervenir pour la freiner grâce à la sécrétion de sueur.

Cela peut s'expliquer dans certains cas par des troubles de la digestion qui monopolisent la circulation sanguine (hyperhémie) au niveau de l'abdomen.

Rien que le fait de boire abondamment pendant une digestion en cours, peut provoquer un ralentissement de la digestion et donc, de la circulation sanguine, ce qui provoquera une hyperhémie.

Cette hyperhémie peut être compensée par une hyperhidrose ou sécrétion de sueur.

Donc ici le terrain concerné sera "baso-colitique".

Le terrain intoxiqué par le ralentissement des échanges cellulaires et l'encrassement cellulaire peuvent favoriser les sécrétions de sueurs abondantes.Il en va de même en raison des troubles circulatoires.

Selon le naturopathe Grégoire Jauvais, les troubles circulatoires sont dus à un ralentissement important de la circulation sanguine et lymphatique et non pas, seulement, de la circulation veineuse (de retour). Et ce ralentissement est, lui-même, dû à une souffrance hépatique, à un épaississement du sang (hémogliase), d’une part, et à un manque de culture physique quotidien, d’autre part.

La souffrance hépatique, qui mobilise à son profit une grande partie de la masse sanguine pour s’épurer, et l’épaississement du sang sont, eux-mêmes, dus à une hygiène mentale et alimentaire déplorables, pour ne pas dire totalement absentes, inexistantes chez celles et ceux qui se plaignent de troubles circulatoires.

Ces troubles ne font que révéler les troubles énergétiques, quantiques, bio-électro-magnétiques sous-jacents.

Toutes les réactions biochimiques, enzymatiques, donc tous les processus métaboliques de l’organisme, sont sous-tendus par des actions quantiques, bioénergétiques, qui sont de type bio-électro-magnétique. Quand ce champ quantique se collapse, plus ou moins, sous l’action de divers facteurs étio-morbido-pathogènes, les réactions biochimiques, enzymatiques, métaboliques et, donc, les activités vasculaires font de même. Un trouble vasculaire est la traduction visible d’un collapse partiel du champ bioénergétique sous-jacent, invisible, du foie d’abord, du cerveau ensuite.

D'autre part, le terrain neurodystonique par les sécrétions importantes de cortisol (hormones du stress) et par les symptômes qu'il provoque (hypertension artérielle et tachycardie) peut favoriser une hausse de la température corporelle d'où en réponse, une augmentation de la sueur.

Si on est en présence de mains moites, froides avec tendance à la transpiration (sueurs froides) notamment au niveau des extrémités, alors il s'agit probablement d'un terrain acide déminéralisé.  De plus si les sueurs sont acides et irritantes, il s'agit à coup sûr, du terrain acide déminéralisé.                   

Fin du Nota.

61) Vous plaignez-vous fréquemment de douleurs intestinales (colites), ballonnements et flatulences ?

NOTA.                                                                                                                                                      

Le terrain concerné ici est "baso-colitique".                                       

Fin du Nota.

62) Vous réveillez-vous régulièrement en seconde partie de nuit, entre 1h et 3h du matin ?

NOTA.                                                                                                                                         

Même s'il existe différentes causes à ce « symptôme », le terrain acide déminéralisé favorise les perturbations du sommeil entre 1 heure et 3 heures du matin.

Le terrain intoxiqué peut lui aussi être concerné par ce "symptôme" car selon l'horloge énergétique ou la médecine chinoise c'est le foie qui est concerné par son action entre 1 et 3 heures du matin.

En effet dans ce système, l’horloge de 24 heures est divisée en 12 intervalles de deux heures durant lesquels le Qi (force vitale) se déplace à travers le système d’organe. 

Pendant le sommeil, le Qi est attiré vers l’intérieur et s’occupe de restaurer le corps.

Cette phase se finalise entre 1 et 3 heures lorsque le foie purifie le sang et exécute une myriade de fonctions visant à préparer le Qi à se déplacer vers l’extérieur.                                     

Fin du Nota.

63)  Avez-vous suivi un traitement antibiotique prolongé (plus d’un mois) ou répété au cours des 6 derniers mois ?

 NOTA.               

Le terrain concerné ici est "baso-colitique".                                                         

  Fin du Nota.

64) Souffrez-vous régulièrement de démangeaisons anales ou génitales ?

 NOTA.

Les causes les plus fréquentes du prurit (démangeaisons) anal sont :

  • Caféine(thé, café, chocolat, cola)
  • Tannins (vin rouge)
  • Sauce tomate, jus de tomate
  • Humidité : transpiration, pertes anales, vaginales
  • Hygiène locale insuffisante
  • Pathologies anales
  • Dermatite de contact (onguents, parfums)
  • Infections (champignons ou autres)

Le traitement doit d'abord viser à éliminer les causes anatomiques et alimentaires.

Conseils :

  • Traiter la cause (hémorroïdes, pertes vaginales)
  • Éliminer la cause alimentaire, surtout la caféine et les tannins
  • Nettoyer avec un savon non-parfumé le matin, lors de la douche
  • Après chaque selle, utiliser une débarbouillette humide ou une lingette humide non-parfumée (la lingette incognito, en vente en pharmacie, est biodégradable et peut donc être jetée dans la toilette) (source Procto.ca)

Le terrain concerné par les démangeaisons anales ou génitales peut-être le terrain acide déminéralisé avec l'irritation de certaines muqueuses due à l'excès d'acide mais aussi avec le terrain intoxique et le terrain basocolitique.         

Fin du Nota.

65) Avez-vous régulièrement des caries, des gingivites, des déchaussements dentaires ou des aphtes ?

NOTA.                                                                                                                                                          

Le terrain concerné ici est "acide déminéralisé".       

Fin du Nota.

66) Souffrez-vous régulièrement de crampes, courbatures ou tendinites ?

 NOTA.                                                                                                                                                     

Le terrain concerné ici est "acide déminéralisé".                                                                       

Fin du Nota.

67) Ressentez-vous des brûlures à la miction ou souffrez-vous d’infections urinaires à répétition ?

NOTA.                                                                                                                                                                    

Le terrain concerné ici est "acide déminéralisé" mais peut être aussi "baso-colitique" en relation possible avec des troubles digestifs chroniques à l'origine de dysbiose, et d'infections dues à la hausse de bactéries pathogènes.                                                                                                     

Fin du Nota.

68) Avez-vous les cheveux et / ou le teint terne ?

NOTA.                                                                                                                                                        

Le terrain concerné peut être "intoxiqué" ou "baso-colitique" ou encore "acide déminéralisé"          

Fin du Nota.                                                              

69)  Au quotidien, souffrez-vous de somnolence ou d’inconfort après les repas ?

NOTA.                                                                                                                                                            

Le terrain concerné peut être "baso-colitique" en relation avec des troubles digestifs ou une digestion laborieuse.                                         

Fin du Nota

70) Avez-vous des signes de spasmophilie ou de tétanie ?

NOTA.                                                                                                                                                              

Le terrain concerné est "acide-déminéralisé"                                                                           

Fin du Nota

71) Ressentez-vous des besoins de stimulants tels que café, thé, alcool, tabac, boisson énergisante ?

NOTA.                                                                                                                                                          

Le terrain concerné est "hypoglycémie"                                         

 Fin du Nota

72) Ressentez-vous régulièrement des « fringales » avant les repas ?

NOTA.                                                                                                                                                         

 Le terrain concerné est "hypoglycémie"             

 Fin du Nota

73) Souffrez-vous de difficultés de mémorisation ou de troubles de la concentration ?

NOTA.                                                                                                                                                                 

Le terrain concerné est "Neurodystonique"                               

Fin du Nota

74) Ressentez-vous régulièrement une perte d’énergie ou un épuisement nerveux ?

NOTA.                                                                                                                                                                     

Le terrain concerné peut être « Hypoglycémie ». Comme on l'a déjà vu dans ce chapitre, la répétition des hypoglycémies réactionnelles entraîne à son tour une surconsommation cellulaire d'oligoéléments et de vitamines du groupe B, pour assurer les besoins d'adaptation. Cela favorisera une faim constante ou perpétuelle en raison des carences nutritionnelles à combler.

A terme, la répétition de ces épisodes hypoglycémiques épuise véritablement l'organisme, provoquant alors des désordres métaboliques à l'origine d'une sensation de fatigue chronique et d'une plus grande sensibilité aux infections. De plus, une carence en vitamines du groupe B et en oligoéléments, favorisent le terrain acide déminéralisé, car le manque de ces micronutriments peuvent altérer le fonctionnement de certains enzymes, donc la capacité de l'organisme à métaboliser les résidus acides. 

Les symptômes réguliers de perte d’énergie ou un d'épuisement nerveux, peuvent aussi s'expliquer par le terrain "neurodystonique » voir le terrain "Intoxiqué" 

FIN DU NOTA                                                                                          

75) Éprouvez-vous un sentiment de dévalorisation ou de manque de confiance en vous ?

                                                                                                          NOTA.                                                                                                                             

Le terrain concerné est "Neurodystonique"                                                                                                                

Fin du Nota

76) Avez-vous vécu un évènement particulièrement stressant et/ou que vous ne parvenez pas à surmonter psychologiquement ?

NOTA.                                                                                                                                                          

Le terrain concerné est « Neurodystonique »                                                                                                                

Fin du Nota

77) Vous souvenez-vous plus facilement des évènements anciens que des évènements récents? 

NOTA.                                                                                                                                                

Le terrain concerné est « Neurodystonique »                                                                                                                

Fin du Nota

78) Ressentez-vous des troubles de l’équilibre, vertiges, bourdonnements d’oreilles ou entendez-vous moins bien qu’avant ?                                                    

NOTA.                                                                                                                                              

Le terrain concerné est « Hypoglycémie » entre autres... !                                                                                                                

Fin du Nota           

79)  Suivez-vous un traitement médicamenteux de longue durée (autre qu’homéopathie ou nutrithérapie)

NOTA.                                                                                                                                                                

Ce genre de comportement peut favoriser le terrain "Intoxiqué"                                      

Fin du Nota

80) Avez-vous l’habitude de vous exposer de façon excessive au soleil ou avez-vous pris de nombreux coups de soleil depuis votre petite enfance ?

NOTA.                                                                                                                                                     

Ce genre de comportement peut favoriser le terrain "Oxydé-dénaturé"                   

Fin du Nota

81) Au réveil, avez-vous les muscles et les articulations rigides ?

NOTA.                                                                                                                                                           

Le terrain concerné est "acide-déminéralisé"                         

Fin du Nota

Et

NOTA.                                                                                                                                                                

Même si les 7 terrains (CHAMBIO) que nous venons d'étudier restent majeurs à étudier et à appliquer lors d'une consultation en naturopathie-hygiénisme, il peut être intéressant, au moins à titre indicatif, de s'informer sur d'autres approches du terrain spécifique de chacun d'entre nous).            

Fin du Nota.

 

FIN DU QUESTIONNAIRE.

Phone
Email
Messenger