NOTA.     107                                                                                                                                       

Dans le caecum et le gros intestin, le séjour du bol alimentaire est plus long que dans l’intestin grêle.

Là, intervient la destruction de certains déchets, par exemple l’urée ; on y trouve aussi la fabrication d’innombrables substances nouvelles à partir des résidus de la digestion : gaz, acides organiques, acides aminés, produits aromatiques, etc.

Les populations microbiennes sont particulièrement abondantes et leur action métabolique importante. La flore du côlon est majoritairement constituée par les bactéries anaérobies strictes (qui se développent sans oxygène), qui représentent la population dominante, responsable de nombreuses activités physiologiques et/ou toxiques pour l’hôte.

Cette flore intestinale est endogène : elle est présente de façon permanente dans l’intestin. Elle est capable de se multiplier. Elle exerce de nombreuses fonctions physiologiques (fermentation…) et a un effet de barrière face à la colonisation par des micro-organismes pathogènes. Le résultat pour l’hôte est, le plus souvent bénéfique mais peut être parfois néfaste. En effet, la flore endogène pourrait intervenir dans la mise en place des maladies inflammatoire de l’intestin et des cancers du côlon.                                                                          

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger