On voit ici que les mécanismes de l'inflammation (température ou chaleur, douleur et rougeur) ont pour objectif de favoriser le retour de l'intégrité de l'organisme par des processus biologiques de défense.

Cependant l'inflammation étant lui-même sous le contrôle de différents mécanismes chimiques, si ces derniers se déséquilibre, l'inflammation aura tendance à se généraliser dans tout le corps.

On pourra contribuer à "moduler" les mécanismes inflammatoires par nos habitudes alimentaires grâce la consommation régulière d'huile de première pression à froid à l'origine des prostaglandines anti-inflammatoires (PGE 1 et les PGE 3) qui se trouvent dans les poissons gras comme la sardine, le rouget, etc.

Nombreuses sont les personnes qui à leur insu favorisent les processus inflammatoires et donc les maladies inflammatoires tels que les cancers par exemple, par la consommation régulière d'acide gras trans que l'on retrouve dans de nombreux produits alimentaires (vienoiserie, biscuit et gâteau industriel) mais aussi par la consommation d'acide gras saturé d'origine animale comme la charcuterie.

La consommation trop peu élevée d'acide gras de première pression à froid apportant des Oméga 3, telle que l'huile de noix, de colza, etc., contribue aussi à favoriser les processus inflammatoires.

Cette modulation des processus inflammatoire se fait aussi entre autres par le facteur ou la molécule de transcription NFKPPAB (pro-inflammatoire ou favorise les processus inflammatoire) qui permet de contrôler la cascade de production des médiateurs de l'inflammation : PGE 2, et cytokines inflammatoires. Ceci est développé un peu plus bas dans ce cours dans la partie " Les mono-diètes ".

Vous retrouverez ces informations concernant l'inflammation et la nutrition dans le cours sur l'alimentation.

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger