NOTA.   3                                                                                                                                         

Si s'intéresser aux besoins en micronutriments de l'individu et donc d'une cellule (qui est la plus petite "unité " de vie), est si important, c'est parce que comme le précise le Docteur Lagarde :

" L'unité cellulaire représente le point de départ absolu. Tout dysfonctionnement de cette dernière entraînera obligatoirement des perturbations au niveau de l'organe qu'elle constitue.                                                                        

En effet nous avons tellement orienté les recherches scientifiques dans le but de soigner la conséquence d'une perturbation, que nous avons fini par en oublier son origine : le dysfonctionnement de la cellule elle-même.

Or nous allons voir que ce dysfonctionnement prend souvent naissance à la suite d'une moindre disponibilité en nutriments. Ce qui est logique puisque, pour assurer son fonctionnement, la cellule a besoin de matières premières telles que les glucides, protéines, lipides, désormais bien connues, mais également de micronutriments, molécules indispensables à l'utilisation de ces matières premières que l'organisme est incapable de synthétiser. Ces micronutriments doivent donc être apportés par l'alimentation en quantité suffisante et sous forme assimilable."                                                                                                                                    

 Fin du Nota.

Et

NOTA. 

Différence entre nutrithérapie et micronutrition.                                                                                  

La nutrithérapie est une approche plus "médicale".                                                    

Le nutrithérapeute Jean-Paul Curtay déclare :

" La nutrithérapie utilise certains aliments et nutriments comme des médicaments, pour leurs effets pharmacologiques, indépendamment de tout déficit. »

La nutrithérapie, vise à optimiser la santé, les performances physiques et intellectuelles, retarder les effets du vieillissement, prévenir et traiter les maladies telles le stress et l'anxiété.

Quelle différence avec la micronutrition ?

Elle s'intéresse à l'impact des micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, acides gras, probiotiques...) sur la santé et vise à optimiser leur statut dans l'organisme.

Partant du principe qu'une alimentation, même bien équilibrée, ne suffit pas toujours à répondre de façon adaptée aux besoins spécifiques d'une personne, la micronutrition étudie alors l'impact des microconstituants sur le fonctionnement de chaque organe, pour ensuite prévenir ou aider au retour de la santé.

Par exemple, c'est en étudiant la micronutrition de l'œil que les médecins et chercheurs ont mis en évidence le rôle des acides gras oméga 3, pour ralentir la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

La nutrithérapie. Lors de la consultation, le médecin nutrithérapeute peut détecter certaines carences : la fatigue, les crampes sont souvent liées à un manque de magnésium ; la peau sèche et sensible est synonyme de manque d'oméga 3 ou de douches trop chaudes, de conditions climatiques rudes...

Il utilisera alors les vitamines, les minéraux, les oméga 3 ou encore les oligoéléments pour les traiter, en association avec une alimentation à base « d'aliments soigneurs ».

Parmi les compléments alimentaires le plus souvent prescrits, on retrouve :

- Le magnésium

C'est l'un des minéraux dont nous manquons le plus alors qu'il intervient dans plus de 300 réactions de l'organisme : cela explique pourquoi une simple déficience provoque de nombreux effets désagréables : fatigabilité, moindre résistance au stress, crampes, douleurs musculaires, maux de tête, troubles digestifs, insomnies...

Selon certains médecins :" Le magnésium se trouve dans certains produits (pilpil de blé, soja, coquillages, noix de cajou, amande, flocons d'avoine, épinards crus, chocolat...), l'alimentation à elle seule ne peut répondre dans certains cas à certains besoins spécifiques, sans compter qu'il part souvent dans nos urines. Un complément est ainsi souvent conseillé."

- Les oméga 3

Leurs bénéfices sont nombreux : ils favorisent la circulation des globules rouges et la distribution de l'oxygène, ils réduisent les graisses circulant dans le sang (triglycérides) et les risques de surpoids, ils sont cardio-protecteurs, ils participent à réduire le stress. On les retrouve dans l'huile de noix, de colza, la mâche, la laitue, les poissons gras (sardine, saumon, thon...), mais nos besoins ne sont pas toujours couverts.

- Les vitamines

Les seniors présentent souvent une carence en vitamine B6, laquelle stimule l'immunité. S'ils ne s'exposent pas suffisamment au soleil, les jeunes peuvent avoir un déficit en vitamine D alors qu'elle est indispensable à la bonne minéralisation de leurs os. Là encore, le médecin prescrit des vitamines pour pallier les carences.

Commentaire d'Eric Darche.                                                                                                                  

Le naturopathe-hygiéniste s'intéresse à la micronutrition et à la nutrithérapie pour bien comprendre le lien entre telles molécules et tels dysfonctionnements de l'organisme, afin de contribuer à les corriger.

Ceci dit lorsqu'il "détecte" une carence en certains micronutriments, il aura recours dans un premier temps aux aliments (nutrithérapie) pour essayer de combler ces carences.

Il pourra aussi dans certains cas, recourir à des compléments alimentaires qui contiennent différents "aliments" : algues, pollen, huîtres, champignons médicinaux, etc.

L'intérêt de ces compléments alimentaires c'est qu'ils apportent le totum ou la totalité des nutriments contenus normalement dans l'aliment avec les cofacteurs naturels nécessaires à son assimilation. 

Le naturopathe-hygiéniste évitera fortement la micronutrition qui consiste à apporter des nutriments divers d'origine synthétique plus ou moins fortement dosés, et fabriqués en laboratoire.

La vitamine C d'origine synthétique, n'apporte pas les cofacteurs nécessaires à son assimilation, présent dans la vitamine naturelle du cynorhodon par exemple. De plus il y a de grandes différences de biodisponibilité entre une vitamine naturelle et une vitamine de synthèse.                                                                                                                                     

Fin du commentaire d'Eric Darche.                                                                                    

Attention : informations très importantes à prendre en compte                                                                                                                                

Certains Notas, qui se trouvent dans la partie consacrée aux vitamines entre autres, sont particulièrement techniques et scientifiques. Le naturopathe-hygiéniste ne devra pas s'en formaliser ou avoir une réaction de rejet.                                                                                                   

Ces parties ne sont pas indispensables au cours, mais sont là à destination des personnes qui souhaitent bénéficier d’une approche très pointue et scientifique.

Il est vivement conseillé cependant à l'élève naturopathe-hygiéniste, de tout de même lire ces Notas, en "passant" ou en "sautant" les parties un peu trop techniques momentanément, mais en conscientisant toutes les informations abordables et importantes en matière de données pragmatiques et concrètes.                                                                                                                           

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger