Comme le précise le Docteur André Passebecq : "Au 19e siècle ont compté encore dans le corps humain huit organes prétendus inutiles : la thyroïde, les capsules surrénales, l'hypophyse, l'épiphyse, le thymus, la rate, les amygdales, l'appendice.

Or, les trois premières glandes sont reconnues aujourd'hui chez les vertébrés, comme des organes endocriniens d'une importance essentielle.

La science a mis longtemps aussi à découvrir l'utilité des organes lymphoïdes, terrain de formation des petits globules blancs du sang. Telles sont la nature et la fonction de la rate, où se détruisent également les globules rouges. Aux formations lymphoïdes appartiennent également le thymus, les amygdales et peut-être aussi faut-il ranger l'appendice, à cause des follicules lymphoïdes inclus dans sa paroi. Tous ces organes sont importants ; certains sont vitaux. Ce n'est pas sans danger que l'on peut en priver l'individu.

La compensation interne et l’homéostasie 

C'est en vertu de la loi de compensation interne que certains organes, devenus provisoirement ou définitivement sans intérêt pour le corps (dégénération, usure, blessures, etc.) peuvent être suppléés par d'autres fonctions de l'organisme. Mais cette compensation, cette suppléance, ne se réalise pas sans dommage pour l'organiser lui-même. Il en résulte toujours un amoindrissement, léger ou grave, dans une ou plusieurs fonctions vitales."

Fin du Nota.

 

Phone
Email
Messenger