NOTA.   33                    

Selon Robert Masson, lorsque les abeilles ont butiné des fleurs ayant reçu une pulvérisation d’un pesticide appelé « Fibronil » (imidacioprime), elles ne retrouvent plus le « chemin » de la ruche et meurent en très grand nombre.

 

En effet, 80 % des insecticides détruisent les insectes en ciblant les communications neuronales de ces derniers. (Claude Reiss).      Les communications neuronales détruites par altération des neuromédiateurs, les insectes meurent.

Malheureusement ces pesticides dont l’action est directe sur la mémoire en détruisant les neuromédiateurs vont aussi avoir la même action sur l’animal et l’homme car l’animal et l’homme possèdent les mêmes neuromédiateurs que les insectes.

 

Robert Masson précise, que lorsque l’on sait qu’un individu ingère approximativement 5 à 6 kg par an de produits de synthèse : colorants, arômes, conservateurs, améliorants, épaississants, clarifiants, utilisés par l’industrie alimentaire mais aussi ces terrifiants pesticides utilisés par l’agriculture intensive, on comprend mieux que le poker avec la vie et l’intégrité humaine va générer à la chaîne des malades atteints d’Alzheimer.

 

Quoi que l’on puisse reprocher à l’alimentation d’origine biologique avec toutes ces « imperfections… » il n’en reste pas moins vrai, que de deux mots (maux), il faut choisir le moindre…, et donc que la consommation d’une alimentation saine et la plus biologique possible, s’impose si l’on souhaite rester le plus longtemps possible en bonne santé.                                

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger