NOTA.43 cours 4 

Rappel succinct sur les acides gras saturés

 

Les acides gras saturés sont apportés essentiellement par les produits d’origine animale, tels que la viande, le lait, les œufs, le fromage, la charcuterie et le beurre. Ils ne possèdent pas de liaison intermoléculaire et ne peuvent donc pas participer aux échanges métaboliques dans l’organisme. Les acides gras saturés résistent mieux à l’oxydation et supportent des températures plus élevées que les autres corps gras.

 

Les conséquences d’un excès d’acides gras saturés sont :

 

  • l’hypertension artérielle
  • l’augmentation de l’agrégation plaquettaire avec risque de thrombose, d’infarctus, de maladies cardio-vasculaires, d’embolie (oblitération d’un vaisseau par un corps étranger : caillots, graisses, cellules malignes, bulles de gaz)
  • l’augmentation des processus inflammatoires (eczéma, psoriasis, certains types de rhumatismes, allergies, problèmes respiratoires, asthme)
  • les déséquilibres hormonaux
  • les menstruations pénibles et douloureuses

 

Voici malgré tout "un bémol" à ne pas oublier concernant la consommation d'acide gras saturés.

Selon divers travaux scientifiques récents, les acides gras saturés à très longues chaines tels que (C20 :0 arachidique, C22 :0 béhénique et C24 :0 lignocérique) que l’on trouve dans les oléagineux (graisse végétales, noix, cacahuètes, etc.), qui peuvent être synthétisés par l’organisme, sont associés à un risque plus faible de maladie coronarienne.

Les acides gras à très longues chaines (20 atomes de carbone ou plus) semblent avoir un effet positif sur différents troubles de santé comme le diabète et la sensibilité à l’insuline.

L’avis de « lanutrition.fr » : « - La Meilleure Façon de Manger -, le guide alimentaire de lanutrition.fr, conseille depuis l’origine de ne pas éliminer les graisses saturées de son alimentation, en particulier les trois acides gras saturés à longues chaînes et nombre pair d’atomes de carbone, qui sont précisément ceux analysés par les chercheurs dans cette étude. Depuis l’origine, nous considérons, contrairement à de nombreux organismes officiels, que les acides gras saturés, pris dans leur ensemble, devraient représenter 10 à 12% des calories totales ».

Une certaine quantité d’acides gras saturés est nécessaire à notre bon fonctionnement, malgré une digestibilité diminuée par rapport à d’autres corps gras. Ils représentent 15 à 25 % « de la ration lipidique ».

 

Les acides gras saturés ont souvent mauvaise presse auprès du grand public, mais comme on vient de le voir, de plus en plus d’informations scientifiques donnent un éclairage nouveau sur l’intérêt qu’ils représentent pour l’organisme à certains égards.

 

A propos de la charcuterie et particulièrement en ce qui concerne la consommation de jambon rose, il est bon de savoir que ce dernier est toxique pour l'organisme. Il peut être souhaitable d’apprendre que si l’industrie agro-alimentaire supprimait l’ajout de nitrites dans la viande et la charcuterie, - contrairement à ce qu’elle fait aujourd’hui dans le but de la rendre artificiellement rose (comme dans le jambon) et d’en « fixer » la couleur, afin de séduire les consommateurs -, cela permettrait potentiellement d’éviter chaque année des milliers de cancers colorectaux en Europe, selon certains scientifiques.

(France 2 Télévision - Cash investigation - Industrie agro-alimentaire : business contre santé. Pourquoi le jambon est-il rose ?)                                Lien vidéo :     https://www.youtube.com/watch?v=7RXHDEi79EI 

Cette question : "Consommez-vous de la viande et de la charcuterie (y compris jambon) plus de 5 fois par semaine ?", souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras polyinsaturé »)                                                                                                                                                   

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger