NOTA.    49  cours 4                                                                                                                                        

Cette question souhaite attirer l'attention du Naturopathe-Hygiéniste sur le terrain " Carencé en AGPI (Acide gras poly-insaturé")                                                                                                                                                    

 

A propos des aliments types : viennoiseries, quiches, tartes ou produits à base de pâtes feuilletées industrielles ; voici une information concernant les acides gras trans qu'ils contiennent.

 

À l’état naturel, les acides gras sont de forme « cis » et sont bénéfiques pour la santé. À l’état chauffé ou raffiné, ils sont de forme « trans » et se révèlent dangereux pour la santé.

 

Bien qu’ils soient identiques sur le plan géométrique (isomères), ils deviennent très différents sur le plan des propriétés biochimiques.

 

Les acides gras ainsi transformés ne pourront plus assurer l’étanchéité des membranes cellulaires. Ils favoriseront donc une déshydratation cellulaire et un ralentissement probable de son fonctionnement, ce qui se traduit par une sorte « d’apathie cellulaire ».

 

Ce manque d’étanchéité facilitera l’entrée d’agresseurs microbiens ou chimiques à l’intérieur de la cellule.

 

La carence en vitamine F (ou acide gras polyinsaturé) se manifeste, entre autres, par des infections banales récidivantes ou chroniques été comme hiver, telles que des rhumes interminables ou des sinusites chroniques.

 

Cette porosité cellulaire excessive peut favoriser les allergies et les problèmes de peau. Il arrive qu’une sécheresse anormale gagne tout le corps, en commençant par les pieds et les jambes.

 

On peut aussi constater l’apparition d’eczéma, d’urticaire, de problèmes ORL (rhume des foins, asthme bronchique, etc.).

 

Dans la littérature relative aux corps gras, on rencontre de temps à autre, le terme « acide linoléique conjugué » (CLA) qui désigne un ensemble d’acides gras « trans » obtenus par biohydrogénation de l’acide linoléique.

 

Malgré les vertus que certains lui accordent, son procédé de fabrication devrait inciter à la prudence, au niveau de sa consommation.

 

Les sources d’acides gras « trans » non favorables à la santé, à consommer avec modération, sont principalement :

 

  • les produits industriels contenant des huiles ou des corps gras hydrogénés ou raffinés ;

 

  • les produits laitiers UHT ou pasteurisés ;

 

  • les viennoiseries, les croissants, les pains au chocolat, etc. ;

 

  • les pâtisseries, les gâteaux, les biscuits ;

 

  • les barres chocolatées ;

 

  • les pizzas et les plats préparés en général ;

 

  • toutes les huiles du commerce lorsqu’il n’est pas précisé sur la bouteille :

« Huile vierge de première pression à froid » (qui sont à choisir de préférence d’origine biologique) ;

 

  • les margarines en général.

 

La forme « trans » est rarement présente dans la nature. Les acides gras « trans » sont soit d’origine biologique, soit d’origine industrielle.

 

Dans le premier cas, ils sont obtenus par biohydrogénation partielle de l’acide linoléique et linolénique sous l’effet des enzymes des bactéries présentes dans le rumen (premier estomac des ruminants aussi appelé « panse ».

 

Dans le second cas, ils sont obtenus par hydrogénation catalytique au cours du raffinage des graisses. Ces acides gras se trouvent donc dans les produits laitiers, la graisse et la viande de bœuf et de mouton.

 

Au niveau des membranes, ils jouent le rôle des acides gras saturés. Ils ne peuvent être désaturés par les enzymes delta désaturases.

 

Rappel / Information déjà donnée plus haut, mais qui a du sens ici aussi.

 

Selon l'étude TRASFACT et les travaux de l'université d'Uppsala en Suède, les acides gras "trans" d'origine laitière, contribuent à la dégradation de la sensibilité à l'insuline, en particulier chez les diabétiques. Ainsi le glucose est moins bien capté et moins bien métabolisé. Le sucre sanguin a alors tendance à rester élevé au niveau sanguin. Le pancréas s'épuise à sécréter de plus en plus d'insuline pour essayer de corriger cette situation.

Selon le scientifique et journaliste Thierry Souccar, les acides gras trans favorisent le risque cardiovasculaire qui monte en flèche, un développement de l'obésité abdominale et même une augmentation de la résistance à l'insuline et une augmentation du risque de cancer.                                                                                              

Fin du Nota.

Phone
Email
Messenger